AccueilCharteQui sommes-nous?RédactionAidez votre journal
13 Juillet 2017

DĂ©sarroi :

Franc congolais : Tshibala opte pour la démagogie

 

Le Premier ministre Bruno Tshibala Nzenzhe lors de son investiture le 16 mai 2017 à l’Assemblée nationale. Capture d’écran RTNC

Sur le compte Twitter de la Primature, on pouvait lire mercredi 12 juillet que le gouvernement du Premier ministre Bruno Tshibala Nzenzhe veut ramener le cours du change à 1 USD pour 1000 Francs congolais. Dans une dépêche datée du même jour, l’Agence congolaise de Presse annonce modestement que "le gouvernement est déterminé à stabiliser le taux de change sur le marché". S’agit-il d’une rectification?

"Caractère de ce qui tend à demeurer dans le même état". Telle est la définition du vocable "stabilité". En clair, stabiliser une monnaie ne signifie nullement une revalorisation de celle-ci mais plutôt une interruption du mouvement de hausse ou de baisse. Au moment où ces lignes sont écrites, le dollar américain est échangé contre 1700 FC à Kinshasa.

Mercredi 12 juillet, Michel Nsomue, le directeur de cabinet du Premier ministre Tshibala, a annoncé - à l’issue d’une réunion avec les conseillers du cabinet - la mise en place prochaine d’une "commission" ad hoc. Il a annoncé également la "mise en œuvre" d’une série de "mesures efficaces". Sans d’autres précisions. Objectif : stabiliser le taux de change sur le marché. "Quand on veut enterrer un problème, on crée une commission", disait Georges Clemenceau.

On apprenait que des "stratégies idoines" seront arrêtées au cours de ce mois de juillet "en collaboration" avec la Banque centrale du Congo (BCC). Pour la petite histoire, le "dircab" Nsomue est un ancien cadre de la BCC. "Tous les paramètres ont été analysés et des réponses appropriées proposées", indique l’ACP. Pour des analystes, ces annonces sont purement et simplement démagogiques.

Le rôle de la politique ne consiste-t-il pas à répondre aux attentes? Peut-on résoudre les problèmes de la Collectivité sans moyens?

Nommé à la tête de l’exécutif national le 7 avril dernier en remplacement de Samy Badibanga Ntita, l’ex-UDPS Bruno Tshibala Nzenzhe a été investi le 16 mai par l’Assemblée nationale.

Dans son "discours inaugural", l’ancien porte-parole du Rassemblement des forces politiques et sociales acquises au changement s’est lancé dans une envolée lyrique en affirmant urbi et orbi "sa détermination" à stabiliser le sacro-saint cadre macro-économique. Sans oublier de promettre une amélioration des "conditions de vie" de la population.

Fixer un cap

Selon des analystes, 60 jours après son entrée effective en fonction, le "Premier" peine non seulement à fixer un cap en déterminant des priorités mais aussi en donnant des réponses aux attentes sociales. Face à la monnaie nationale qui continue sa descente aux enfers, Tshibala a une marge de manœuvre tenue. Tous les paramètres sont au rouge vif. Aussi, est-il réduit à lancer des "appels à la patience".

Quel est le problème? Poser la question revient à y répondre. La Banque centrale est fauchée. Au propre comme au figuré. "Joseph Kabila" n’a manifestement aucune notion du budget. L’homme brille par des dépenses improvisées. Un don par-ci, un don par-là.

On apprenait qu’il a décidé de sponsorisé le droit d’entrée au stade de Kindu lors de la finale de la coupe du Congo. De même, il a lancé les travaux de "modernisation" de l’aérogare de Kisangani. Dieu seul sait si ces dépenses étaient budgétisées en cette année. On assiste à une gestion pirate.

Or le pays n’enregistre plus de rentrées significatives en devises fortes. La chute des cours des matières premières en serait la cause, disent les officiels. Pas un mot sur la corruption élevée au rang de "beaux arts" et les détournements des deniers publics. "Le Premier ministre a besoin de plusieurs milliards de dollars pour rétablir la balance de paiements, commente un économiste. D’où viendra l’argent? Aucune institution financière n’est prête à aider la RDC dans sa configuration actuelle".

En date du 12 juin, le "chef" du gouvernement congolais a écrit au Fonds monétaire international afin d’obtenir un "soutien financier" dans le cadre de la "facilité de crédit rapide".

Dans sa réponse datée du 29 juin, la patronne de cette institution de Bretton Woods, la Française Christine Lagarde, a subordonné une réponse satisfaisante à un chapelet de conditions dont "la mise en œuvre de politiques visant une croissance et une réduction de la pauvreté (...)" et la "stabilité politique".

Selon un expert, le poste de Premier ministre au Congo-Kinshasa devient une fonction à haut risque pour la crédibilité du titulaire. Quel qu’il soit. "Bruno Tshibala raconte des histoires pour donner une fausse espérance à la population, dit-il. Ses promesses relèvent de la pure démagogie. Il n’aura pas l’argent nécessaire pour honorer les engagements pris". Et d’ajouter : "Il ne lui reste qu’à demander à ses nouveaux ’amis’ de lui venir en aide par le recyclage de ’l’argent sale’. Le blanchiment. Je lui donne un conseil. Il doit faire gaffe. Le département américain du Trésor veille au grain...".

En ce mois de juillet 2017, la population congolaise a perdu près de 60% de son pouvoir d’achat. En cause, la dépréciation continue de la monnaie nationale face au dollar américain. Le pays ne produit rien. Il importe tout. En seize années de pouvoir, "Kabila" n’a pas assuré la promotion d’une industrie nationale.

La stabilisation ou la revalorisation du Franc congolais relève d’une mission impossible voire d’une mystification dans l’état actuel des mœurs politico-financières du pays...

B.A.W
© Congoindépendant 2003-2017

 

5 Réactions

Elili [dibangu@hotmail.com] 14/07/2017 05:04:52
Chers Compatriotes,
Le premier ministre ne sera jamais contre celui qu?il a nommé et que lui doit servir. Il n?est pas au service du pays, il est au service du Raïs. Quoiqu?il fasse, le peuple doit savoir que ce personnage à la tête du gouvernement est un traître, non seulement du parti politique où il avait été, mais aussi du peuple congolais. Il tombera aussi comme son prédécesseur mais c?est la manière qui est à craindre. Que Dieu nous vienne en aide.



Elombe [Odimba@Hotmail.fr] 14/07/2017 05:08:54
Plutôt que de se livrer à une incantation sur des solutions illusoires, pour freiner la dégragolade et stabiliser la monnaie nationale, il faut d?abord envisager des solutions conjoncturelles en sollicitant un appuis budgétaire de FMI, en combinant avec la lutte efficace contre la corruption ensuite procéder à la mise en place des mesures structurelles en moyen et long terme qui doivent conduire à la diversification de l?économie Congolaise. Il faut créer de la valeur ajoutée par la transformation d?une partie de nos matières premières sur place, il faut faire tout pour quitter cette économie de rente qui constitue un frein au développement du pays, il faut aussi promouvoir le secteur du tourisme, un atout consid?érable et pourvoyeur des devises fortes
dont le pays a besoin pour acheter les biens d?équipement. Il faut donc cesser cette politique de bricolage et de gribouille sans visibilité.



Kolomboka [kolomboka@yahoo.fr] 14/07/2017 10:32:00
A Baudouin Amba,

Vraiment vous êtes à la pointe de l?actualité. Cependant, je vous prie de ne pas perdre votre énergie avec cette bande de voleurs qui mentent comme ils respirent. Il est à noter que nous connaissons leurs habitations. Egalement les membres de leur familles sont recensées. Ils subiront chacun la peine exemplaire. Celle donc, proportionnelle à la dimension du délit : la trahison ".

J?ai dit !

Kolomboka



Christian [christian@yahoo.fr] 14/07/2017 15:59:30
Vous avez dit DÉMAGOGIE, cher BAW!

"kabila" le drogué taximan de la capitale tanzanienne est "PréZida" de la démocratik Congo répiblik; Tshibala son aveugle est son prinmier sinistre; tous les deux sont spécialistes de "Makro-Ékonomi", ils vont ramener le taux du dollar de 1600 FC à 1000 FC par un coup de baguette magique!!!
On aura tout au Congo de Lumumba.



Mwenze Kabulo [mwekabulo@yahoo.fr] 16/07/2017 15:29:00
Chers tous.

Il est extrĂŞmement difficile pour un homme qui porte des luttes de soleil Ă  tout instant puisse voir le mirage devant ses yeux.

Eftelin


 

Tous droits réservés © Congoindépendant 2003-2017                   mkz@congoindependant.com  Tél : +32 475 22 90 65.