AccueilCharteQui sommes-nous?RédactionAidez votre journal
09 Octobre 2017

Impuissance publique :

Que se passe-t-il dans le Territoire de Beni?

 

Marcel-HĂ©ritier Kapitene, militant du mouvement citoyen "Lucha" (Lutte pour le changement"

Dans une dépêche datée du 9 octobre, l’Agence congolaise de presse fait état de l’intensification des opérations militaires de l’armée congolaise contre les "terroristes des ADF" à Beni. Citant un communiqué de l’état-major général de l’armée, l’ACP de préciser que l’objectif est de "neutraliser de manière définitive" ces "terroristes". Ceux-ci ont repris des attaques sur l’axe Mbau-Kamango. L’armée exhorte les habitants du Territoire de Beni "à faire confiance aux FARDC et à dénoncer tout mouvement suspect pour permettre aux forces loyalistes de mieux protéger tout le monde contre ces rebelles ougandais qualifiés de terroristes aussi bien par l’ONU que par l’Union Africaine". Notons que les médias internationaux (RFI...) signalent la mort d’une vingtaine de citoyens. Ils auraient été égorgés par des tueurs qui courent toujours. Serait-il exagéré de parler d’impuissance publique face aux bandes armées tant nationales qu’étrangères qui terrorisent la population congolaise de la partie orientale du pays depuis la fameuse "libération" du 17 mai 1997? On ne cessera pas d’inviter "Joseph Kabila" à clarifier la nature des relations qu’il entretiendrait avec l’Ougandais Jamil Mukulu. Celui-ci passe pour le leader présumé des ADF. Le problème? L’homme aurait vécu sous le même toit - au 55 rue Bocage au Quartier Ma Campagne à Kinshasa - avec "Joseph Kabila" alors général-major. Arrêté en Tanzanie en mars 2015, Mukulu a été trouvé en possession de six passeports dont celui du Congo-Kinshasa. Les autorités congolaises se taisent dans toutes les langues. Nous publions ci-après une tribune sur la situation à Beni. L’auteur est un militant de la "Lucha". Il s’agit de Marcel-Héritier Kapitene. B.A.W

Militant du Mouvement citoyen "Lutte pour le changement" (Lucha), Marcel-Hériter Kapitene donne sa part de vérité.

Chers amis de la RDC,

Nous sommes dans l’amertume de vous annoncer que ce qui se trame de nouveau à Beni (ville et territoire), risque d’être plus grave qu’il en a été entre 2014 et 2016.

On retiendra qu’après les épisodes douloureux qu’a connu cette partie du Nord-Kivu, le focus a été tourné vers le Kasaï. Mais le monstre plane encore et Beni est de nouveau victime de cas de massacre.

1 Chronologie

1.1 Jeudi 5 octobre 2017

Le général major Mukutu Kiyana, auditeur général des FARDC et officier du ministère public dans le procès des présumés ADF à Beni, annonce au Conseil Urbain de Sécurité que « les voyants pour une possible attaque de la ville de Beni sont au rouge ». Dans sa communication, il précise que « les miliciens Maï-Maï sont en train de se préparer pour une attaque dans la ville. »

1.2 Vendredi 6 octobre 2017

§ Dans un communiqué intitulé « Alerte aux autorités compétentes », Monseigneur Melchisédech Sikuli, Evêque de Butembo-Beni, informe sur les implications des FARDC dans des actes criminels dont sont victimes les populations civiles en territoires de Lubero et Beni ; ainsi qu’en villes de Beni et de Butembo. Son communiqué mentionne explicitement que les attaques des FARDC contre les civils seraient motivés par la présomption carrément muée en slogan idéologique, stipulant que « tous les Nande sont des Maï-Maï ».

§ Monsieur Siwako Poley, un proche de Bwambale Kakolele, des officiers ex-M23, des services des Renseignements Congolais et plusieurs milieux politiques proches du pouvoir de Kinshasa, donne une fausse alerte sur une prétendue « arrestation le 4 octobre dernier, à la frontière entre la RDC et l’Ouganda, de plusieurs centaines de personnes armées de manchettes et d’armes à feu ; qui, selon lui, se rendraient en territoire de Beni pour perpétrer des massacres contre les populations civiles. » Citant faussement la West TV de Mbarara (Ouganda) comme source de son information, il mentionne que « les personnes arrêtées auraient été recrutées entre le territoire de Beni (RDC) et le district de Kasese (Ouganda). »

Ses allégations ont été vite contredites par les sources de la Société Civile du territoire de Beni sur place et le médias Ougandais précité ; mentionnant plutôt une arrestation à Kasindi (territoire de Beni) de deux braconniers ougandais, armés de fusils de chasse, qui avaient illégalement franchi la frontière congolaise.

1.3 Samedi 7 octobre 2017

§ Après des violents affrontements entre FARDC engagées dans l’Opération SUKOLA et une milice identifiée comme ADF, le sanctuaire de Madina est occupé par les assaillants. Les Forces loyalistes se seraient repliées un peu plus en arrière.

§ En plein parc national des Virunga, sur l’axe Mbau-Kamango en secteur de Beni-Mbau, au Nord-Est du Territoire de Beni, des dizaines de personnes ont été exécutées par des « inconnus vêtus en uniformes verts-pâles SUKOLA des FARDC » (Sources locales). Parmi les victimes, il y a notamment :

N° Noms & Post-noms Profession

1. John Matulu Agent de la DGDA - Direction Générale des Douanes et Accises

2. Kambale Salvain Agent de la DGDA - Direction Générale des Douanes et Accises

3. Paluku Agent de la DGDA - Direction Générale des Douanes et Accises

4. Sophonie Syahetera -

5. Kambale Mazaliwa Agent d’Esco-Kivu, une société d’achat et de transformation de Cacao

6. Richard Sivendana Agent de la Direction Général des Migrations (DGM/Nobili)

7. Masudi Mulwahali Service d’Hygiène aux Frontières

8. Jimmy Kalala KALALA Commerçant

9. Kagheni Commerçant

10. Béné Paluku Mundala Moto-taximan

11. Kihuka Byanziza -

L’information a vite été relayée par deux élus (Albert Baliesima et Boris Maelezo), qui donnaient des précisions sur le mode opératoire et le lieu des attaques, citant quelques rescapés. D’après cette source, « les assaillants (présumés auteurs de massacres) s’expriment en Swahili et portent les mêmes uniformes que les FARDC engagées dans l’Opération SUKOLA. »

Le compte-rendu de la réunion d’urgence du conseil de Sécurité de Kamango (Chefferie de Watalinga), tenue ce dimanche 08 octobre, fait état de :

• 22 personnes tuées à l’arme blanche dont une femme ;

• Une dizaine de motos et un véhicule incendiés,

• 10 rescapées dont 7 femmes délibérément relâchées par leurs bourreaux.

2 Précisions analytiques

1. Toutes les tensions entretenues au Kivu comme au Kasaï, sont étroitement liées au processus électoral en RDC ; le pouvoir en place, en court d’arguments, attisant l’insécurité, pour essayer de justifier les reports successifs de la tenue des élections.

2. Il y a lieu d’estimer que les alertes données par le Général Major Munkuntu et Monsieur Poley Siwako, aient eu pour motif de faire diversion. Avant cette période, la situation était plutôt calme et aucune autre source locale ne faisait mention d’une prétendue menace sur les localités du territoire de Beni. Les points de tensions étaient beaucoup plus concentrés dans le territoire de Lubero, à une centaine de Kilomètre de Beni-ville et territoire beaucoup plus au sud ; où des miliciens Maï-Maï s’affrontent aux FARDC. Les thèses islamistes avancées par le pouvoir n’ayant pas réussi à masquer l’anathème ; une stratégie de « milice étrangère en connivence avec des acteurs locaux » semble concoctée.

3. Le revirement de la situation dans le Kasaï, notamment par l’assassinat de deux experts des Nations Unies, a suscité des craintes dans le camp du pouvoir. Les menaces des sanctions et l’ouverture des enquêtes dans ce sens, motiverait le recours à une autre zone beaucoup plus volatile, pour essayer de justifier la manœuvre. Beni ville et territoire seraient propices à cette entreprise criminelle, vue la fragilité de la situation sur terrain depuis les derniers massacres, mais aussi en ce sens que le dernier rapport du Groupe d’Etudes sur le Congo (GEC) disculpe en partie les FARDC dans les attaques menées contre la population civile à Beni, citant notamment les implications locales, dont des ex-APC.

Il sied de préciser que l’ex-APC (Armée du Peuple Congolais), branche armée de l’ex-rébellion du RCD/ML, n’existe plus. Toutes les unités APC avaient été incorporées au sein des FARDC à travers le processus de brassage et sont dispersées à travers le pays. Si certains ex-APC sont à Beni, c’est en tant que FARDC. Les cas patents du Major Nzanzu Birotso Kossi (détenu à l’ANR à Kinshasa) et du « Général » Franc Emmanuel Bwambale Kakolele méritent d’être scrutés en profondeur.

Jusqu’à son arrestation dans le procès Mamadou Ndala, Nzanzu Birotso Kossi était plutôt proche des Généraux Gabriel Amisi Kumba « Tango Four » et Muhindo Akili « Mundos ». Ancien conseiller militaire à l’ambassade de RDC à Kampala, Kossi Birotso était le contact de Gabriel Amisi et Muhindo Akili dans la livraison d’armes aux ADF dans la vallée de Semliki en territoire de Beni (Sources locales). Lors de son arrestation à Beni, il n’avait pas été explicitement interrogé sur son rôle dans l’entretien des groupes armés à Beni, notamment dans la fourniture en armes et munitions aux groupes armés locaux. Sur pression de Gabriel Amisi, la cours avait précipité sa condamnation et son transfèrement à Kinshasa, sans qu’on l’ait suffisamment interrogé. Les Généraux Gabriel Amisi Kumba « Tango Four » et Muhindo Akili « Mundos » sont plutôt des affairistes proches du régime de Kinshasa. Ils auraient exercé pression sur la cour dans l’affaire Mamadou Ndala, afin d’éviter qu’ils ne soient directement cités et voire condamnés.

Quant à Bwambale Kakolele dit « Aigle Blanc », prénommé Emmanuel, parfois Franck, ancien mercenaire au Soudan pour le compte de l’armée Ougandaise, passé par l’APC, le CNDP et le M23 ; il est aussi proche du gouvernement de Kinshasa. Vivant paisiblement à Nairobi au Kenya, il se réclame à la tête d’une coalition de groupes armés dénommée Mouvement National pour la Révolution (MNR) et opérant entre les territoires de Beni et Lubero au Nord-Kivu et le territoire d’Irumu en Ituri. À 2011, il battait officiellement campagne à Beni et Butembo pour le compte de Joseph Kabila. C’est le seul officier FARDC qui pouvait tenir des meetings en portant les insignes et tenues du PPRD, parti de Joseph Kabila. Plusieurs fois interpellés entre 2013 et 2015 et rapatrié à Kinshasa, il était toujours libre de ses mouvements et n’a jamais été présenté devant la justice. Sa présence à l’Est serait plutôt une entreprise criminelle au service du pouvoir afin de justifier tout ce qui peut l’être par les armes.

3 Alerte et recommandation(s)

1. La situation à Beni risque d’être similaire à celle vécue entre 2014 et 2016.

2. Il y a urgence d’enquêter et d’alerter profondément sur tout risque de génocide ou de nouvelles tueries en série dans cette partie de la RDC. Plaider pour des enquêtes internationales et indépendantes à Beni reste d’actualité. Il y a urgente nécessité de continuer à insister. Les audiences dilatoires menées à la sauvette dans ce sens, n’ont jamais permis de lever complètement le voile. Revoilà le monstre qui revient et peut-être avec ardeur.

3. La restructuration, voire la relève de la chaine de commandement dans les opérations SUKOLA et de toutes les unités opérationnelles dans la région de Beni-Lubero, seraient d’une importance capitale. Il en est de même des autres autorités politiques, administratives et sécuritaires (ANR, DEMIAP, etc.) Les diverses implications dans l’attisement de l’insécurité chevauchent.

4. L’Ituri n’est pas épargnée : les dernières informations reçues de la Société Civile locale font état d’une stigmatisation des conflits inter-ethniques par les acteurs politiques proches du pouvoir.

5. Tout est lié au maintien de Kabila au pouvoir. Les implications sous-régionales doivent aussi être scrutés par les instances continentales et supracontinentales, afin d’établir les responsabilités.

Si non, Beni, Lubero et l’Ituri restent des volcans qui grondent.

Marcel-HĂ©ritier Kapitene


© Congoindépendant 2003-2017

 

3 Réactions

Pierre-Henri Mwalimu [phmwal@yahoo.fr] 09/10/2017 22:09:32
Pure distraction. L?Imposteur illegitimement au sommet de notre Pays et son boureau Kalev Mutond (et leurs complices a la MONUSCO) inventent de conflits pour des raisons faciles a deviner, repousser les elections et donc l?alternance au sommet l?infini. Pour la MONUSCO et son chef Nigerien, "No Kabila, No job"!

Surtout en voyant venir a Kin l?emissaire de Trump, Mme Nikki Haley, Kabila et Kalev veulent impressionner celle-ci avec (fausses) menaces terroristes en RDC



Jo Bongos [jo.bongos@msn.com] 10/10/2017 05:35:04
C?est insupportable. Ces macaques méritent le Nobel de l?horreur.



Bernard B. [tshamwa@bluewin.ch] 10/10/2017 12:15:02
Etude Politique, Stratégique, Géopolitique, et Géostratégique pour la RDC.

Thème : Soyons Prudents.

Journal Congo Indépendant abimisi article monene oyo tozalaki kozela po toyeba eloko nini penza ezali kosalema na Est ya RDC, na Kivu. Ndeko oyo Marcel-Héritier Kapitene, militant du mouvement citoyen "Lucha" (Lutte pour le changement", article : « Que se passe-t-il dans le Territoire de Beni ? », abimisi makambo oyo toyebaki té. Makambo manso alobi elakisi tè Kanambe azali kobimisa bato na ye po babumaka ba Congolais po insécurité efandisa ye na bokonzi libela na RDC.

Likambo ya kofanda libela na bokonzi na RDC ezalaki tina monene ya Conclave de Genval na Belgique, lokola nalakisaki yango na tango wana na ba Etudes natindelaki bino.

1) Étude Politique, Géopolitique, Stratégique, et Géostratégique pour la RDC du 09/09/2016
Thème : La Stratégie de Remplacement, et la Stratégie de Substitution en RDC.
2) Étude Politique, Stratégique, Géopolitique, et Géostratégique pour la RDC du 10/09/2016
Thème : Début de succès de la stratégie de l’oiseleur en RDC (ebandeli ezali avant date oyo).
3) Étude Politique et Stratégique pour la RDC, du 13/09/2016
Thème : Comment déjouer la stratégie de l’oiseleur ?

Soki na tango wana bato ya UDPS na Rassemblement bayokelaki ngayi, mbele likambo ya Kanambe esila kala. - Soki tokomi lelo na chapitre ya sika ya bokonzi ya Kanambe, ezali po UDPS andimaki kosala Conclave na Belgique, pe asengaki Dialogue na Kanambe.

Lelo, avec le recul, nayebi po na nini UDPS andimaki Conclave de Genval esalema na Belgique, pe po na nini asengaki Dialogue na Kanambe. Makambo oyo mibale akangami na ba Intérêts Personnels ya bakonzi ya UDPS. Soki botali denge nini Accord d’Ibiza esalemaki kati ya UDPS na Kanambe, pe soki botali denge nini likambo ya kowela ebonga ya Premier Ministre esalemaki na Accord de la CENCO, bokomona tè makambo manso ekueyeli biso lelo euti na lokoso ya bato ya UDPS.

Kasi, UDPS azali seule responsable na makambo oyo té. Kobanda Accord de Lemera, kokota na Accord de Lusaka, kosala Dialogue soi-disant Inter-Congolais na Afrique du Sud, ko signer Accord de Sun-City, Accord de Kigali, etc, esalemaki elongo na ba partis politiques misusu ya RDC, lokola MLC ya Jean-Pierre Mbemba. Yango wana Jean-Pierre Mbemba alobaki : « J’ai accepté l’inacceptable. »

Elingi koloba tè ba Acteurs Politiques banso ya RDC bazali na responsabilité na makambo oyo tokomi na yango lelo, kobanda na MPR ya Mobutu. Kasi, implication ya UDPS ezali komonana monene koleka ya ba partis politiques nyonso ekotaki na makambo ya Occupation rwandaise.

Na Etude etali Stratégie de l’Oiseleur, nakebisaki bino likolo ya kokota ya Kanambe na Shémitah pe na Jubilé ya ye, elingi koloba kokoma Président à vie na RDC. Yango oyo tokomi na yango lelo. Voilà pourquoi nazali kopesa félicitations mingi na ndeko Marcel-Héritier Kapitene ya Lucha po na article ya ye ya lelo.

Kasi, article oyo eyebisi biso té soki ba Mayi-Mayi bazali kosalela Kanambe, to soki bazali kobundela libération ya RDC.

Na vidéo namonaki lobi na You Tube, ndeko moko ya UDPS alobaki tè William Yakutumba na La Frappa bazali kosalela Kanambe po élection esalema té. Nasengi na ndeko Marcel - Héritier Kapitene ya Lucha ayebisa biso eloko ayebi etali ndeko William Yakutumba na La Frappa, soki bazali kosalela Kanambe. - Ba ndeko ya mayele bazali na Kivu basengeli bayebisa biso soki mosala ya ndeko William Yakutumba ezali po na Kanambe to po na ko libérer RDC.

Na RDC, surtout na Kinshasa, moto na moto azali na droit ya kosala politique, to kokela parti politique ; kasi, eloko nayebi, sima ya kosala Examen approfondi ya situation ya RDC, ezali tè ba politiciens ya RDC na ba partis politiques ya bango, bazali ba politiciens ya partis politiques alimentaires. Yango wana, eloko lokola Rassemblement, atako biso banso toyebi tè Rassemblement ezaka lisusu té, ba mosusu bazali komibianga ba « Président du Rassemblement » ! Ezali likambo ya kokamua. Ata soki tolali na ngambo ya UDPS, lokola balandi makomami ya Statut ya bango té, UDPS ezali lisusu té. Bosolo ezali tè ba militants ya UDPS bazali na mayele koleka bakonzi ya UDPS na soi-disant Rassemblement. Ezali ba militants bazali kosala tè UDPS ekufa té. Tozali na exemple monene na ba militants bazalaki na Olenga Ngoy, bango banso baboyi nzela ya Olenga Ngoy. - Yango wana nalobi tè ba Mlitants ya UDPS bazali na mayele koleka bakonzi ya UDPS na Rassemblement. Différence ezali kaka na MOSOLO. Bakonzi bazuaka mosolo na Kanambe, kasi ba militants bazuaka eloko ata moko té, kaka liwa na kozoka na ba manifestations ya lokoso ya mosolo.

En ce qui me concerne, je ne reconnais ni le Rassemblement, ni l’UDPS. Par contre, je reconnais les militants de l’UDPS qui se battent pour sauver leur pays. - Ils sont une entité à part. - Bravo !

Nasengi na ndeko Matungulu asala molende po na cotisations po tokoka kosunga ba ndeko ya mampinga na Kivu pe na bisika nyonso bakozala.

Bernard B.
10.10.2017


 

Tous droits réservés © Congoindépendant 2003-2017                   mkz@congoindependant.com  Tél : +32 475 22 90 65.