AccueilCharteQui sommes-nous?RédactionAidez votre journal
20 Février 2017

Le poisson pourrit par la tête

 

Le "président-raïs"

Depuis l’élection présidentielle de 2006 "remportée" par le raïs de la République très très démocratique du Congo face à Igwe, ce pays, baptisé jadis Zaïre par Seseskul, ressemble à un navire sans boussole. Plus grave, le capitaine est sourd, aveugle et muet. Il n’excelle que dans la brutalité et les coups bas.

Selon mon ami qui sait tout sur tout et presque tout sur rien sur les potins de Kinshasa-Lez-immondices, la République très très démocratique du Congo est malade au sommet. C’est pourquoi rien ne va. L’économie et le social ne sont plus par terre. Ils sont carrément au sous-sol. L’ami de me souffler dans le creux de l’oreille: "Votre raïs", alias président illégitime, est nul. Il n’a même pas la capacité de diriger une commune en Belgique".

Devant mon incrédulité, mon ami qui a une mémoire encyclopédique me rappela quelques passages d’une vieille interview que l’ex-Munyamulenge James Kabarebe avait accordée à J.A./L’Intelligent n°3155 datée du 29 avril 2002 : "Joseph (...) est incapable de regarder les gens en face. Je n’ai jamais perçu chez lui une quelconque aptitude au commandement (...)". "Joseph Ne peut décider de rien. (...)".

Je lui ai répliqué : "comment expliquez-vous que l’incapable que vous décrivez ait pu s’accrocher au pouvoir depuis seize ans?". Mon ami qui sait presque tout sur tout persiste et signe. Pour lui, le raïs n’a pas la capacité d’un chef d’Etat. Il n’a aucune capacité d’émettre un jugement personnel. "Regardez les discussions directes avec les ’mon père’, dit-il. Le dénouement traîne parce que l’ex-président/raïs n’a aucune vision. Chaque fois que les ’mon père" demandent de le rencontrer, il doit d’abord convoquer le bureau politique de sa mouvance où pullulent quelques zozos tels que Minaku, Atundu, Lumanu et tant d’autres".

Mon ami croit dur comme fer que la République très très démocratique du Congo souffre d’un déficit de leadership. Selon lui, le raïs n’est qu’un pantin qui fait ce qu’on lui dit de faire et dit ce qu’on lui dit de dire. A en croire l’ami, les "mon père" de la Cenco sont tellement fatigués qu’ils veulent déposer la soutane, pardon, le tablier.

Erudit, l’ami me rappela le jugement émis par la Yankee Hillary Clinton sur le raïs dans ses
mémoires "Le temps des décisions". La secrétaire d’Etat d’alors avait rencontré le successeur de Mzee le 11 août 2009 à Goma. Hillary rapporte que le raïs "était distrait et incapable de se concentrer, manifestement dépassé par les nombreux problèmes que rencontrait son pays".

Avant de me quitter, mon ami qui sait décidément tout sur tout et presque tout sur rien de me susurrer : "Votre raïs se tait parce qu’il redoute de balancer des énormités. Il est incapable de donner la moindre orientation à la marche des affaires du pays". Selon lui, c’est pour cette raison que le pays est en panne.

L’ami de poursuivre en me rappelant le vieux bouquin «C’était François Mitterrand» de Jacques Attali. Je me suis rappelé que ce dernier y avait énuméré les qualités que devait avoir le président de la République française. "Je vois que tu n’es plus perché sur ton cocotier", s’exclama l’ami avant d’égrener quelques une de ces qualités : "le chef de l’Etat doit aimer son pays, il doit avoir quelques connaissances en économie, en matière juridique et administrative". "Le poisson pourrit par la tête", conclut l’ami.

Robert Yuka ea Djema
© Congoindépendant 2003-2017

 

5 Réactions

KUM [kumab2009@hotmail.com] 20/02/2017 09:12:43
Si la politique est définie comme la manière de diriger un Etat, un homme politique par contre, doit avoir une vision des choses "nouvelles" qu’il est censé apporter pour édifier sa Nation.
Où donc peut-on retrouver Hippolyte Kanambe dit "Joseph Kabila" dans tout ça?
- Nulle part.



Elili [dibangu@hotmail.com] 21/02/2017 06:19:04
Chers Compatriotes,
Sans vouloir m’inscrire en faux contre ce proverbe des ancêtres, je lui oppose le mien que je n’ai pas créé: "chaque peuple n’a que les chefs qu’il mérite". Si l’on n’est pas d’accord avec les chefs pourris, il faut les renverser. Et les moyens ne manquent pas, il faut seulement ne pas réagir avec les nerfs sur la peau et organiser une tactique en utilisant une arme beaucoup plus importante la surprise. Pour justifier ce qui se passait sous la deuxième république, nous avons utilisé ce proverbe du poisson. Mais nous n’avons pas hésité à accepter "Alibaba et les millions des voleurs, violeurs, menteurs et assassins". Un militaire ne peut jamais tirer sur un civil sans arme. Tous les officiers apprennent cela. Qu’est-ce qui s’est passé dans le grand Kasayi ? Ces militaires n’étaient pas tous Rwandais. Un ordre injuste n’oblige pas. Nos militaires le savent aussi. Avez-vous vu les images qui circulent en ligne. Si le ministre de l’intérieur pense que c’est un entraînement, les entraînement se font sur les maquettes et non sur les êtres humains que l’on offre en spectacle de l’horreur aux yeux du monde. Si Lambert Mende pense que Katumbi qui cherche à devenir président se mettrait à décimer son électorat alors, il se trompe, nous ne sommes pas dupes à ce point. Mais dans chaque chose, il faudra considérer la fin. C’est le moment ou jamais pour nos compatriotes de penser à une stratégie de renversement de régime, qui sort des élections. Celui qui n’a jamais gagné les élections, qui n’a jamais respecté le peuple qu’il a conquis au bout du canon, ne rentrera jamais dans une procédure démocratique qu’il ne connaît pas. Ne nous berçons pas d’illusions, il est venu arme à la main, il s’est maintenu, arme à la main, il préfère partir arme à la main mais où. Seul le peuple décidera, ne vous attendez pas à une intervention quelconque d’une communauté internationale, c’est de la mascarade et une bonne perte de temps. Que Dieu nous vienne en aide.



kolomabele [babeha1@yahoo.fr] 21/02/2017 08:35:11
Comment les 80 millions des Zaïrois ont-ils pu accepter une telle incompétence à la tête de leur immense pays? Un avion sans pilote qui va à la catastrophe, personne ne bronche. La voix si stridente de la minorité qui crie "danger! n’est même écoutée.



Belewono [belewono@yahoo.co.uk] 21/02/2017 09:43:15
Ce qui me gène plus c’est l’acharnement des intellectuels Congolais sur le niveau intellectuel et d’education de kabila. Si son incapacité est declarée at connue en tant que tel, pourquoi lui demande t-on plus? Lui du moins a su comment tuer et voler, mais les universitaires "professeurs" et des "juristes", qui eux ont étudier et supposer avoir des capacités que kabila n’a pas, que font ils music?



Me. Simon Kayembe [sikay2@gmail.com] 22/02/2017 21:09:45
Nous sommes d’accord avec notre compatriote Elombe ci-dessus qui resume tout dans son intervention:

Un Peuple (Passif, Parasite et Peureux) a de dirigeants (Voyous) qu’il merite !

Entre autres explications soutenant cette these, l’entourage de ce voyou-voleur et assassin recele des parasites et cireurs-de-bottes aux diplomes sans valeur, dont de pretendus-profs comme les Lumanu, Boshab, Minaku etc.

Priere de lire la toute recente interview du jouisseur PPRD-MP She Okitundu, a qui le journaliste du Monde posait la question de savoir pourquoi son patron n’osa pas repondre au coup de fil du nouveau S-G de l’ONU il y a 2 semaines.

Le tres farfelu Okitundu donna comme reponse que son petit maitre ne voulait pas traiter de "dossiers sensibles" au telephone. Okitundu et ses copains de la bande PPRD-MP sont les seuls a ignorer que leur petit maitre evite des contacts avec d’autres chefs d’etat de peur d’exposer sa nullardise....!


 

Tous droits réservés © Congoindépendant 2003-2017                   mkz@congoindependant.com  Tél : +32 475 22 90 65.