AccueilCharteQui sommes-nous?RédactionAidez votre journal
17 Juillet 2017

Le «Rassemblement» est un allié masqué du mercenaire brigand rwandais entré dans la Maison congolaise

 

L’UDPS François Tshipamba Mpuila

Le « RASSEMBLEMENT » est en déphasage total et en contradiction flagrante avec l’aspiration profonde et légitime de notre Peuple de se libérer ici et maintenant: le « RASSEMBLEMENT » travaille astucieusement pour le Mercenaire Brigand rwandais.

Que fait un père de famille responsable quand un brigand entre de force dans la Maison familiale par la violence et la ruse, tue, pille, viole….? Il ne lui donne pas une seule seconde de plus pour qu’il y reste et poursuive sa sale besogne. Il demande tout de suite à tous les siens de se défendre et de défendre l’intégrité de la Maison par tous les moyens et toutes les stratégies pour tuer le brigand ou le chasser immédiatement de la Maison.

Le « RASSEMBLEMENT » n’est pas réellement choqué par l’Hécatombe à ciel ouvert au Kasaï (80 fosses communes, pillage et destruction des maisons, exode massif des populations, déscolarisation des jeunes, malnutrition aiguë des enfants, massacres massifs des populations…) et par toute la Tragédie dans laquelle le Mercenaire Brigand Rwandais a plongé l’ensemble de notre Pays.

Car le « RASSEMBLEMENT » vient de demander au Mercenaire Brigand Rwandais de rester encore dans la Maison Congolaise jusqu’au 31 Décembre 2017 pour continuer à tuer, à massacrer, à violer, à piller…

Hier le samedi 15 Juillet 2017, nombreux Congolais, décidés même à mourir, étaient à l’Olympia de Paris (vers l’Opéra). Ils n’ont pas donné une seule minute au musicien congolais et à la Police. Ils ont immédiatement affronté la Police française et exigé l’annulation du concert. Leur volonté a triomphé. Ils ont réussi à faire annuler le concert d’un certain héritier watanabe, l’un des « congolais » esclaves consentants et complices du Mercenaire Brigand rwandais. Nous adressons nos félicitations et nos encouragements à tous les Congolais qui ont fait annuler le concert à l’Olympia. Personne ne nous libérera sans nous et contre nous-mêmes. La liberté ne se donne pas, elle s’arrache.

Notre Pays est occupé par les barbares armés, les brigands, les tueurs en série, les violeurs. Partout, ils sèment la désolation et le deuil. Il est irresponsable et cynique pour tout vrai Congolais d’organiser des concerts. Et des concerts avec des chants dans lesquels on fait l’éloge du Mercenaire Brigand rwandais!
Nos ennemis peuvent couper toutes les fleurs, mais ils ne seront pas les Maîtres du Printemps. Ils peuvent couper toutes les fleurs, mais ils n’empêcheront pas le printemps d’arriver (Pablo Neruda).

Plus que jamais les Congolais sont décidés à se libérer en chassant immédiatement (c’est-à-dire « ici et maintenant ») le Mercenaire Brigand rwandais de notre Pays par tous les moyens et toutes les stratégies.
Nous ne nous référons pas à sa constitution (celle du 18 Février 2006 qu’il ne respecte même pas lui-même), référons-nous à notre Constitution, celle issue de la Conférence Nationale Souveraine intitulée « ACTE PORTANT DISPOSITIONS CONSTITUTIONNELLES RELATIVES A LA PERIODE DE TRANSITION ».

Non seulement notre Constitution avait été adoptée par les 2850 Délégués représentant l’ensemble de la Société Congolaise, mais elle avait même été reconnue comme étant la seule constitution valable par l’Arrêt R.A. 266 de la Cour Suprême de Justice, Autorité compétence en la matière, rendu le 8 janvier 1993.

Malheureusement, le coup d’Etat militaire du 1er Décembre 1992 perpétré par Mobutu bloqua l’application de cette Constitution et de toutes les Résolutions issues de la CNS et nous a amenés à la Tragédie actuelle.

Ces articles sont :

Article 4 : Nul ne peut porter atteinte à l’intégrité du territoire de la République.

Article 5 :
• Tout pouvoir émane du Peuple qui l’exerce par voie de référendum ou par ses représentants.

• Aucune fraction du Peuple ni aucun individu ne peut s’en attribuer l’exercice.

Article 9 :
• La personne humaine est sacrée. L’Etat a l’obligation de la respecter et de la protéger.

• Toute personne a droit à la vie et à l’intégrité physique.

• Nul ne peut être soumis à la torture ni à des traitements inhumains ou dégradants.

• Nul ne peut être mis à mort si ce n’est dans les cas prévus par la loi et dans les formes qu’elle prescrit.

Article 10 : La République du Congo garantit l’exercice des droits et libertés individuels et collectifs, notamment les libertés de circulation, d’entreprise, d’information, d’association, de réunion, de cortège et de manifestation, sous réserve du respect de la loi, de l’ordre public et de bonnes mœurs.

Article 12 :
• Toute personne a droit au libre développement de sa personnalité, sans préjudice du droit d’autrui et de l’ordre public.

• Tout congolais a droit à la paix, au développement et au patrimoine commun de l’humanité.

• Nul ne peut être tenu en esclavage ou en servitude ou dans une condition analogue.

Article 13 : La liberté de la personne humaine est inviolable.

Article 16 : Nul n’est tenu d’exécuter un ordre manifestement illégal lorsque celui-ci porte atteinte aux droits et libertés de la personne humaine.

Article 18 :
• Tout congolais a droit à la liberté d’expression.

• Ce droit implique la liberté d’exprimer ses opinions et ses sentiments, notamment par la parole, l’écrit et l’image, sous réserve de l’ordre public, des droits d’autrui et de bonnes mœurs.

Article 27 : Tous les congolais sont égaux en droit et en dignité. Tout acte qui accorde des privilèges à des nationaux ou limite leurs droits en raison de l’origine ethnique, tribale ou provinciale, de l’opinion politique ou philosophique, de la religion ou du sexe est contraire au présent Acte et est puni des peines prévues par la loi.

Article 29 : Le droit de grève est reconnu et garanti. Il s’exerce dans les conditions fixées par la loi.

Article 30 :
• Toute personne a droit à un environnement sain. Elle a le devoir de le défendre.

• L’Etat veille à la protection de l’environnement et à la santé des populations.

Article 31 : Tous les congolais ont le devoir de se conformer au présent Acte, aux lois et règlements de la République, de s’acquitter de leurs contributions fiscales et de remplir leurs obligations sociales.

Article 32 : Les biens publics sont sacrés et inviolables. Les citoyens doivent les respecter scrupuleusement et les protéger.

Article 33 : L’Etat protège les droits et intérêts légitimes des Congolais résidant à l’étranger.

Article 34 : Les étrangers bénéficient sur le territoire de la République du Congo des mêmes droits et libertés que les congolais, dans les conditions déterminées par les traités et les lois, sous réserve de la réciprocité. Ils sont tenus de se conformer aux lois et règlements de la République.

Article 35 :
• L’Etat a le droit d’assurer la diffusion et l’enseignement du présent Acte, de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, de la Charte Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples, ainsi que tous les instruments internationaux dûment ratifiés et relatifs aux droits de l’Homme.

• L’Etat a l’obligation d’intégrer les droits de la personne humaine dans tous les programmes de formation scolaire, des Forces Armées et des services de sécurité.

Article 37 :
o Durant la période de Transition, les pouvoirs sont exercés de la manière établie par le présent Acte.

o Tout congolais a le droit et le devoir sacrés de défendre la Nation et son intégrité territoriale, de désobéir et de résister à tout individu ou groupe d’individu qui prend le pouvoir par la force ou l’exerce en violation des dispositions du présent Acte.

Les Congolais ont accepté même de mourir dans les rues les 19, 20 et 21 Janvier 2016 en affrontant les escadrons rwandais de la mort. Ils se sont opposés avec détermination à tout tripatouillage constitutionnel et qui pouvait prolonger le mandat du Mercenaire Brigand au-delà du 19 Décembre 2016.

Les Alliés n’avaient pas donné à Adolf Hitler et à l’Allemagne nazie un temps pour continuer à les humilier, à les gouverner, à les faire souffrir, à les tuer… Ils se sont indignés dès l’occupation de leur Pays ; ils se sont préparés; et dès qu’ils étaient prêts, ils attaqué l’Occupant. Ils ont même fait mieux : ils l’ont poursuivi jusqu’en Allemagne pour libérer aussi les Allemands du nazisme ; juger et condamner sévèrement les Nazis au Procès de Nuremberg à des peines allant de la pendaison à la prison à vie ; et ils ont soutenu la volonté politique et les efforts des Forces de Progrès en Allemagne de l’Ouest pour instaurer la Démocratie.

Le « RASSEMBLEMENT » s’arroge indûment le droit de représenter toute l’Opposition ; conditionne psychologiquement la population et diffère à plus tard et toujours encore à plus tard la libération nationale: il fait baisser toute tension et oriente l’attention de la population vers le 31 Décembre 2017 alors que c’est ici et maintenant que notre Peuple se mobilise notre Population et chasser immédiatement de la Maison Congolaise le pouvoir d’occupation étrangère.

Le « RASSEMBLEMENT » s’évertue à demander aux enfants de la Maison Congolaise de donner jusqu’au 31 Décembre 2017 encore le temps au Mercenaire Brigand entré dans la Maison Congolaise pour que ce dernier continue de nous humilier, de nous tuer, de violer nos femmes, nos mamans et nos filles, d’augmenter le nombre des fosses communes, de piller tout….

Le même « RASSEMBLEMENT » a signé l’Accord de la Saint-Sylvestre qui a permis le glissement : Grâce donc au « RASSEMBLEMENT », le Mercenaire Brigand a dépassé en douceur, dans l’allégresse, sans un seul coup de feu, la date fatidique du 19 Décembre 2016.

Le même « RASSEMBLEMENT » avait publié LA FEUILLE DE ROUTE du 14 Février 2015 pour commencer le soit disant « dialogue » avec le tyran, le Mercenaire Brigand rwandais. Ce soit- disant « dialogue » avec le tyran a été même qualifié de La VOIE ROYALE POUR METTRE FIN A LA TRAGEDIE CONGOLAISE. La publication sensationnelle de cette FEUILLE DE ROUTE avait eu lieu tout juste au moment de la découverte macabre de LA FOSSE COMMUNE DE MALUKU dans laquelle étaient jetés entassés 425 cadavres des Congolais.

Cette découverte avait choqué toute l’opinion nationale et internationale. Et le Monde entier s’était mobilisé, avait décuplé la pression sur le Mercenaire Brigand rwandais et lui demandait des comptes sur cette FOSSE COMMUNE.

Rappel de quelques titres des journaux à ce sujet : "Joseph Kabila démasqué pour crimes contre l’humanité : «Qu’attend la CPI pour appliquer la rigueur de la loi ? »

http://www.congoindependant.com/article.php?articleid=9934
"Fosse commune de Maluku : HRW accuse la garde prétorienne de «Kabila»
http://www.congoindependant.com/article.php?articleid=9983

La publication tapageuse de la FEUILLE DE ROUTE par le « RASSEMBLEMENT » permit au Mercenaire Brigand rwandais de passer en douceur ce moment-là qui l’aurait très probablement amené à la CPI.

Le « RASSEMBLEMENT » réussit à détourner l’attention de l’opinion de la FOSSE COMMUNE DE MALUKU et à se focaliser sur la fameuse FEUILLE DE ROUTE qui aboutit au soit- disant DIALOGUE avec le Mercenaire Brigand rwandais et à la signature de l’ACCORD DE LA SAINT-SYLVESTRE.

Le soit- disant DIALOGUE et l’ACCORD sauvèrent le Mercenaire Brigand rwandais; potentialisèrent son arrogance, sa soif du sang humain, sa rage, sa férocité, sa capacité de destruction et de nuisance. Tous ces ingrédients formèrent en lui un mélange explosif et atteignirent leur point culminant dont l’expression et l’exécutoire furent l’Hécatombe à ciel ouvert au Kasaï.

La fameuse FEUILLE DE ROUTE avait pour Fondement l’Accord- Cadre d’Addis-Abeba qui était l’une des applications des ACCORDS DE LEMERA et permettait au M23, bataillon de l’Armée rwandaise, de signer en tant qu’un « mouvement rebelle armé congolais » et de déverser encore une fois de plus une nième cohorte des rwandais dans les Institutions étatiques de notre Pays.

La signature de l’Accord- Cadre d’Addis-Abeba entre le pouvoir de Kinshasa dirigé par le Mercenaire Brigand rwandais et le M23 avait eu comme FACILITATEUR LE PATRIARCHE TUTSI YOWERI MUSEVENI et comptait parmi ses signataires un certain PAUL KAGAME, l’un des géniteurs, tuteurs et parrains politiques du Mercenaire Brigand qui est à la tête de notre Pays depuis 16 ans (2001 jusqu’à ce jour).

Bref rappel du contenu des ACCORDS DE LEMERA signés le 23 Octobre 1996 qui sont l’ANCETRE DE L’ACCORD-CADRE D’ADDIS-ABEBA, FONDEMENT DE LA FEUILLE DE ROUTE DU « RASSEMBLEMENT »:

1. L’AFDL, un instrument politico-militaire créé par le Rwanda et l’Ouganda, doit être la SEULE INSTITUTION-ETAT de la RDC dont tous les congolais doivent devenir des membres et adeptes de l’idéologie et qui gère tous les domaines de la vie des Congolais (Art. 1 et 3).

2. Le Peuple Congolais devient un esclave apatride dans leur pays car il doit se soumettre à l’AFDL comme un mouton et il est dépossédé, exproprié de son pays (sol, sous-sol). Le Territoire Congolais et toutes ses richesses deviennent une propriété exclusive de l’AFDL, donc du Rwanda et de l’Ouganda (Art.2).

3. Sans demander au Peuple Congolais son avis car il est devenu un esclave apatride, l’AFDL s’engage à céder 300 kilomètres aux frontières congolaises, à l’intérieur du pays, pour sécuriser ses voisins ougandais, rwandais et burundais (Art.4).

4. Après la victoire, encore une fois sans demander au Peuple Congolais son avis, c’est l’AFDL qui décidera de la récompense spéciale à donner à ses Alliés rwandais et ougandais (Art.5).

5. Tous les politiciens des années soixante en RDC et ceux ayant collaboré avec le régime de Mobutu seront mis en retraite politique (Art. 6).

6. La nationalité congolaise sera accordée collectivement aux camarades Banyamulenge et aux autres populations d’origine rwandaise établies au pays avant la date de l’indépendance de notre pays (le 30 Juin 1960). Art.7.

7. L’Anglais et le Swahili devront concurrencer le français dans l’espace linguistique de notre pays (Art.8).

Sur base des faits réels et concrets ci-haut cités, nous demandons au Peuple Congolais d’exiger des explications au « RASSEMBLEMENT ».
Fait le 16 Juillet 2017.

Dr François Tshipamba Mpuila

GSM 0032-493-325-104 ; 0032-492-100-276 ; E-mail : tshipamba.mpuila@yahoo.fr


© Congoindépendant 2003-2017

 

6 Réactions

MPOY Patrice [mpoy.patrice@hotmail.com] 17/07/2017 15:45:39
Qu?est-ce que Monsieur MPUILA attend pour aller mener son "combat" sur place Ă  Kinshasa??



Nkomi Mbuta [nkomimbuta@gmail.com] 17/07/2017 18:43:06
Vous avez oublié de mentionner un fait monsieur ; le vente de la terre kongo de Mateba à une nébuleuse association des templiers ... Nous n? avons rien oublié , le moment venu vous répondrez aussi de vos actes monsieur .



Jo Bongos [jo.bongos@msn.com] 17/07/2017 20:56:59
Dr Mpuila,

Le ??Rassemblement?? n?est que la résultante de ce qu?est devenue cette industrie politique congolaise, aujourd?hui la risée du monde entier.

Il s?agit ici d?une faillite collective. Un exercice cathartique pour renier la honte.



Ozone [lion_de_judas@yahoo.fr] 17/07/2017 21:23:10
Admettons que le Rassemblement soit un "allié" de l´Occupant Rwandais Qu´est ce que vous faites ou qu´est ce que vous proposez? Cette affirmation ne nous aide pas beaucoup. Quelle est votre solution miracle pour sortir la RDC de cette situation? RAssemblement est très vague. Vous avez peut être raison si vous parlez du rassemblement aile Olengankoy, Bruno Tshibala et Roger Lumbala. Mais accuser, sans faire de propositions pour sortir de cette situation c´est aussi faire le jeu de Kabila, parce que vous n´avez non plus la solution.



Elili [dibangu@hotmail.com] 18/07/2017 06:28:10
Chers Compatriotes,
C?est intéressant d?entendre le Dr Mpuila. Un bon père de famille responsable quand il voit un brigand arriver, il ne va pas lui céder l?entrée de sa maison, surtout lorsque le brigand vient en montrant toutes ses couleurs. L?UDPS avait commis l?imprudence de croire en l?arrivée salutaire de l?AFDL, et avait refusé d?imaginer un plan B au cas où Alibaba était mis en difficulté par ses paires (voleurs, violeurs, criminels). Le refus de poser cette question a été une attitude difficile à comprendre pour un parti qui avait beaucoup d?intellectuels du haut niveau qui étaient presque tous en vacances au lieu de réfléchir. Maintenant c?est le Rassemblement qui devient un allié masqué. C?est bien de l?avoir masqué après qu?il ait été formé et que ses membres commencent à se battre pour des positionnements. Mais qui avait initié l?idée du rassemblement à Genval ? Et le rassemblement qui mettait côte à côte des personnages aussi contrastés que Kyungu et Tshisekedi ? Il faut être naïf pour penser que celui qui a eu deux fois le pouvoir suite à des élections contestées accepterait et suivrait les accords avec les personnes qu?il ne reconnaît pas. Le fait de dénoncer ce masque ne nous avance en rien sinon à produire encore d?autres facteurs de division entre congolais, donc un affaiblissement de plus en plus sérieux. Que Dieu nous vienne en aide.



Beya wetu Tshitundu [beya@gmail.com] 18/07/2017 07:51:38
J?approuve totalement la position de notre aîné Mpuila.

C?est étonnant de voir que le rassemblement nous demande d?attendre jusqu?au 31 décembre 2017, alors que Kabila lui-même ne respecte pas le contrat qui est la convention de Saint sylvestre.

En matière de contrat, lorsqu?une partie ne respecte pas le terme du contrat, l?autre est en droit de refuser de respecter le contrat.

Pourquoi Kabila ne respecte pas cette convention, a nommé un premier ministre autre que celui du rassemblement...., Mais il n?y a que le rassemblement qui doit respecter la convention et donc accepter que Kabila reste? C?est étonnant comme approche et c?est flou.


 

Tous droits réservés © Congoindépendant 2003-2017                   mkz@congoindependant.com  Tél : +32 475 22 90 65.