AccueilCharteQui sommes-nous?RédactionAidez votre journal
14 Mars 2017

Union pour la Démocratie et le Progrès Social - UDPS - Canal historique – Patrimoine national

L’Explication et la Solution

 

François Mpuila Tshipamba. Photo Congo Indépendant

Deux combats impitoyables et sanglants se mènent actuellement au sein d’une certaine « Elite Congolaise » : Combats avec becs et ongles, couteaux, machettes, menaces, injures réciproques… Si rien n’est fait, ces deux combats risquent de mener à la mort d’hommes.
Le Premier Combat a pour objectif l’accès au Bol de la Soupe (« Gouvernement ») placé en dessous de la Table de la Grande et Vulgaire Mangeoire (« Pouvoir ») par le sous-traitant esclavagiste, analphabète, ramassé dans les caniveaux de Dar-Es-Salam où il vivait et se droguait depuis l’âge de douze ans.

Pendant que certains membres de « l’Elite congolaise » se mènent ce Combat impitoyable et sanglant et rampent comme des reptiles et se bousculent pour accéder au Bol de la Soupe, le sous-traitant est confortablement assis à la Table du Festin de la Grande et Vulgaire Mangeoire. Il les contemple d’en haut avec étonnement et mépris.

Le 2ème Combat impitoyable et sanglant consiste à devenir le garçon de course (« Premier ministre ») du sous-traitant esclavagiste.

Les deux Combats sont menés par une partie de la Crème de l’Elite Congolaise, ceux qui se sont présentés jusque-là comme les Opposants, les Forces démocratiques et les Hommes de Progrès, c’est-à-dire les Démocrates, les Avocats et les Porte-parole du Peuple.

Ceux qui sont engagés dans ces deux Combats et leurs adeptes considèrent le point d’arrivée comme l’IDEAL, le COURONNEMENT et la CONSECRATION ULTIME de toute leur vie. Et ils sont prêts à tout pour obtenir cet IDEAL, ce TROPHEE, cette MEDAILLE. La situation est surréaliste.
Depuis 2001, le sous-traitant esclavagiste n’a jamais organisé une seule élection crédible et transparente. A chaque échéance, il survit par un accord, une fraude massive, un hold-up… En 2001, il a été parachuté dans la Palais Présidentiel Congolais par des forces étrangères.

En 2002, alors que les 360 Délégués Congolais étaient réunis en Afrique du Sud pour élaborer un nouvel ordre politique prévu par le 2ème volet de l’Accord de Lusaka, le sous-traitant esclavagiste jouait au Nintendo à Kinshasa. Lorsqu’un Délégué a exigé que cet individu vienne en Afrique du Sud présenter son arbre généalogique, sa vision et son projet de société, un Délégué (un congolais professeur de l’Université de Kisangani) a tranché d’un ton très brutal et ferme : « Docteur, ne cherchez pas de problèmes, laissez-le là où il est ». On sentait dans la virulence du ton que ce professeur était prêt à mourir pour le sous-traitant esclavagiste.

Après la signature de l’Accord Global et Inclusif (AGI), alors que le sujet des gestionnaires de la Transition n’était pas encore abordé dans les Commission et les Plénières, un communiqué signé par les gouvernements belge, français et britannique fut distribué très tôt le matin aux Délégués. Le Communiqué « félicitait les Délégués d’avoir conclu et signé l’AGI et d’avoir accepté de gérer la Transition sous la Présidence de Joseph Kabila ».

A la lecture du Communiqué, 80% des Délégués, comme s’ils étaient prévenus, se précipitèrent vers leurs Chambres en criant que le Dialogue était terminé pour eux et qu’ils partaient préparer leurs bagages pour que les bus viennent les amener à l’Aéroport ! Le sous-traitant esclavagiste garda ainsi le Fauteuil Président pendant la Transition, qui fut même de trois ans au lieu de deux ans décidés par l’AGI.

Puis, il y a eu deux hold-up électoraux : l’un en 2006 et l’autre en 2011.

Fortement secoué par des menaces et des manifestations populaires aux environs du 19 Décembre 2016, le sous-traitant esclavagiste a été sauvé par l’Accord du 31 Décembre 2016, un Accord qui a restauré sa légitimité, son prestige et son pouvoir ; attisé sa férocité, sa méchanceté, son sadisme, son cynisme et sa rage ; décuplé sa soif de sang humain, son avidité de pouvoir, sa cupidité d’argent et potentialisé sa capacité de nuisance et de destruction. Il y aura donc encore beaucoup de carnages, de ravages, d’horreurs, de cruautés, d’atrocités, de tortures, de massacres, de charniers, de pillages, de pleurs, de désolations et de deuils.
Ce qui fait courir les messieurs et leurs adeptes engagés dans les combats impitoyables et sanglants dont nous avons parlé plus haut : ce n’est pas le service de la Nation dans l’abnégation, mais c’est l’accès au Bol de la Grande et Vulgaire Mangeoire et d’avoir l’honneur et le privilège d’être le garçon de course du sous-traitant esclavagiste.

A la Mangeoire, ils ne feront que boire la Soupe, sans regarder autour, ils seront pressés, ils ne penseront pas à autre chose, à partager le gâteau avec d’autres ni surtout pas à organiser l’Etat pour nourrir tout le monde.

Le jour où la Nation se dotera de règles et mécanismes restrictifs de gestion, de contrôle et de sanction, il cessera d’être une Grande et Vulgaire Mangeoire, son Service n’attirera plus la confrérie des Mangeurs et ne s’engageront plus dans les fonctions politiques que les passionnés de la Chose publique, du Bien commun et du Service.

Que les Evêques (CENCO) se rappellent du rôle joué par le Pape Paul II contre le Communisme en Pologne et dans tout le Bloc de l’Est.

Encore étudiant polonais en philologie, avait joué dans un groupe de théâtre antinazi et entre au séminaire clandestin en 1942. Ordonné prêtre en 1946, après des études à Rome et en France, il devint prêtre en Pologne communiste en 1948 auprès de la jeunesse. Après sa thèse sur l’amour, particulièrement conjugal, le cardinal Sapieha le nomma à l’Université. Il devint, en 1958, le plus jeune évêque polonais. Il s’opposa au matérialisme, notamment en demandant une église à Nowa Huta.

Pendant Vatican II, sa maîtrise des langues et de la théologie en firent le porte-parole de l’épiscopat polonais, ce qui le fit remarquer par le futur Paul VI. Archevêque, puis cardinal en 1968 (le plus jeune), il défendit les ouvriers face au régime communiste, défendant les droits de l’homme et il s’intégra à la curie où, à la demande de Paul VI, il prêcha avec charisme les exercices spirituels de 1976. Il reçut des voix lors du conclave d’août 1978. À l’issue du conclave d’octobre 1978, qui fit suite à la mort brutale de Jean-Paul Ier, il fut élu sur proposition du cardinal König. Ce fut le premier Pape non italien depuis le Pape hollandais Adrien VI en 1522 et le premier Pape polonais de l’histoire du catholicisme.

En tant que Pape, il s’opposa à l’idéologie communiste et par son action, notamment en Pologne, favorisa la chute du bloc de l’Est. Sa volonté de défense de la dignité humaine le conduisit à promouvoir les droits de l’homme. Il améliora sensiblement les relations du catholicisme avec les juifs, les orthodoxes, les anglicans et les musulmans. Il fut à l’origine de la première réunion internationale inter- religieuse d’Assise en 1986, réunissant plus de 194 chefs de religion.

Son pontificat (26 ans, 5 mois et 18 jours) fut à ce jour le 3ème plus long de l’histoire catholique après celui de Saint Pierre et Pie IX. II a parcouru plus de 129 pays pendant son pontificat, plus de cinq cents millions de personnes ayant pu le voir durant cette période, et institué de grands rassemblements, comme les Journées mondiales de la jeunesse. Il a béatifié 1 340 personnes et canonisé 483 Saints, soit plus que pendant les cinq siècles précédents.
Jean-Paul II a été généralement considéré comme l’un des meneurs politiques les plus influents du XXe siècle. Plus encore, il a été présenté de plus en plus comme le modèle de la nouvelle évangélisation, portée par l’ensemble de sa vision pastorale et incarnée jusque dans sa sainteté de vie. Béatifié le 1er mai 2011 par son successeur le Pape Benoît XVI, puis canonisé par le Pape François le 27 avril 2014, il est considéré comme Saint par la religion catholique et fêté le 22 octobre, date de son intronisation pontificale.

Quelle est l’Explication de tout ceci ?

La durée, l’ampleur, la magnitude, la férocité et la virulence de la Tragédie Congolaise ont détruit le THYMOS de nombreux Compatriotes. Le THYMOS est le centre et le siège des idéaux et des valeurs nobles et justes : la dignité, la fierté, la grandeur, la liberté, l’attachement au droit et à la loi, l’honneur, la démocratie, la solidarité, la compassion, la fraternité, la sollicitude, l’amour, l’estime de soi, la reconnaissance de soi et de sa valeur, le partage, le patriotisme…

Ceux dont ce centre et ce siège sont détruits sont devenus dénaturés. L’une des conséquences est qu’ils ont oublié d’être nés libres, ils ont perdu le souvenir d’être nés libres, ils ont perdu le désir d’être libre, l’aspiration à la liberté, ils ont l’amour d’être des esclaves. Ils sont des esclaves volontaires, consentants et heureux. Ils se prévalent des turpitudes. Ils servent le sous-traitant esclavagiste avec ardeur et plein consentement.

Ils considèrent que leur lieu naturel de vie est la boue, la caverne et la prison.

Cette chute de la société dans la servitude volontaire a fait apparaître un homme nouveau, qui n’est plus un homme, pas même un animal, puisque les bêtes se rebellent parfois. Ce sont ces hommes dénaturés qui délaissent leur liberté et la déposent aux pieds du sous-traitant esclavagiste et sont heureux d’être sous sa surveillance tyrannique et son autoritaire impitoyable. Ils le supplient de les dominer. Ce n’est pas le sous-traitant esclavagiste qui leur arrache leur liberté par la force.

Les garçons de course et les courtisans qui sont dans l’entourage proche du sous-traitant esclavagiste sont en réalité plus malheureux et moins libres que le bas peuple opprimé. Le bas peuple, pourtant opprimé, en est quitte en obéissant. Mais le sous-traitant esclavagiste voit ceux qui l’entourent, rampent et mendient sa faveur. Non seulement ils font ce qu’il ordonne, mais ils doivent penser ce qu’il veut, lire dans ses pensées, ses émotions et ses pulsions pour le satisfaire sans qu’il les leur dise. Ils doivent prévenir ses propres désirs. Ils doivent lui complaire, se tuer à traiter ses affaires, sacrifier leur goût au sien, se plaire de son plaisir, sacrifier leur goût au sien, se rompre, se tourmenter pour deviner ses rêves et le satisfaire, forcer leur tempérament et le dépouiller de leur naturel pour rire, manger, marcher, parler, danser… comme lui…

Les enfants nés de ces esclaves volontaires, lucides, consentants et heureux et éduqués dans l’esclavage, la boue la caverne et la prison sont des serfs.

La Solution

Il faut que ceux chez qui le THYMOS a résisté à la destruction et qui sont donc des Hommes de progrès se coalisent et font tout pour renverser le rapport de force dans la Société Congolaise.
Ils doivent compter sur les Partenaires qui sont aussi des Hommes de progrès et sur tous les hommes qui, à travers le Monde, sont épris de paix, de liberté, d’amour, de solidarité, de sollicitude, de démocratie.

Fait le 26 Janvier 2017.

Dr François Tshipamba Mpuila
E-mail : tshipamba.mpuila@yahoo.fr


© Congoindépendant 2003-2017

 

9 Réactions

Ozone [diasporasuisse@yahoo.fr] 14/03/2017 20:02:21
Tu es vraiment un opportuniste. Nous sommes fatigués avec ce bla bla bla.



alexis kabambi [kabambialexis@hotmail.com] 15/03/2017 14:19:37
Avant vous, Mabika Kalanda l’a souligné dans son livre; la remise en question, base de la décolonisation mentale. Il en arrive à la même conclusion que vous. Pour que le Congo change,il faut changer les mentalités. À bon entendeur, salut.



DESIK [desk22@freenet.de] 15/03/2017 16:00:27
Effectivement, ce qui tue cette classe politique, c’est l’impitoyable bousculade pour approcher la mangeoire maudite, sous les yeux amusés et méprisants du sous-traitant...Bref, très bonne réflexion Dr. Mpuila, n’en déplaise à ceux qui se disent fatigués de vous lire, et que personne n’a du reste invités ni encore moins forcés de vous lire!



Raz [rkawaya@yahoo.co.uk] 15/03/2017 19:05:31
@ Ozone
Je crois que tu as besoin d’un psychiatre. You do have a mental issue. you need help.



Henri WAWELO [heriwawelo100@yahoo.fr] 15/03/2017 20:40:16
Docteur, merci!
Cette description des «POLITI-CHIENS-DE-PAVLOV» congolais correspond exactement à celle que je me représentais, sans parvenir à l’exprimer comme vous venez de le faire! En effet, ce ne sont plus des hommes normaux. De ce fait, ils sont devenus dangereux et nuisibles pour la nation, il est donc impérieux et urgent de les écarter de la chose publique et que naisse cette «Coalition de Congolais normaux», afin que le pays, la RDC, et son Peuple voient renaitre l’espoir.
Vous, Docteur; de par votre combat politique, comptez parmi les premiers de ces «Congolais normaux» sur qui la nation compte.
Encore une fois, merci!

Henri WAWELO.



Alidor Sema-Yote [alisema2@yahoo.fr] 15/03/2017 22:50:53
Tres bien dit cher Dr dans ton diagnostc du mal Congolais qui se resume dans la pourriture de sa "crasse" politique prete a se prostituer et se tremousser aux pieds d’un vulgaire voyou-voleur pourrammser de miettes qu’il leur jette.

Les Samy Badibanga, She Okitundu, Kalev Mutond, Boshabu, Mende, Shadari, Olenghakoy, Tshibala, Katebe Katoto, et autres "BMW" se reconnaitront.



Ozone [diasporasuisse@yahoo.fr] 16/03/2017 09:51:48
Il est temps que Mpuila comprenne qu´il appartient depuis longtemps au passé. Ces écrits et déclarations n´intéressent plus.



Combattant Résistance de l’Ombre [sychar@yahoo.fr] 16/03/2017 10:43:07
En plus du changement radical des mentalités comme le préconise l’auteur de cet article, il y a le boycott sans condition des églises de sommeil dites Binzambi Nzambi pour abandonner la religiosité imbécilisante, le renouvellement ultra rapide de la classe politique Kongolaise pourrie, corrompue, médiocre, inconsciente congénitale et surtout par dessus tout l’éradication de la pensée unique et du fanatisme aveugle. 2017 est l’Année de l’identification nationale et de la libération totale du Kongo occupé par le Tutsi Power. Ainsi soit-il...



Mike Kabwe [mike_muakadi1@hotmail.com] 17/03/2017 08:34:01
D’abord, mes sincères félicitations au Journal Congoindépendant qui nous permet d’échanger en toute liberté et d’exprimer nos différentes opinions.
Ce qui est décrié par le Docteur Mpuila se résume en un vice appuyés par deux grands maux : l’égocentrisme comme vice, appuyé par le fanatisme aveugle et le tribalisme comme maux.
Le moyen le plus en vue de combattre ces fléaux est de nous inspirer des modèles des nations démocratiques. Que le Pouvoir Judiciaire et la Presse soient réellement indépendants.
Mike Kabwe
FantĂ´me UDPS/Londres


 

Tous droits réservés © Congoindépendant 2003-2017                   mkz@congoindependant.com  Tél : +32 475 22 90 65.