AccueilCharteQui sommes-nous?RédactionAidez votre journal
19 Mai 2017

Mascarade :

Prison de Makala : Et si Ne Muanda Nsemi a été exfiltré et exécuté ?

 

Ne Muanda Nsemi, le leader du mouvement politico-religieux Bundu di Mayala

Quarante-huit heures après l’annonce, mercredi 17 mai, de l’évasion de plus de 4.600 détenus de la prison de Makala dont Ne Muanda Nsemi, rares sont les observateurs impartiaux qui étaient prêts à gober la version officielle. Le silence de cet homme friand des joutes oratoires suscite des interrogations. D’aucuns n’hésitent pas à subodorer que le leader de l’ex-Bundu dia Kongo a été exfiltré et abattu par les sicaires du régime kabiliste. Jeudi 18 mai, le ministre de la Justice Alexis Thambwe Mwamba a annoncé la mise sur pied d’une commission d’enquête.

«Si Ne Muanda Nsemi était encore en vie, il se serait déjà exprimé. Il a sans doute été liquidé. D’ailleurs, des témoins assurent qu’il a été contraint de quitter sa cellule. Il ne voulait pas fuir ». L’homme qui parle s’appelle Bamba di Lelo.

Natif de la province du Kongo central, cet universitaire congolais fait partie de ceux qui doutent de la fiabilité de la version officielle. «Joseph Kabila est très rancunier, glisse-t-il. Cette prétendue évasion semble avoir été montée de toute pièce par le pouvoir. Je crois qu’on vient d’assister à une opération punitive ».

Les thèses en présence

Le ministre de la Justice, Alexis Thambwe Mwamba, a annoncé, jeudi 18 mai, l’ouverture d’une enquête afin de faire toute la lumière sur "l’attaque", mercredi 17 mai, à l’aube, de la prison centrale de Makala.

Cette maison d’arrêt est pourtant un lieu gardé 24 heures sur 24 par des policiers mais aussi des éléments de la garde prétorienne de « Joseph Kabila ». Ceux-ci sont chargés de surveiller les personnalités condamnées en janvier 2003 dans le cadre du procès sur l’assassinat du président Laurent-Désiré Kabila. Une situation qui place cet établissement sous la tutelle informelle de "Kabila".

L’impartialité de l’enquête annoncée risque d’être battue en brèche par un détail interpellant. A savoir que le directeur de la prison de Makala, le colonel Thaddéé Kabisa, n’est nullement inquiété. Bien au contraire. Malgré le dysfonctionnement patent, l’homme continue à occuper son bureau.

Sous d’autres cieux, cet officier aurait déjà été suspendu ne serait-ce à titre conservatoire afin que sa présence ne perturbe guère les investigations. L’obligation de rendre compte oblige!

Des observateurs ont été surpris d’entendre - bien avant l’ouverture d’une enquête - des autorités s’empresser de désigner les « miliciens » de Bundu di Mayala comme étant les « assaillants ». Ministre de la Communication et médias, Lambert Mende a accusé les membres de ce mouvement politico-religieux d’avoir mené cette « action » pour faire « évader une cinquantaine de prisonniers dont leur gourou, Ne Muanda Nsemi ».

Selon Mende, « plusieurs prisonniers dangereux et auteurs de crimes crapuleux » ont profité de cette occasion pour se faire la belle. Ces propos sonnent comme un message subliminal annonçant la montée de la criminalité dans la capitale.

Porte-parole de la police nationale, le colonel Pierrot Mwanamputu ne dit pas autre chose. Après avoir lancé un "appel à collaboration" à la population pour dénoncer les fugitifs, il dit :" La police compte énormément sur la collaboration de la population pour éviter la recrudescence de la criminalité dans les prochains jours". Surprenant!

Dans une déclaration à la presse kinoise, l’avocat du Bundu di Mayala a réfuté les accusations proférées par les officiels. Pour lui, son client est censé se trouver à Makala. Et la fameuse évasion n’est ni plus ni moins qu’un « montage ». Au motif, que les adeptes de BDM n’utilisent jamais des armes de guerre. Or mercredi matin, les populations environnantes ont entendus des tirs à l’arme automatique sans que l’on sache qui tirait sur qui dans l’enceinte de la prison.

Piqué au vif par la riposte de cet avocat, Thambwe a perdu son sang-froid au point de traiter ce juriste de « farfelu ». Farfelu parce qu’il soutient une position contraire à l’orthodoxie d’Etat ? « C’est un avocat certainement irresponsable peut-être même militant (…) » a estimé « Alexis ».

Depuis mercredi 17 mai, certaines sources avaient fait état de la fuite des « militaires fidèles à Jean-Pierre Bemba » parmi les évadés. Un cadre du MLC est formel : « C’est faux! Nos militaires sont toujours à Makala. Ils n’ont aucun intérêt à prendre le large sachant qu’ils devraient bénéficier des mesures d’amnistie dans le cadre de la décrispation politique ».

Le « contentieux » « Kabila »-Ne Muanda Nsemi

Dans une vidéo diffusée en février dernier sur les réseaux sociaux, Ne Muanda Nsemi accable « Joseph Kabila » de reproches pour ne lui avoir pas offert de maroquin dans le gouvernement du Premier ministre Samy Badibanga estimant qu’il a été « remercié en monnaie de singe » alors qu’il a milité pour le dialogue et le « glissement ».

Dans cette séquence filmée, on voit le leader de l’ex-BDK la tête ceinte d’un bandeau écarlate. Après avoir rappelé le double massacre de ses partisans en 2007 et 2008 au Bas-Congo, il assène: «Joseph Kabila n’a jamais payé des dommages intérêts». Il poursuit : « Ancien taximan en Tanzanie, Hippolyte Kanambe n’a pas d’argent. Aujourd’hui, il brasse des millions ».

Au lieu de s’arrêter là, Ne Muanda Nsemi sortit l’artillerie lourde en lançant : « Quelqu’un qui n’est pas Français peut-il devenir Président en France? Non! Pourquoi est-ce le cas ici au Congo? Hippolyte Kanambe est un Rwandais. Tous les Rwandais dehors! Kabila dehors! Ruberwa et Rugwiza dehors ».

Accusé d’avoir « offensé » « Joseph Kabila » par une justice aux ordres, le leader du BDM est arrêté en mars dernier après plusieurs jours de siège. Il a, par la suite, été embastillé à Makala. La Cour suprême avait décidé son assignation à résidence.

Près de soixante-douze heures après cette « fugue » annoncée, deux questions continuent à tarauder les esprits. Où est passé Ne Muanda Nsemi ? « Joseph Kabila » a-t-il organisé cette mise en scène pour faire liquider un adversaire politique qui l’avait « blessé »?

Questions finales: après avoir bouté le feu dans le "Grand Kasaï", "Joseph Kabila" a-t-il fait le pari de récidiver à Kinshasa? Les sbires du régime vont-ils "régler des comptes" aux adversaires du "raïs" en imputant ces crimes aux évadés de Makala?

Baudouin Amba Wetshi
© Congoindépendant 2003-2017

 

12 Réactions

Roger Kas [roger_kas@yahoo.fr] 19/05/2017 20:01:30
Le lendemain de cette "évasion" j’ai fait la route Kinshasa-Mbanza-Ngungu par taxi. A ma grande surprise, aucune barrière n’a été dressée sur cette route pour contrôler les passagers. Or, ç’aurait été le cas pour cette destination qui est la région du "fugitif"...



Mzaliwa Mkungilwa [mkungilwamz@yahoo.fr] 19/05/2017 20:23:44
Attention Kinshasa; beaucoup de tueries du pouvoir en place hors Mandat,seront mises sur le dos des évadés des prisons...



Belewono [belewono@yahoo.co.uk] 19/05/2017 21:04:17
Revoir Ne-Mwanda Nsemi en vie sur cette terre des hommes serait un miracle divin. A entendre des témoins, qu’il a été forcé de fuir et à moto par des personnes inconnues vers une destination inconnue doit inquieter les Congolais. Il y a une grande probabilité qu’il soit tombé au piège tendu par kabila et ses frères rwandais qui n’ont jamais été aussi malmené que par les propos tenus par Ne-Mwanda Nsemi. C’est leur coup; et s’il s’il s’averait que kabila a monté ce kidnapping pour le liquider, les Congolais doivent se dire qu’ils sont foutu et ne doivent qu’attendre l’extenction totale de tout un peuple. Car, un chef d’etat qui se comporte de la sorte est pire que la fièvre hémoragique Ebola pour un peuple. Attendons voir, si Ne-Mwanda Nsemi n’a pas été enlevé par kabila et les occupants du Congo.



GERMAIN [flower200980@yahoo.de] 19/05/2017 23:16:53
Chers compatriotes,
Ne croyez pas a ce scenario monte de toutes pieces par le regime sanguinaire de KANAMBE. Posez-vous cette question concernant cette fameuse evasion spectaculaire.
1. Devant cette humiliation, le directeur de la prison n’a pas ete demis de sa fonction, il est toujours la, il continue a exercer son travail tranquillement.
2. Posions-nous encore cette question simple, la prison de Makala est bien gardee par des loyaux policiers et la garde privee de KANAMBE bien arme jusqu’aux dents. Cela veut dire que les policiers et militaires etaient en etat d’ebriete ou d’hypnose?
3. On nous fait croire, une masse 3000 a 4000 evades. Si oui, dans quelle direction sont ils passes incognito et sans etre vus avec leurs uniformes des bagnards! Qu’on ne nous raconte pas que les evades etaient deguises en nudiste pour ne pas etre reconnu. Un tel mensonge serait de l’amateurisme et non du professionnalisme.

4. Pourquoi devant cette occasion en or et rare, certaines figures connues telles que FRACK DIONGO, MUYAMBU, KAPEND,
DIOMI NDONGALA etc. n’ont pas pris la poudre d’escampette? Finalement, ne nous dites pas qu’ils avaient les mayanzi et ne pouvaient pas marcher et courir.

5. Cette fausse evasion visait a liquider sans temoin certaines figures, surtout NE MWANDA NSEMI, les militaires de JEAN-PIERRE BEMBA, les ex-ELEMENTS de la DSP et d’autres personnes indesirables.
Meme la prison de KASANGULU dans le KONGO CENTRAL a ete vide voire meme les mouches ont egalement pris la poudre d’escampette. Hein! Le Kongo de Kanambe est devenu amer, BOLOLO.
Je le repete, " La version mensongere du gouvernement c’est de l’ AMATEURISME ". Chers compatriotes, si NE MWANDA NSEMI s’etait evade, il devrait deja parler dans sa cache. Les jours passent, il ne fait aucun signe de vie. Allez y comprendre la suite. LES EVADES SONT DEJA ENFOUIS DANS DES FOSSES COMMUNES AU KONGO OU AILLEURS, UNE SPECIALITE BIEN CONNUE DU REGIME SANGUINAIRE D’OCCUPATION. ET LA COMMUNAUTE INTERNATIONALE DANS CETTE SALE AFFAIRE? TOUJOURS, SILENCE RADIO.

LAUT EBERT HUBBARD: DIE LUEGE IST EIN SEHR TRAURIGER ERSATZ FUER DIE WAHRHEIT, ABER SIE IST DER EINZIGE, DEN MAN BIS HEUTE ENTDECKT HAT.

LUEGEN HABEN KURZE BEINE.



kitambala wa kitambala [kitambala@web.de] 19/05/2017 23:52:29
Il est temps d´en finir avec kabila.



Kolomboka [kolomboka@yahoo.fr] 20/05/2017 01:05:03
A Baudouin Amba,

Votre analyse est à la fois intéressante et cohérente.Les questions posées sont d’une logique imparable. Que les sbires du régime défunt nous prouvent le contraire. Enfin, le Docteur Bamba di Lelo qui maîtrise parfaitement les méandres de la territoriale et des services de renseignements de la Ville de Kinshasa et du Congo profond a éclairé suffisamment notre religion sur ce crime crapuleux commis une fois de plus par Joseph Kabila un sujet rwandais par essence. Une chose est certaine : Joseph Kabila doit s’attendre à un retour de la manivelle. Car, le peuple "Mukongo" qui se voit offusqué par la perte inattendue de Ne Muanda Nsemi va certainement réagir avec vigueur et détermination. C’est donc, le début du soulèvement populaire et de la révolution tant attendue ! Qui vivra verra !

J’ai dit !

Kolomboka



Combattant Résistant de l’Ombre [sychar@yahoo.fr] 20/05/2017 05:32:12
Croire c’est voir. Heureux ceux qui ont cru sans voir. L’esprit des vrais Kongolais a été reformaté dans la peur, le sensationnel, la distraction, le doute, la religiosite imbecilisante. Makala, Kasangulu est une diversion incertaine, improbable du Tutsi Power de l’Afdl, un pouvoir honni ne peut s’auto-détruire un 17 Mai par la stratégie du chaos. Le Véritable Dieu parle tantôt d’une manière tantôt d’une autre mais plusieurs Kongolais n’y prennent garde. Tous les Kongolais qui combattent en vérité et en esprit ce pouvoir barbare ne sont pas des faux politiciens médiocres collabos minables pourris corrompus...



KUM [kumab2009@hotmail.com] 20/05/2017 05:47:35
"Ne Muanda Nsemi accable ’Joseph Kabila’ de reproches pour ne lui avoir pas offert de maroquin dans le gouvernement du Premier ministre Samy Badibanga [...] il a été ’remercié en monnaie de singe’ alors qu’il a milité pour le dialogue et le ’glissement’".

NOUS VOILÀ!
TOUS CES "OPPOSANTS" CONGOLAIS MANIFESTENT DE L’INDIGNATION UNIQUEMENT QUAND LEURS INTÉRÊTS PERSONNELS SONT LÉSÉS.
ALORS QUE GAGNE L’ENSEMBLE DE NOTRE POPULATION DANS TOUT ÇA?



Jo Bongos [jo.bongos@msn.com] 20/05/2017 11:21:00
« Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, mais par ceux qui les regardent sans rien faire. » [Albert Einstein.]



Ne Muanda Nsemi Tula Muisi Yazaza [lambertmende6@gmail.com] 20/05/2017 12:10:48
Au lieu de s’arrêter là, Ne Muanda Nsemi sortit l’artillerie lourde en lançant : « Quelqu’un qui n’est pas Français peut-il devenir Président en France? Non! Pourquoi est-ce le cas ici au Congo? Hippolyte Kanambe est un Rwandais. Tous les Rwandais dehors! Kabila dehors! Ruberwa et Rugwiza dehors »

Est-ce cela que l’on appelle CRIME DE LESE MAJESTE ? Donald Trump n’avait-il demande a Obama de produire son certificat de naissance pour certifier qu’il etait reellement americain, ne aux USA, sur le sol americain, dans une maternite americaine et NON Kenyane. Fallait-il pour cela arreter Trump et l’expedier a Guantanamo ? Je crois que non. Mais a quand le test ADN tant demande par le peuple Congolais pour prouver sa paternite avec Laurent Desire KABILA 9 et NON CHRISTOPHER KANAMBE )?



Christian [christian@yahoo.fr] 20/05/2017 17:43:34
Il y a des fortes probabilités que Mwana Nsemi soit depuis lors exécuté!
Pourquoi le porte parole du gouvernement, comme pour l’affaire de l’assassinat des experts des nations unies, Mende donne tous les détails de l’attaque de la prison. Étonnant!
Comme par hasard, les véhicules sont brûlés devant la prison comme devant le siège social de l’UDPS, ici encore, c’est troublant!
Enfin, des renforts de police sont acheminés sur le lieu après une heure, pour ne pas gêner l’exfiltration de l’ennemi juré de "kabila". Et pourtant, la PIR - la fameuse police d’intervention rapide - est à moins de 15 Minutes de Makala.
Mais plus grave, alors que les habitations de Ne Mwana Nsemi à Kinshasa et au Kongo central sont connues, jusqu’à ce jour, ses parents et adeptes qui y vivent, ne sont pas inquiétés contrairement aux habitudes du régime. Pas surprenant, par ce que le régime "kabila" sait la vérité, Mwana Nsemi est bien mort assassiné.



kitambala wa Kitambala [kitambala@web.de] 20/05/2017 21:58:50
Voila une information urgente à tous les congolaise et congolais. svp très urgents.
20 0517 - Carnage au Kasaï, témoignage des prêtres
Les couvents et les paroisses catholiques de Bilomba, Ndekesha, Masuika et Luebo sont la proie de traitement sévères et inhumains de la part de militaires congolais et de centaines de guerriers-rebelles, identifiés comme étant de sujets de l’armée Rwandaise incorporés dans les FARDC. Ces soldats rwandais sont des ex-miliciens du CNDP et du M23 mixés et brassés au sein des FARDC

Nos sœurs Kasaiennes sont violées, et les prêtres assassinés à Tshikapa dans des incidents très isolés et souvent non couverts par la presse. Les congolais Lubaphones sont pourchassés comme des gibiers toutes les nuits au nom d’une certaine mission du gouvernement visant à démanteler la résistance de jeunes activistes Kamuina Nsapu. Ces derniers se sont donne le devoir et la mission de défendre leur contrée du projet en cours et exécuté depuis Kinshasa de déplacer la population du territoire qui doit être soumis aux recherches d’exploration et sous peu à l’exploitation des produits du sous-sol par l’intermédiaire des firmes étrangères.
Un scenario très, très identique au cas des déplacements massifs et forcés des populations de leurs villages et/ou d’extermination des résistants dans les provinces du Kivu.

Des milliers de villageois, citoyens innocents quittent leurs maisons à l’écoute de nouvelles d’attaques imminentes...
Un grand nombre de congolais a traversé la frontière-ouest du pays vers l’Angola pour trouver refuge.
Plusieurs femmes, jeunes hommes, vieillards et enfants sont morts sur la route, de peur, de fatigue, de faim...
Les images de jeunes filles mutilées, des enfants avec de plaies béantes dans le crane, ou de jeunes hommes dont les jambes ont été estropiées à la machette que nous avons reçues sont trop horribles que pour être publiées sur les réseaux sociaux.

Le carnage de guerriers étrangers (habillés en tenue des militaires congolais) au Kasaï est réel. Les médias sont éloignés des lieux de massacres, et à Kinshasa, la capitale de la RDCongo, les autorités en charge de veiller à la sécurité des biens et vies humaines ne disent mot !
La tragédie humaine au Kasaï (RD Congo) et ses répercussions à la frontiere Angolaise ne sont relayées que par occasions dans la presse Angolaise (en langue portugaise).
Il est du devoir de tout citoyen congolais, de tout être humain de chercher à s’informer, et de passer cette information aux autres, aux instances de la Monusco, aux institutions internationales de Droits de l’homme, aux groupes parlementaires des pays occidentaux
et ceux de l’UA.
Il est temps, une fois de plus, de condamner ces exactions et attaques criminelles, et de tenir illico pour responsables les autorités des villes, les instances provinciales et gouvernementales coupables de négligence et de meurtre dans l’exercice des fonctions dont ils ont la charge.
Le Congo se vide de son peuple en silence... Apres le Kivu, un nouveau front, théâtre d’un génocide humain aux fins d’exploitation du sous-sol congolais s’installe au Kasaï ...
L’Urgence s’impose!!!


 

Tous droits réservés © Congoindépendant 2003-2017                   mkz@congoindependant.com  Tél : +32 475 22 90 65.