AccueilCharteQui sommes-nous?RédactionAidez votre journal
27 Juin 2017

Lettre ouverte aux intellectuels de la R.D.C.

 

Tongele N. Tongele

Intellectuels de la RDC : éducateurs, penseurs, écrivains, journalistes, artistes, hommes et femmes de science, vous semblez vous aussi attendre un président messianique qui viendra avec des idées salvatrices, avec un projet de société miraculeux pour sortir la RDC de son marasme économique. Cette croyance inculquée aux populations par l’autorité coloniale a pu créer la mentalité d’attendre tout du maitre exploiteur-bienfaiteur qui connait les besoins du peuple et y pourvoit par des dons et des actes de bienveillance. Cette croyance a été par la suite perpétrée par les autorités politiques post coloniales pour assoir leur pouvoir politique et maintenir les populations dans l’oppression sociopolitique et économique. Mais partout dans les pays dits développés, les intellectuels ont réussi à rejeter cette croyance, ainsi que le piège corrupteur du pouvoir politique qui cherche toujours à récupérer les intellectuels pour des fins machiavéliques. Les intellectuels dans ces pays dits développés, à travers leurs écrits et publications y compris leur journalisme, se consacrent à éveiller la conscience des populations par des analyses des faits et par des propositions des solutions concrètes aux problèmes qui se posent dans la société. Et grâce aux travaux de ces intellectuels, les populations comprennent que pour tel ou tel problème qui se pose, voilà des solutions pratiques possibles que le pouvoir politique devrait appliquer. Par contre, en RDC, les intellectuels paraissent démissionnaires et semblent, eux aussi, attendre un président/une présidente qui viendrait avec des idées messianiques, ou avec un projet de société miraculeux, pour résoudre les innombrables problèmes de la RDC.

Intellectuels de la RDC, cette lettre vous est ouverte parce qu’en fait, il n’y aura jamais un seul homme ou une seule femme qui surgirait à la présidence de la RDC avec des idées salvatrices magiques, ou un projet de société messianique pour sauver la RDC de sa descente aux enfers. C’est vous, intellectuels de la RDC, qui devez formuler de nombreuses idées, de nombreuses propositions et solutions concrètes, et de nombreux projets de société pour attaquer les multiples problèmes de la RDC sous différents angles et différents aspects. Mais jusque là, la plupart de vos débats et discussions semble se concentrer sur le changement du pouvoir à la tête du pays. Ce changement est nécessaire, car seul le transfert pacifique du pouvoir suprême d’un président élu à un autre ou à une autre peut garantir la stabilité politique susceptible de créer un environnement de liberté d’expression et d’entreprise pour la poursuite sans crainte par les habitants de la RDC du succès économique, scientifique, technologique et industriel.

C’est vous, intellectuels de la RDC, qui êtes ou devriez être moteurs de génération d’idées nouvelles, de projets nouveaux de sociétés, de propositions nouvelles et concrètes de comment résoudre tel ou tel problème pour l’amélioration des conditions de vie des populations. Les intellectuels ont traditionnellement assumé le rôle de porteurs de lumière qui éclaire la société. Ils observent les défauts de la société, développent et présentent de nouvelles idées de ce qui devrait être. Ils développent de nouvelles idées sur le gouvernement, sur la gouvernance responsable et adéquate, sur l’économie, sur les pratiques religieuses, sur la médecine, sur les infrastructures, sur l’éducation, sur l’armée et la sécurité nationale, sur tous les aspects de la société. Les intellectuels présentent à la société des propositions et des méthodes pratiques pour l’amélioration des conditions de vie sociale et la réforme de la société pour le bien de tous. Les éducateurs, les penseurs, les écrivains et journalistes, les artistes, les hommes et femmes de sciences continuellement remettent en cause ce qui est, présentent à la société ce qui peut être et ce qui peut se faire ; car pour eux, peu importe la qualité de la situation actuelle, on peut toujours faire mieux. Cela est dû au fait que les intellectuels croient en la pensée humaine, à sa potentialité et à sa capacité créatrice et novatrice ; ils croient que les gens, en faisant usage de leurs capacités intellectuelles et en échangeant des idées constructives créent les conditions culturelles nécessaires pour les relations intertribales et ethniques fructueuses, pour l’avancement de la paix, et pour les innovations scientifiques et technologiques. Contrairement à la pratique courante de violence, d’oppression gouvernementale, de rebellions et guerres en RDC, seules les échanges d’idées positives peuvent trouver des réponses aux questions brûlantes du moment, et des solutions pertinentes aux problèmes fondamentaux du sous-développement et de misère en RDC.

D’une façon simpliste, quelqu’un qui suit les discussions intellectuelles en RDC remarquera que presque tout tourne autour d’un seul sujet, à savoir le changement du pouvoir politique en RDC. Ce changement est nécessaire et doit se faire comme prévu cette fois-ci en Décembre 2017. C’est donc maintenant le moment précieux pour les intellectuels de la RDC de générer des idées et des propositions concrètes, des solutions concrètes, des projets concrets de société pour l’avenir RDC. C’est maintenant que les intellectuels de la RDC doivent devancer les candidates et candidats à la présidence en présentant des idées et propositions concrètes sur comment résoudre les problèmes de la RDC. Et ce sont ces idées et propositions concrètes en circulation qui vont influencer et nourrir les candidates et candidats à la présidence lors de leurs campagnes présidentielles en Novembre 2017. Mais curieusement, c’est comme si les intellectuels de la RDC semblent attendre que ce soit les candidates et candidats à la présidence qui puissent apporter des idées et solutions magiques ou messianiques pour résoudre les problèmes de misère et du sous-développement en RDC. Non. Le rôle traditionnel et naturel de critique de la société et de générateurs d’idées novatrices revient aux intellectuels.

Intellectuels de la RDC, où sont vos idées, vos projets de société, vos propositions pour l’avenir de la RDC ? Quelle reforme concrète, quelles idées concrètes proposez-vous pour l’éducation primaire, secondaire, supérieure et universitaire en RDC afin de répondre aux besoins du pays et des populations ? Quelle reforme et idées concrètes proposez-vous pour l’armée nationale, la police nationale, et le secteur du service de sécurité en RDC ? Quelles idées concrètes proposez-vous pour l’électrification de la RDC en utilisant ces ressources immenses d’énergie renouvelable ? Que proposez-vous pour lutter contre la désertification qui menace la RDC au nord et au sud du pays ? Que proposez-vous comme solutions au problème de manque d’eau potable dans un pays qui contient plus de la moitié d’eau de toute l’Afrique ? La liste des problèmes en RDC est longue, mais la liste des propositions concrètes et d’idées novatrices pour resoudre ces problèmes parait inexistante. C’est pendant des décennies que les populations de la RDC attendent des solutions du président, du premier ministre, des ministres, des parlementaires, des gouverneurs, de MONUSCO, etc. ; et quel en est le résultat ?

Intellectuels de la RDC : il ne s’agit pas simplement de constater et de décrier que ça ne va pas, ou de critiquer l’incompétence du régime en place qui est bien connu du monde entier. Mais il s’agit surtout de proposer publiquement au régime en place, au président, au premier ministre, aux ministres, aux gouverneurs, aux autorités militaires, à MONUSCO, etc., ce qu’on peut faire, ce qui devrait se faire et ce qui doit se faire. Il s’agit de proposer des étapes concrètes à prendre ; il s’agit de proposer des idées concrètes à mettre en pratique pour promouvoir la paix, la liberté politique, sociale et économique ; des idées concrètes pour promouvoir un système éducationnel qui forme des jeunes filles et jeunes garçons compétents et capables de devenir inventeurs, innovateurs et entrepreneurs afin de créer des compagnies et manufactures pour transformer les matières premières de la RDC en produits finis sur place.

Intellectuels de la RDC, que vous soyez à l’intérieur ou à l’extérieur de la RDC, cette lettre en appelle à votre conscience d’éducateurs, de penseurs, d’écrivains, de journalistes, d’artistes, de femmes et hommes de science. Vous devez jouer votre véritable rôle de penseur, de critique et promoteur d’idées nouvelles de ce que la RDC peut et doit être. Si vous jouez votre véritable rôle, vous inspirez la jeunesse de la RDC. Si vous jouez votre véritable rôle, vous éclairerez le pourquoi de la tension constante entre continuité et changement, nécessaire en somme pour une société saine. Si vous jouez votre véritable rôle, vous guiderez la RDC à embrasser le changement et l’innovation sans crainte, à s’ouvrir aux nouveautés, aux créativités, et à l’intégration des connaissances à tous les niveaux de la société. Si vous jouez votre véritable rôle, vous préparerez les jeunes Congolais à gérer avec confiance et optimisme les nombreuses incertitudes et crises qu’ils traversent dans la vie. Si vous jouez votre véritable rôle, vous influencerez la pensée et les actions de ceux qui contrôlent les institutions gouvernementales en RDC et vous les rendrez possiblement souples et réceptifs d’idées innovatrices souvent redoutées, opposées et même détruites par ceux-là qui sont au pouvoir. Faites un examen de conscience et demandez-vous quels sont vos apports constructifs, quelles sont les idées réformatrices que vous mettez ou avez déjà mises à la disposition de l’audience Congolaise ? Que proposez-vous comme projets ou programmes pour encourager les dirigeants de la RDC à abandonner la médiocrité et la politique du ventre pour servir avec vertu et honnêteté ? Quelles sont vos idées concrètes aux jeunes de la RDC pour les encourager à embracer ce qui est difficile et inconnu pour devenir inventeurs, innovateurs et entrepreneurs ? S’il vous plaît, intellectuels de la RDC, revenez à votre rôle traditionnel et honorable de critique positive et de promoteurs d’idées nouvelles, car la RDC a besoin de vous, maintenant, et non pas plus tard.

Tongele N. Tongele, Ph.D.
Docteur en génie mécanique et professeur d’université aux USA.
tongele@cua.edu


© Congoindépendant 2003-2017

 

4 Réactions

Bernard B. [tshamwa@bluewin.ch] 27/06/2017 20:23:50
Etude Politique, Stratégique, Géopolitique, et Géostratégique pour la RDC.

Thème : La balkanisation de la RDC est lancée.

Ba ndeko banso batangaka ba Etudes natindelaka bino, surtout Etudes ya mikolo oyo eleki, bakoki kokamua té soki nalobi tè balkanisation ya RDC ebandi, po, nalakisaki bino banda kala tè ezali eloko ekosalema po ba Juifs bazua mabele na RDC. Na Etudes ya Thème : « Le Secret des « Pierres-Guides » de la Géorgie aux USA contre la RDC - 1ère, 2ème, 3ème, et 4ème édition, » nalakisaki bino lisusu plan ya ba Sionistes contre la RDC.

Le 16.11.2016, na Kivu, ba rwandais basilisi kolengela balkanisation, pe baponaki date ya ko proclammer République ya bango na Kivu. Le 24.11.2017, bamatisi drapeau ya République ya bango na Capitale ya bango. Bapesi République ya bango kombo ya « République Unie du Kivu. » - Bokoki komona drapeau ya bango na découpage territorial ya bango na adresse internet oyo : « http://lingalamania.over-blog.com/2016/11/archi-top-secret-mission-2017_republique-unie-du-kivu.html du 16.11.2016. »

Découpage territorial oyo elandi Carte Linguistique ya Swahili lokola bokoki komona yango na adresse internet oyo : « https://www.google.ch/search?q=swahili&ie=utf-8&oe=utf-8&client=firefox-b&gfe_rd=cr&ei=tH5RWfCfCMvW8ge667qoDA.»

Carte Linguistique ya Swahili, na découpage territorial ya République Unie du Kivu, ekeseni té na Carte Minéralogique ya RDC na EST. Elingi koloba tè bato bakomi Swahili na mabanga ya Géorgie na USA, ezali bango bazali sima ya ba rwandais po na balkanisation ya RDC.

Donc, denge nayebisaki bino, kokoma Swahili na mabanga ya Géorgie na USA ezali elembo monene ezali kolakisa tè RDC etiami na liste ya ba mboka ya kosala EXTERMINATION ya ba peuples ethniques.

Kobuma Kanambe azali kobuma bato na RDC ezali ebandeli ya Extermination. Soki bomoni motango ya bato bakufi, na ba fausses communes, sans compter baye abuakaka na ebale, bokomona tè tokoti déjà na tango ya extermination ya peuple ya RDC.

Esengeli botala malamu Carte Linguistique ya Swahili : Bokomona tè Katanga elakisami té na zone linguistique ya Swahili ! - Po na nini ? - Ezali Stratégie de Dissimulation, po ba Congolais bafongola miso té na maye makosalema. En réalité, zone linguistique ya Swahili ekeyi kino Katanga. Yango wana « Chambre de Commerce ya ba Français » ekoti na Katanga, po SUD ya RDC ezala na Liaison na République Unie du Kivu.

Likambo oyo elakisi polele tè Etudes nasalelaki bino na Thèmes ya « Stratégie de Diversion » na « Stratégie de deux mâchoires » ezali ya solo.

Banguna bazali kokende mbangu po bakokisa posa ya bango, kasi biso, tozali kolala pongi ya ba bébés. - Tolamuka !

CENCO azali na mokumba ya kotelemisa peuple, lokola abeti mbela. Bokoki kobanga eloko té, po mboka ya biso ekoti na likama ya kobunga. Ata soki motu lokola Mende alobi tè CENCO azali kobelela SOULEVEMENT POPULAIRE, bokoki kobanga té, pe bokoki kopesa ye réponse té, po, sika oyo, tokomi na ba camps mibale : 1) Camps ya ba rwandais, na 2) Camps ya ba Congolais. - Biso tozali ba Congolais, tozali kobundela mboka ya biso. Ba Mende bazali ba rwandais, bazali koluka kobungisa mboka ya biso. - Bitumba ya biso ezali contre ba rwandais, na baye banso bazali ko soutenir bango.

Botala titre oyo ebimi na Journal ya Radio Okapi : « Jacob Zuma et Joseph Kabila saluent «l’aboutissement heureux du dialogue politique» en RDC ». - Publié le lundi 26/06/2017.

Elingi koloba nini ? - Elingi koloba tè Kanambe na Zuma bazali koseka ba politiciens Congolais, po ye a rouler bango dans la farine, pe bapesi ye Présidence à vie na RDC. - Ezali likambo oyo nakebisaki bino na yango tango natindelaki bino ba Etudes na Thème ya « Stratégie de l’Oiseleur »
Nakebisaki Etienne Tshisekedi wa Mulumba akota té na élection na bapaya, aboyaki koyoka ! Nakebisaki bino bokota té na ba Dialogues, na mutambu ya Stratégie de l’Oiseleur, boboyaki ! Lelo, Nazali kokebisa bino na Balkanisation ya RDC. - Est-ce que bokolanda oyo nalakisaka bino ?

Tozali na nzela se moko po na kobikisa mboka ; nzela yango ezali nzela ya CNS de Libération Nationale. Soki bozalaki na nzela mosusu ya malamu ya kolanda, ba mbula ebele boye esengelaki kolekela RDC na bohumbu ya ba rwandais té. Lokola emonani tè bozali na nzela mosusu ya kolanda té, po na nini bolingi kolanda nzela nazali kolakisa bino té ?
Bernard B.
27.06.2017



Muana ya mokolo lopango [Muana@yahoo.fr] 28/06/2017 08:15:32
Monsieur Tongele,

Vous dites :
´D’une façon simpliste, quelqu’un qui suit les discussions intellectuelles en RDC remarquera que presque tout tourne autour d’un seul sujet, à savoir le changement du pouvoir politique en RDC. Ce changement est nécessaire et doit se faire comme prévu cette fois-ci en Décembre 2017. ´

Vous êtes donc convaincu que le changement aura lieu en Décembre 2017!!! Les occupants Rwandais et ougandais partiront tranquillement en décembre.... C?est de la conviction ou de la naïveté ?

Je brûle d?envie de monter une école d?art à Mutarule, un centre informatique à BENI, faire quelque chose au grand kasaï... seulement voilà c?est pas possible ! Les massacres et l?odeur des fosses communes rendent tout projet de société irréalisable.

Dans quel pays du monde le développement humain a été possible dans un tel environnement. Quel sujet peut être plus urgent et plus préoccupant que le massacre de congolais. Qui sommes nous pour détourner le regard face à ces atrocités ????

La maison RDC brûle et le plus urgent c?est d?éteindre l?incendie et d?arrêter les pyromanes. Autrement nous aurons perdu le sens de priorité. Tous les congolais intellos ou pas doivent se lever comme un seul homme pour dénoncer et mettre fin à cette barbarie.

Le reste attendra !!!



Mayoyo Bitumba Tipo-Tipo [mbtt29062017@hotmail.com] 29/06/2017 10:29:10
Cher Tongele N. Tongele,

Vous l’avez bien écrit, « la liste des problèmes en RDC est longue, mais la liste des propositions concrètes et d’idées novatrices pour résoudre ces problèmes parait inexistante ». Ce constat est exact non seulement à l’échelle de la RDC mais aussi de toute l’Afrique subsaharienne. Mais il y a des exceptions et je pense en être une. Car, depuis que CIC existe et bien avant son existence, je vulgarise mes idées réformatrices en matière de gouvernance. Quand vous affirmez, par exemple, qu’en RDC, « les intellectuels paraissent démissionnaires et semblent, eux aussi, attendre un président/une présidente qui viendrait avec des idées messianiques », retenez que la deuxième page de couverture de mon livre « L’Ajustement politique africain. Pour une démocratie endogène au Congo-Kinshasa » dit exactement la même chose : « la cause principale de l’effondrement africain généralisé est à rechercher dans la démission des élites locales devant les tares du modèle politique hérité de la colonisation ». Mais vous allez vite en besogne quand vous vous imaginez que ce sont les « idées et propositions concrètes en circulation qui vont influencer et nourrir les candidates et candidats à la présidence lors de leurs campagnes présidentielles en novembre 2017 ». Contrairement à ce qui se passe en Occident où les hommes politiques sont à l’écoute permanente des intellectuels, allant jusqu’à commander des réflexions dans tel ou tel autre domaine, en RDC et ailleurs en Afrique subsaharienne, quand on devient homme politique, on s’imagine, à tort bien sûr, il devient ipso facto un grand intellectuel. La politique du ventre vient compliquer les choses, car seules les idées allant dans ce sens trouvent un écho favorable chez l’homme politique. Voilà pourquoi on ne fait pas attention aux propositions concrètes et idées novatrices pour résoudre nos problèmes, surtout en matière de gouvernance.



Elili [dibangu@hotmail.com] 30/06/2017 05:47:02
Chers MBTT et Monsieur Tongele,
Je pense que tous les deux vous avez raison dans ce que vous dites. Lorsque Monsieur Tongele « la liste des problèmes en RDC est longue, mais la liste des propositions concrètes et d’idées novatrices pour résoudre ces problèmes parait inexistante ». Le verbe paraît inexistante montre clairement que le professeur n?est pas affirmatif et prouve que l?inexistante indique que le professeur qui vient de s?intéresser à la recherche des solutions aux problèmes du Congo n?a pas fait une étude préalable pour savoir s?il n?y a pas eu avant lui ce souci là dans le chef des Congolais. C?est là que l?affirmation de MBTT est une réalité. Cher MBTT, vous n?êtes pas une exception, vous êtes un parmi ceux qui se sont posés des questions sur la situation du Congo et la recherche des solutions appropriées aux problèmes non seulement du Congo, mais de l?Afrique. Dommage, je vous écris en réagissant à vos écrits à partir de là où je travaille, et je ne peux pas produire un autre article pour vous montrer que beaucoup de diplômés d?université du temps du Zaïre commençaient des recherches orientées vers une recherche des solutions aux problèmes du pays et de l?Afrique. Seulement, la communication jadis (il y a vingt ans à peine), n?était pas celle que nous avons aujourd?hui. Si nous pouvons encore échanger sur cette plate forme, c?est parce qu?elle existe. Le professeur Tongele ne sait pas probablement un dicton, si vous voulez cacher quelque chose à un noir Africain, mets le dans un livre. Ensuite, les livres coûtent chers pour des gens qui n?ont pas encore eu le minimum nécessaire pour leur vie de chaque jour. Un directeur de thèse africain disait à son étudiant qui préparait sa thèse en Europe : "fais tout pour faire le plus de recherches possibles pour aider tes collègues qui eux ont encore pour préoccupation de subvenir à leurs besoins élémentaires: une bonne logistique, le transport, la nourriture, etc... C?est ainsi que j?avais suggéré une fois que MBTT puisse organiser une rencontre ou même un colloque pour au moins lancer un document sur ce sujet qui serait un document de base dont on pourrait s?inspirer. Le professeur Tongele avec l?énergie de la jeunesse peut aussi lancer des idées qui pourraient réunir les professeurs et intellectuels congolais qui sont aux USA dans cette perspective. Que Dieu nous vienne en aide.


 

Tous droits réservés © Congoindépendant 2003-2017                   mkz@congoindependant.com  Tél : +32 475 22 90 65.