AccueilCharteQui sommes-nous?RédactionAidez votre journal
21 Avril 2017

Connivence :

Kinshasa : Une mission de la SADC Ă  la rescousse de "Kabila"

 

Augustine Mahiga, ministre tanzanien des Affaires étrangères

Le Congo-Kinshasa est redevenu plus que jamais le «grand malade de l’Afrique centrale». Il suffit, pour s’en convaincre de comptabiliser le nombre des missions envoyées à l’étranger pour plaider la cause d’un «Joseph Kabila» décidé à s’accrocher au pouvoir. Et ce en dépit du fait qu’il est fin mandat et inéligible. Ministre des Affaires étrangères, Léonard She Okitundu vient d’effectuer une tournée africaine à la tête d’une délégation de la mouvance kabiliste notamment à Conakry (Guinée), Libreville (Gabon), Ndjamena (Tchad) et Malabo (Guinée Equatoriale). Une délégation ministérielle de la SADC (Communauté de développement des Etats de l’Afrique australe) se trouve depuis mercredi 19 avril à Kinshasa. Elle est conduite par le ministre tanzanien des Affaires étrangères Augustin Mahiga. Mission : "consulter" les représentants des forces politiques et sociales afin de contribuer à la sortie de crise. En fait, le but non-avoué est de "confirmer" la "régularité" de la nomination de Bruno Tshibala au poste de Premier ministre et d’inciter la communauté internationale à faire de même. Enfin, inviter le personnel politique à désigner le Président du Conseil national du suivi de l’accord (CNSA) de manière consensuelle et à mettre le cap vers les élections.

Logée dans un grand hôtel de la capitale congolaise, la délégation – composée de trois ministres - a eu mercredi 19 avril des entretiens avec les chefs des missions diplomatiques des pays membres de la SADC en poste à Kinshasa. Elle a échangé ensuite successivement avec une délégation gouvernementale conduite par le ministre Léonard She Okitundu et des évêques de la CENCO (Conférence épiscopale nationale du Congo).

Ambassadeur du Congo-Kinshasa en Tanzanie, Jean-Pierre Mutamba Tshampanga a indiqué à l’ACP que «le but poursuivi par cette délégation est d’accompagner la RDC pour la consolidation des acquis des deux accords », signés respectivement le 18 octobre et le 31 décembre 2016. «La gestion de la paix et de la sécurité d’un pays membre relève d’abord de cette organisation sous régionale avant d’être traitée par l’Union africaine et par le Conseil de sécurité de Nations Unies», a-t-il ajouté.

Les propos de Mutamba rend plus limpide le véritable but poursuivi par cette délégation. Il s’agit pour la SADC d’adouber la nomination de Bruno Tshibala au poste de Premier ministre par un « Kabila » qui est fin mandat et frappé d’inéligibilité. La SADC entend prendre le contre-pied de la désapprobation générale affichée par la communauté internationale au lendemain de la nomination du successeur de Samy Badibanga "en violation de l’esprit et la lettre de l’Accord de la Saint Sylvestre". Le Conseil de sécurité des Nations Unies, en tête.

»Pouvoir discrétionnaire »

Les observateurs ne se font guère d’illusion sur l’impartialité de cette mission. Selon certaines indiscrétions, le ministre Okitundu a remis à son homologue tanzanien un mémo qui trahit la non seulement la volonté de « Kabila » à demeurer calife à la place du calife mais aussi la connivence entre les autorités congolaises et les membres de ladite délégation.

On peut y lire une longue description des péripéties ayant émaillé le dialogue politique. Et ce jusqu’au « blocage » suscité par la procédure de désignation et de nomination du Premier ministre.

Pour le gouvernement, «Joseph Kabila» doit garder son «pouvoir discrétionnaire de nomination». «Concevoir les choses autrement», lit-on, reviendrait à « transformer » ce pouvoir discrétionnaire « en simple investiture du Premier ministre en violation de l’article 78 de la Constitution».

Maniant à merveille des contrevérités, les rédacteurs de ce document notent que la CENI (Commission électorale nationale indépendante) a, au 13 mars 2017, enregistré 19.331.846 sur 41.135.072 électeurs. Au cours de ce mois d’avril les inscriptions devraient commencer dans 13 dernières provinces. La clôture de cette opération est prévue le 31 juillet 2017. Question : comment la CENI pourra-t-elle enrôler en trois mois plus de vingt millions de votants alors qu’elle a mis huit mois pour un chiffre à peine inférieur?

Qu’en est-il de la publication du calendrier électoral ? Aucune date n’est indiquée. On apprend que ce calendrier «requiert au préalable que soit validé le plan de décaissement et que soit connu le niveau de l’appui logistique international ainsi que la mise en place des autorités de la transition avec lesquelles elle doit collaborer pour l’organisation des élections ». Il s’agit du Premier ministre et du Président du CNSA (Conseil national du suivi de l’accord).

« Conforter les prérogatives constitutionnelles… »

Bien que le processus électoral se trouve bloqué par la volonté de «Joseph Kabila», le gouvernement congolais dit prendre l’engagement de «créer les conditions d’un processus électoral apaisé, crédible et transparent». De même, il s’engage à assurer «la promotion et la protection des droits de l’Homme». Quelle baliverne au moment où des experts onusiens viennent de répertorier un total de 40 fosses communes au Kasaï?

Dans l’aide-mémoire transmis au chef de la diplomatie tanzanienne, les autorités de Kinshasa mettent à nu la connivence existant avec les émissaires de cette organisation en donnant non seulement l’orientation que devraient prendre les "résultats" de cette mission mais aussi les points à inscrire dans le communiqué final. A savoir : confirmer que l’article 78 de la Constitution confère à « Joseph Kabila » le pouvoir " de nommer le Premier ministre de façon discrétionnaire"; "prendre acte au nom de la SADC de la nomination du Premier ministre Bruno Tshibala, membre du Rassemblement (…)".

Autrement dit, adouber la nomination de Tshibala et affirmer que "l’urgence maintenant consiste dans la mise en place d’une équipe gouvernementale chargée de préparer et organiser les élections apaisées (…) ". Et recommander aux acteurs politiques congolais de procéder rapidement à la mise en place de la CNSA ainsi qu’à la désignation d’un Président de consensus.

On n’apprenait dans la soirée de jeudi que le Rassemblement dirigé par Felix Tshisekedi Tshilombo aurait décliné l’invitation lui adressée d’être reçu en même temps que l’aile dissidente dirigée par Joseph Olenghankoy...

B.A.W
© Congoindépendant 2003-2017

 

10 Réactions

KUM [kumab2009@hotmail.com] 21/04/2017 05:59:06
La Tanzanie qui trouve son compte dans le régime sanguinaire de Hippolyte Kanambe alias JoKa, n’a pas d’autre alternative que de faire l’avocat du diable. Ne dit-on pas que "l’homme agit toujours par intérêt"?
Par conséquent, nous, Congolais patriotes, ne devrions pas nous en prendre aux Tanzaniens,, aux Zambiens ou aux Sud-Africains, mais nous devrions nous occuper sérieusement des Congolais collabos qui constituent une grande menace pour l’unité de la nation congolaise.



Bernard B. [tshamwa@bluewin.ch] 21/04/2017 06:03:14
Etude Politique, Stratégique, Géopolitique, et Géostratégique pour la RDC.

Thème : La SADC roulera l’UDPS, le Rassemblement, et la CENCO, dans la farine de la Charte de l’Impérialisme.

Nakomelaki bino mosala nini Stratégie de l’Oiseleur ekosala soki bondimi kokota na Dialogue na Kanambe.

Nalakisaki lisusu denge nini Stratégie de l’Oiseleur ekokotisa Kanambe na Shémitah, pe na Jubilé.

Lokola bokotaki na Dialogue malgré mes avertissements, bino moko bokueyi na mutambu ya Stratégie de l’Oiseleur, pe bokotisi Kanambe na Shémitah, sima bokotisi ye na Jubilé.

Jubilé ya Kanambe esengelaki kobanda na Pâque 2016 po na kosuka na Pâque 2017, po eumelaka mbula mobimba.

Tango Accord de la CENCO ebimaki, Kanambe azalaki toujours na kati ya delai ya Jubilé ya ye, pe Accord ya CENCO epesi ye eloko azalaki koluka, c’est à dire Présidence à vie na RDC. Kobanda tango wana, boyeba tè Kanambe akomi déjà Président à vie na RDC. Bitumba azali kobunda sika oyo ezali ya kokangama libela na bokonzi bopesi ye.

Bandeko na UDPS basengeli ba reconnaître tè ba Trahir RDC tango bayebisaki na Kanambe atia Constitution ya RDC " entre parenthèse " po apesa Primature na UDPS. - Batiaka Constitution entre parenthèse té. Na mboka nini boyoki likambo ya denge wana esalema ? De surcroit, Kanambe azali Rwandais, denge nini un véritable Congolais akoki kopesa makanisi ya denge wana na mopaya, contre son propre pays ? Est-ce que ezali Kanambe abotolaki bokonzi na UDPS na élection ya 2011 té ?

Sika oyo, boyeba tè " Charte de l’Impérialisme " oyo natieli bino ekokanga RDC na bohumbu pendant longtemps encore.

Plan Obed Yinon, na Plan Kalergi, nyonso mibale esalisaka ba Sionistes po basalela " Charte de l’Impérialisme " na RDC. - Botanga Charte de l’Impérialisme oyo po boyeba denge nini tokomi bahumbu ya ba Occidentaux, pe bahumbu ya ba Rwandais, kaka po na LOKOSO ya bato ya UDPS ya kozua Primature.
---------------------------------------------

LA CHARTE DE L’IMPÉRIALISME :

La présente « charte » a été élaborée à Washington pendant la « traite négrière », ensuite discrètement négociée à la « conférence de Berlin en 1885 » pendant que les puissances Occidentales se partageaient l’Afrique ; renégocié secrètement à Yalta au moment du partage du monde en deux blocs après la deuxième guerre mondiale et pendant la création de la « Société des Nations », l’ancêtre de l’« ONU ». Source : « Musée de Tervuren [*]

I. DISPOSITION GÉNÉRALE

Article 1° :
De la Devise : – Devise de l’impérialisme : Gouverner le monde et contrôler les richesses de la planète ; Notre politique est de diviser pour mieux régner, dominer, exploiter et piller pour remplir nos banques et faire d’elles les plus puissantes du monde.

Article 2° :
Aucun pays du tiers-monde ne constitue un Etat souverain et indépendant.

Article 3° :
Tout pouvoir dans les pays du tiers-monde émane de nous, qui l’exerçons par la pression sur les dirigeants qui ne sont que nos marionnettes. Aucun organe du tiers-monde ne peut s’en attribuer l’exercice.

Article 4° :
Tous les pays du tiers-monde sont divisibles et leurs frontières déplaçable selon notre volonté. Le respect de l’intégrité territoriale n’existe pas pour le tiers-monde.

Article 5° :
Tous les dictateurs doivent mettre leurs fortunes dans nos banques pour la sécurité de nos intérêts. Cette fortune servira des dons et crédits accordés par nous comme assistance et aide au développement aux pays du tiers-monde.
II. DU RÉGIME POLITIQUE

Article 6° :
Tout pouvoir et gouvernement établi par nous est légal, légitime et démocratique. Mais tout autre pouvoir ou gouvernement qui n’émane pas de nous est illégal, illégitime et dictatorial, quelle que soit sa forme et sa légitimité.

Article 7° :
Tout pouvoir qui oppose la moindre résistance à nos injonctions perd par le fait même sa légalité, sa légitimité et sa crédibilité. Il doit disparaître.
III. DES TRAITES ET DES ACCORDS

Article 8° :
On ne négocie pas les accords et les contrats avec les pays du tiers-monde, on leur impose ce qu’on veut et ils subissent notre volonté.

Article 9° :
Tout accord conclu avec un autre pays ou une négociation sans notre aval est nulle et de nul effet.
IV. DES DROITS FONDAMENTAUX

Article 10° :
Là où il ya nos intérêt, les pays du tiers-monde n’ont pas de droit, dans les pays du sud, nos intérêts passent avant la loi et le droit international.

Article 11° :
La liberté d’expression, la liberté d’associations et les droit de l’homme n’ont de sens que dans le pays où les dirigeants s’opposent à notre volonté.

Article 12° :
Les peuples du tiers-monde n’ont pas d’opinion ni de droit, ils subissent notre loi et notre droit.

Article 13° :
Les pays du tiers-monde n’ont ni culture ni civilisation sans se référer à la civilisation Occidentale.

Article 14° :
On ne parle pas de génocide, de massacre ni des « crimes de guerre » ou des « crimes contre l’humanité» dans les pays où nos intérêt sont garantis. Même si le nombre des victimes est très important.

V. DES FINANCES PUBLIQUES

Article 15° :
Dans les pays du tiers-monde, nul n’a le droit de mettre dans leurs banques un plafond d’argent fixé par nous. Lorsque la fortune dépasse le plafond, on la dépose dans l’une de nos banques pour que les bénéfices retournent sous forme des prêts ou d’aide économique au développement en espèce ou en nature.

Article 16° :
N’auront droit à l’aide précitée, les pays dont les dirigeants font preuve d’une soumission totale à nous, nos marionnettes et nos valets.

Article 17° :
Notre aide doit-être accompagnée des recommandations fortes de nature à empêcher et briser toute action de développement des pays du tiers-monde.

VI. DES TRAITES MILITAIRES

Article 18° :
Nos armées doivent être toujours plus fortes et plus puissantes que les armées des pays du tiers-monde. La limitation et l’interdiction d’arme des destructions massive ne nous concerne pas, mais les autres.

Article 19° :
Nos armées doivent s’entraider et s’unir dans la guerre contre l’armée d’un pays faible pour afficher notre suprématie et se faire craindre par les pays du tiers-monde.

Article 20° :
Toute intervention militaire a pour objectif de protéger nos intérêts et ceux de nos valets.

Article 21° :
Toute opération d’évacuation des ressortissants des pays Occidentaux cache notre mission réelle, celle de protéger nos intérêts et ceux de nos valets.

VII. ACCORDS INTERNATIONAUX

Plus de 100 millions d’avis de voyageurs ! Trouvez des tarifs d’hôtels.

Article 22° :
L’ONU est notre instrument, nous devons l’utiliser contre nos ennemis et les pays du tiers-monde pour protéger nos intérêts.

Article 23° :
Notre objectif est de déstabiliser et détruire les régimes qui nous sont hostiles et installer nos marionnettes sous la protection de nos militaires sous la couverture des mandats des forces de l’« ONU ».

Article 24° :
Les résolutions de l’« ONU » sont des textes qui nous donnent le droit et les moyens de frapper, de tuer et de détruire les pays dont les dirigeants et les peuples qui refusent de se soumettre à nos injonctions sous la couverture des résolutions du Conseil de Sécurité de l’« ONU ».

Article 25° :
Notre devoir est de maintenir l’Afrique et d’autres pays du monde dans le sous-développement, la miser, la division, les guerres, le chaos pour bien les dominer, les exploiter et les piller a travers les « Missions » de «Nations-Unies ».

Article 26° :
Notre règle d’or est la liquidation physique des leaders et dirigeants nationalistes du tiers-monde.

Article 27° :
Les lois, les résolutions, les cours et tribunaux des « Nations-Unies » sont nos instruments de pression contre les dirigeants et les leaders des pays qui défendent les intérêts de leurs peuples.

Article 28° :
Les dirigeants des puissances Occidentales ne peuvent être poursuivis, arrêter ni incarcérer par les cours et tribunaux de l’« ONU », même s’ils commettent des « crimes de guerre », de « génocide » ou des « crimes contre l’humanité ».

NOTE :

[*] À Tervuren se trouve le « Musée royal de l’Afrique centrale », Tervuren (anciennement Tervueren et également en français) est une commune néerlandophone de Belgique située en Région flamande dans la province du Brabant flamand. C’est la seule commune périphérique de la Région de Bruxelles-Capitale à être située dans l’arrondissement de Louvain (les autres sont situées dans l’arrondissement de Hal-Vilvorde). Elle compte environ 20 600 habitants.

--------------------------------------------------------------

Eloko nini RDC asengeli kosala po na kobima na bohumbu oyo ?

1) RDC asengeli aloba polele tè ba Institutions nyonso ezali illégales, pe illégitimes.
2) RDC asengeli aloba tè Kanambe azali lisusu Président ya RDC té kobanda le 19 to le 20 décembre 2016.
3) UDPS, Rassemblement, na CENCO, bakota té na Dialogue mosusu na Kanambe na nzela ya SADC.
4) Ba Congolais banso ba démissionner en bloc na Assemblée pe na Sénat.
5) CENCO azua bokonzi ya mboka en attendant que politicien aya kolongolela bango mokumba noki-noki.
6) CENCO abongisa CNS de Libération Nationale ya environ 60 personnes bauti na ba provinces ya biso 12 y compris Kinshasa, po to publier Hymne National ya sika, Drapeau ya sika, Constitution ya sika, Institutions ya sika, Plan de développement intégral, na Politique Générale ya sika.
7) Politicien Congolais ata moko akota té na Gouvernement ya Tshibala.

SOKI TOSALI BOYE, TOKOBIKISA RDC, PE BOHUMBU EKOSILA.

Félix Tshilombo akota té na Négociation po na Primature.

Bernard B.
21.04.2017



Sulatani la passion du congo [sergentita@gmail.com] 21/04/2017 06:04:31
Bien dit compatriote Baw,la Sadc est une caisse de resonance des Dictateurs africains on ne sera pas surpris de son communiqué final bref après quoi ils se rendront vite à l’évidence qu’ils n’auront fait que exacerber la crise en jouant la partition de Mr Kabila, cela le rendra ridicule et même va d’avantage le discréditer à jamais aux yeux de l’opinion congolaise et du monde,surtout de la Cedao qui semble mieux faire en Gambie. bref qu’il se rappel de tous les soutiens qu’ils ont apportés par le passé et même recent qui n’ont rien fait car evitant le vraiment problème et la vraie solution avec ses vrais acteurs. Si pareille complaisance se reproduit cette fois-ci, une fois notre combat gagné nous allons nous retirer de cette organisation comique l’UA y comprise



jo Bongos [jo.bongos@msn.com] 21/04/2017 09:21:57
On voit que les diplomaties du Rwanda et de l’Ouganda font du bon travail pour maintenir ce regime briquebalant et honni par le peuple congolais. Leur seul argument ? Tout changement politique au Congo pourrait aggraver la situation dans la Région des Grands Lacs. Et comme le monde entier écoute bibliquement ce que dit Kagame, on fait attention. On essaie de trouver le meilleur moyen d’endormir les pauvres congolais. La cupidité atavique de ces derniers et la médiocrité de son industrie politique aidant, on vous fabrique des options de réchange. Les unes plus ridicules que les autres. Vous voilà désormais entre deux choix: le maintien de Bruno ou l’ouverture d’un troisième dialogue pour investir le Prince Félix.

Des charniers, des morts, la misère et la précarité, l’insécurité, 8 résolutions du Conseil de sécurité depuis 2013, on s’en contrebalance. Tant que certains roulent en 4/4, que la Primus est toujours disponible, qu’on peut se taper dix putes de Pakadjouma à moins de 10$ le même soir, où est le problème ?

Tatu Etienne, Mukulumpa, lamuka. Il faut que tu reviennes en vie. Ils nous tuent. On n’en peut plus de mourrir et de cohabiter avec les verres de terre dans des charniers sans climatisation.



Bernard B. [tshamwa@bluewin.ch] 21/04/2017 10:11:24
Etude Politique et Stratégique pour la RDC.

Thème : La Stratégie de Diversion contre la RDC - Preuve.

Na date ya le 06.04.2017, natindelaki bino Etude na Thème ya Stratégie de Diversion contre la RDC. Lelo ya le 21.04.2017, nazui vidéo ezali kolakisa tè makambo nayebisaki bino ezali kokokana.

Botala vidéo oyo na You Tube : " AFFAIRE KANYAMA BA REVELATION EBIMI GRAVE, BOYOKA, EZA SOMO."
Makambo bazali koloba na vidéo oyo ezali exactement oyo nakomelaki bino.

Eloko ya kosala sika oyo ezali komilengele po na kobotola bokonzi ya mboka. CENCO azali na makoki ya kozua bokonzi ya mboka, po, tozali na politicien ata moko ya mayele té akoki kososola eloko ezali kosalema na mboka ; bango banso bazali kowela Primature na ba postes ministériels po na mabumu ya bango.

Soki CENCO akoki koyokela ngayi, tokoki kobikisa mboka.

Bernard B.
21.04.2017



legardien [legardien@hotmail.com] 21/04/2017 12:36:29
@Bernard B,
Je ne suis pas lingalaphone, mais je parviens à comprendre vos écrits qui mêlent français et lingala. On remarque votre longue expérience des affaires zairoises. Pourquoi vous n’écrivez pas en tout en français pour faire bénéficier nos frères de votre expérience. Je vous en remercie



GERMAIN [flower200980@yahoo.de] 21/04/2017 17:19:56
Bonjour compatriote Legardien,
Je comprends bien vos peines et remords au sujet des propos de notre compatriote Bernard. Quant a moi, j’ai aucun probleme de comprehension aux interventions de notre compatriote.
Un de mes parents est d’origine kongolaise, ainsi tout je me suis donne de la peine d’apprendre le kikongo, le lingala et un peu d’autres langues vehiculaires de notre pays Kongo. Soyons fier de parler nos langues. Un Anglo-saxon est fier lorsqu’il parle en anglais, un allemand est fier egalement de parler en allemand, un flamand est fier de parler en neerlandais.. Banissons dans nos esprits le fait de parler le francais est un signe d’intellectuel, d’un homme eduque. Tout cela ca se passe au Kongo et de sucroit dans tous les pays francophones, pays colonises par les francais.
Le Vietnam, Cambodge, Laos.. jadis etaient des colonies francaises avec le francais comme langue de travail. Aujourd’hui les pays cites, ont leur langues.
Pas de complexe mon compatriote Gardien. Apprenez la langue vehiculaire de pays et penser dans cette langue, vous comprendriez beaucoup d’avantage dans votre domaine d’etudes ou travail. Tete haute et pas de complexe! Pesa lokumu na monoko ya mboka nayo. Fueti zaya vova ndinga nsi aku!
Bon week end.



Kolomboka [kolomboka@yahoo.fr] 22/04/2017 00:08:56
A Baudouin Amba

Votre analyse est suffisamment édifiante. Il est un fait que les congolais de souche n’accepteront plus jamais Joseph Kabila à la tête de leur Etat. C’est un piètre figurant qui passe son temps à massacrer le peuple congolais. Nous en avons ras le bol de la présence d’un véritable fantôme dans notre pays. Si l’Organisation Africaine tient à leur poulain, l’Afrique est vaste, le pré-qualifié peut se rendre en Tanzanie pour exercer les fonctions dévolues à la limite de ses compétences. Le peuple congolais est devenu allergique à écouter les discours décousus d’un faussaire récidiviste de la trempe de Joseph Kabila.


J’ai dit !

Kolomboka



Combattant Résistant de l’Ombre [sychar@yahoo.fr] 22/04/2017 06:03:58
Le Kongo est un pays mis à part par le Divin Père Créateur, ils (tous ses charognards ùennemis extérieurs et intérieurs du Kongo) nous feront la guerre mais ils ne nous vaincront pas. Même les auteurs de la traîtrise (Tshombe, Mobutu, Kabila, Tshisekedi) contre la Nation Kongo sont rejetés par la puissance spirituelle de la Terre Kongo. 2017 est l’Année de l’identification nationale et de la libération totale du Kongo pour un second 04 Janvier 1959 car le colon Belge fut plus fort que l’occupant Tutsi Power. INGETA



legardien [legardien@hotmail.com] 22/04/2017 13:23:46
@GERMAIN
Cher compatriote Germain,
Votre réaction est vraiment interessente et elle confirme ce que nous savons : l’intérêt général n’existe pas en RDC.
Pourquoi ai je demandé à notre compatriote Bernard B. d’écrire en français? C’est pour que tous nos compatriotes puissent bénéficier de ses profondes analyses. Croyez vous que tous les habitants de Lubumbashi parlent lingala? que tous les habitants de Kananga parlent kikongo? que tous les habitants de Bukavu parlent tchiluba? que tous les habitants de Mbandaka parlent swahili? etc ... La colonisation nous a laissé comme langue officielle le français, et nous nous en servons pour communiquer. Ne vous en déplaise.
Ah, j’avais oublié! A la place de l’intérêt général, il existe une seule devise en RDC : "ezali tour na biso!" Voilà pourquoi Kabila et sa Kabilie ne quitteront pas le pouvoir


 

Tous droits réservés © Congoindépendant 2003-2017                   mkz@congoindependant.com  Tél : +32 475 22 90 65.