AccueilCharteQui sommes-nous?RédactionAidez votre journal
18 Avril 2017

Le temps de la suspicion:

Police kinoise : Exit Kanyama le "conspirateur". Et voici "Elvis"!

 

Le commissaire provincial ad intérim de la police kinoise Elvis Palanga Nawej. Capture d’écran RTNC

Placé sur "écoute" depuis le retour triomphal d’Etienne Tshisekedi wa Mulumba à Kinshasa fin juillet 2016, le patron de la police kinoise, le général Célestin Kanyama, un Luba du Kasaï, n’était plus en odeur de sainteté au sein de la "Kabilie". Lundi 17 avril, l’homme qui affectionnait le morbide surnom d’"Esprit de mort" a été suspendu - limogé? - de ses fonctions. Il serait suspecté de "comploter contre le raïs". Selon des sources bien informées, il lui est interdit de quitter Kinshasa.

Dans une brève déclaration faite lundi 17 avril, le porte-parole de la police nationale, le colonel Pierre-Rombaut Mwanamputu - qui arborait son rictus légendaire - a annoncé la désignation du colonel Palanga Nawej, mieux connu sous le prénom d’"Elvis", au poste de commissaire provincial ad intérim de la police kinoise. Exit, Célestin Kanyama.

Que reproche-t-on à Kanyama? "Insubordination", déclaraient certains analystes kinois dans la soirée de lundi. Le colonel Mwanamputu, lui, a préféré donné sa langue au chat. Interrogé par l’AFP, il a bredouillé qu’"il n’y a pas d’autres communications à faire à ce sujet".

Une chose paraît sûre : la sanction infligée au très redouté Kanyama a été décidée au niveau "de la plus haute hiérarchie" politique du pays. "Depuis qu’il a été placé sur la liste noire du département américain du Trésor, en juin 2016, Kanyama était placé sur écoute par l’ANR", confie une source kinoise. "Kalev Mutondo a mis dans la tête du président Kabila que Célestin Kanyama fait partie d’un groupe de conspirateurs qui prépareraient un putsch".

RĂ©pression

En juin 2016, les autorités américaines avaient "sanctionné" le patron de la police kinoise. Washington lui reprochait d’être "responsable ou complice d’actes de violences et d’enlèvements ciblant des civils". C’était lors des manifestations de janvier 2015.

Le général Kanyama a été frappé en décembre de la même année par un gel de ses éventuels avoirs en Europe et une interdiction de voyager dans l’Union européenne. La mesure avait été décidée par les ministres des Affaires étrangères des pays de l’UE. Ceux-ci l’avaient accusé d’être responsable de la "répression violente" lors de la manifestation du 19 septembre 2016 au cours de laquelle le Rassemblement avait prévu de signifier un "préavis" à "Joseph Kabila".

Ne sachant pas qu’il était "surveillé" par les "services", Kanyama - qui dissimulait mal une certaine "déprime" après la "punition" US et européenne - s’est longuement épanché en étalant ses états d’âme. Il aurait confié à qui voulait l’entendre qu’il a été "sacrifié" alors qu’il n’avait fait qu’"obéir aux ordres de la hiérarchie". Il se voyait déjà dans une des cellules de la Cour pénale internationale à La Haye.

Le retour de "Tshitshi"

Après plusieurs mois passés en convalescence à Bruxelles et après le conclave de Genval qui a vu naître le "Rassemblement", Etienne Tshisekedi wa Mulumba a regagné Kinshasa fin juillet 2016. Une photo prise dans le jet qui a ramené "Tshitshi" a fait un tabac sur les réseaux sociaux. On y voit le général Kanyama en conversation plutôt cordiale avec le Président de l’UDPS. Les deux hommes étaient assis face à face. De quoi parlaient-ils? La question n’a jamais obtenu des réponses.

Selon une source proche de "Limete", Tshisekedi aurait "sermonné" Kanyama lors de ce bref entretien. Il lui aurait d’être au service d’un "pouvoir d’occupation". Parlant en Tshiluba, "Tatu Etienne" aurait ajouté plus ou moins ces mots : "Kanyama, je te connais, tu es un Congolais. Mais tu travailles plus pour les intérêts d’un individu que pour l’intérêt national". Sur un ton d’avertissement, Tshisekedi aurait ajouté : "J’espère que votre hiérarchie ne vous a pas chargé de m’escorter jusqu’à mon domicile pour m’empêcher de saluer les combattants venus m’accueillir...". "Non, Mukulumpa", aurait murmuré Kanyama. On rappelle qu’aucun incident n’a été déploré.

"Elvis" dans le viseur des "faucons"

Nommé lundi 17 avril à titre intérimaire à la tête de la police provinciale de Kisnahsa, le commissaire supérieur principal Elvis Palanga Nawej est un homme plutôt apprécié par les Kinois.

Ancien de la Garde civile, cet officier de police aurait fait partie de la toute première promotion de "gardiens de la paix " envoyés en formation en Egypte sous Mobutu Sese Seko. "Elvis n’a jamais été un va-t-en- guerre, commente une source policière. Il a toujours exhorté ses hommes à respecter la dignité de la personne humaine et à ne jamais toucher aux biens d’autrui".

Ce "professionnalisme" unanimement salué pourrait devenir un "point faible" pour le successeur de Kanyama. Il semble que les "super faucons" du pouvoir kabiliste auraient apprécié modérément l’attitude courtoise affichée par des policiers lors du retour de Félix Tshisekedi à Kinshasa. C’était le même lundi 17 avril. "Il n’y a eu aucun incident à l’aéroport de Ndjili, glisse un analyste kinois. Elvis est un spécialiste du maintien de l’ordre. La mouvance kabiliste ne supporte guère ce genre de fonctionnaires qui privilégie l’intérêt général".

Selon des bonnes sources, le général Célestin Kanyama est interdit de quitter la capitale. Au moment où ces lignes sont écrites, il semble bien que "Esprit de mort" attend toujours que la "hiérarchie" lui communique les faits qui lui sont reprochés afin de faire valoir ses moyens de défense. "Une ambiance de suspicion fait rage au sein du premier cercle du pouvoir kabiliste", conclut un confrère kinois...

B.A.W
© Congoindépendant 2003-2017

 

9 Réactions

KUM [kumab2009@hotmail.com] 19/04/2017 06:08:02
"Esprit de mort" doit attendre maintenant sa sentence de mort après avoir semé mort et désolation dans plusieurs familles congolaises dépourvues de moyen de défense.
Ne dit-on pas qu’il y a un temps pour toute chose?



John [Jeanmt@gmail.com] 19/04/2017 10:14:23
Bien fait ,
Une leçon pour les autres collabos
In non événement
Le mal, c’est la fausse compassion des congolais à son égard
Maus quand est ce qu ce peuple comprendra qu’il faut éviter de compatir aux collabos qui revoient leur sort.
Ils savent que le Tutsi est une force d occupation pour tuer les congolais...



Jo Bongos [jo.bongos@msn.com] 19/04/2017 10:47:02
On espère pour lui qu’il a pris quelques précautions en consignant en écrit et caché en lieu sûr tout ce qu’il sait de nombreux assassinats et crimes perpétrés par ses chefs. Car je sens qu’il va bientôt goûter aux délices rwandais destinés aux collabos récalcitrants.

On ne tue pas ses propres frères. Kanyama, eteya yo !



Mzaliwa Mkungilwa [mkungilwamz@yahoo.fr] 19/04/2017 16:59:26
Le Ngongo Lutete est le RdCongolais qui a vendu hier ,ses propres frères aux Arabes comme esclaves.
Les Ngongo Lutete du moment ;Mende-SheOkitundu-Ramazani Shadari-Mugalu;meme peuple que Ngongo Lutete de l’ancien temps vont connaitre le même sort que M.Celestin Kanyama.



Oka [okaelengi@yahoo.fr] 19/04/2017 17:49:01
Un Policier qui conspire dans un Grand Pays....du jamais vu!
On récolte ce qu’on a semé.
Ya nga nini na kati?



Combattant Résistant de l’Ombre [sychar@yahoo.fr] 20/04/2017 05:59:20
Le salaire de la traîtrise, c’est la mort. Si des poids lourds héros Combattants Résistants Kongolais tombés sur le champ de combat ou de bataille comme Feu General Mbuza Mabe et Feu Colonel Mamadou Ndala ainsi que tant d’officiers supérieurs mieux formés de l’ex FAZ (Forces Armées Zairoises) furent décimés par poison, par ruse, par trahison du serpent venimeux Commandant Hippolyte Kanambe alias Joseph Kabila introduit dans la Maisonnée Kongo par le faux héros Mzee Kabila… Que fera le Tutsi Power d’un tel poids mouche Célestin Kanyama, petit esprit guegue de Tala photo ? Que de la purée non comestible de son petit cervelet d’esprit de mort rempli de Karoro, de collabo tordu, inapte Éfoïste comme son soi-disant supérieur illégitime Tutsi Rwandais Charles Bisengimana, traître de la Nation Kongo... INGETA



Elili [dibangu@hotmail.com] 20/04/2017 06:02:39
Chers Compatriotes,
Nous ne pouvons pas dire que nous savons ce qui se passe. Attendons voir. Que Dieu nous vienne en aide.



christian [chriisraela@live.fr] 20/04/2017 09:24:15
Kanyama conspirateur? c’est trop beau pour être vrai. On ne peut conspirer contre celui que le peuple a vomi en maltraitant ce même peuple qui serait un soutien de taille.
Si Kanyama était conspirateur, il se serait fait ami du peuple, des jeunes kinois qui l’auraient bien porté au pouvoir sans hésitation.
A mon avis, cette histoire de conspiration est une invention de Kalev.
Ce qui pourrait être possible, c’est que Kanyama serait réclamé par la CPI pour ses crimes de masse.
Pour ne pas se sentir gêné, Kabila chercherait les moyens pour le laisser partir sans que cela ne crée des bruits dans le royaume.



Manunga [manunga2005@hotmail.com] 20/04/2017 10:25:06
C’est une bonne leçon pour Kaniama. Et Bisengimana dans tout ça? A-t-il les mains propres? Attention, les occupants ne condamnent que les Congolais. C’est une épuration ethnique qui leur permet de continuer à mettre hors d’état de nuire celui ou celle qu’on a utilisé contre sa patrie. Reveillons-nous chers compatriotes. Tous les collabos finiront ainsi


 

Tous droits réservés © Congoindépendant 2003-2017                   mkz@congoindependant.com  Tél : +32 475 22 90 65.