AccueilCharteQui sommes-nous?RédactionAidez votre journal
15 Février 2017

Vous avez dit pas d’argent pour les élections?

 

Le siège de la CENI à Kinshasa

"Il n’est point d’homme au monde qui pouvant tout et sans contrôle ne sacrifie la justice à ses passions", disait Alain.

Dans une déclaration faite mercredi 15 février à l’hôtel du gouvernement, le ministre du Budget, Pierre Kangudia Mbayi (UNC), a annoncé qu’il sera "difficile" pour le gouvernement congolais de dégager des crédits d’un montant de 1,8 milliard USD "pour organiser les élections cette année".

Tel un mauvais médecin qui exulte après avoir établi le diagnostic, l’ex-opposant Kangudia - dont le parti, Union pour la Nation Congolaise de Vital Kamerhe, revendiquait jadis, à cor et à cri, la nécessité d’aller aux urnes pour permettre aux Congolais de choisir leurs gouvernants - est resté muet sur le remède à prescrire. Il se dit prêt à aller "défendre" son évaluation "devant tout le monde".

Devenu ministre après avoir broyé du noir dans les rangs de l’opposition, l’ex-opposant hurle désormais avec les loups. Il est devenu amnésique au point d’oublier que le pays a tenu deux "dialogues" justement pour ne plus laisser aux kabilistes le droit de décider du moment propice pour la tenue des élections.

Pour le ministre Kangudia, le fait d’affecter 1,8 milliard USD pour financer rien que les consultations politiques pourrait "sacrifier" plusieurs secteurs d’activités. Lesquels? L’eau et l’électricité? La santé et L’éducation? L’hygiène? Les infrastructures? Kangudia voulait sans doute parler de la Présidence de la République, de la Primature et des fameuses dépenses dites de souveraineté. Sans omettre les émoluments des parlementaires.

Quel est le problème?

Frappé d’inéligibilité après avoir "consommé" ses deux mandats consécutifs, "Joseph Kabila" qui exerce un pouvoir absolu et sans contrôle est décidé de s’accrocher au pouvoir, pour le pouvoir. L’homme a désormais de "nouveaux alliés" à travers les anciens opposants entrés au gouvernement à l’issue du dialogue "piloté" par Edem Kodjo.

"Kabila" qui a expérimenté la vénalité de ses "compatriotes" sait que les nouvelles "excellences" tiennent à jouir pendant quelques temps des avantages et privilèges que procure l’imperium.

Comment pourrait-on expliquer que l’Etat congolais n’ait pas l’argent nécessaire pour organiser les élections générales pendant que les grandes villes du pays connaissent un boom immobilier sans que l’on parvienne à identifier l’institution bancaire qui accorde des crédits hypothécaires dans un pays considéré à haute risque pour les investisseurs?

Comment pourrait-on expliquer que l’Etat congolais soit déclaré impécunieux pendant que le premier magistrat du pays se comporte en "prodigue" en distribuant notamment des rutilants 4x4 à sa clientèle politique tout en finançant ici et là des projets non prévus dans le budget?

Comment pourrait-on expliquer que l’Etat congolais soit fauché comme du blé pendant que la fratrie "Kabila" est créditée d’une fortune colossale estimée à plusieurs milliards de dollars?

Comment pourrait-on enfin expliquer qu’en janvier 2014, le budget des élections était estimé à +/-750 millions $ avant d’être porté à 1,2 milliard $ en 2015 et 1,8 milliard en novembre 2016 sans que les rubriques de dépenses soient ventilées?

Lors de l’élection présidentielle et les législatives organisées de 2006, la Commission électorale avait une enveloppe de 450 millions de dollars largement financée par la communauté internationale. En 2011, "Joseph Kabila" et ses "amis" avaient mobilisé un montant de 750 millions de la devise américaine. D’aucuns ont parlé de blanchiment.

Ayant "consommé" ses deux mandats consécutifs, "Joseph Kabila" n’a plus intérêt à voir les Congolais aller aux urnes pour désigner un nouveau Président de la République qui risquerait de découvrir les "cadavres" entreposés dans les placards.

Lors des consultations ayant abouti au dialogue de l’ex-Cité de l’OUA, l’homme a osé dire aux députés venus le rencontrer que "les élections nous coûtent cher".

Dans un Etat institutionnalisé où existe un parlement doté de larges pouvoirs et d’une justice indépendante qui assure un contrôle effectif sur les autorités publiques, les propos tenus par le ministre du Budget aurait constitué un aveu d’échec. "Joseph Kabila" et son gouvernement auraient été destitués et jugés pour haute trahison.

En attendant un tel "nettoyage" devant intervenir tôt ou tard, la Commission électorale nationale indépendante doit faire l’objet d’un audit. Et ce depuis 2006 à ce jour. C’est le message que le ministre du Budget à rater l’occasion de délivrer.

Baudouin Amba Wetshi
© Congoindépendant 2003-2017

 

5 Réactions

Belewono [belewono@yahoo.co.uk] 16/02/2017 06:20:07
L’argent qui circule dans l’immobilier au Congo RDC vient du passage des drogues en provenance de l’Amerique du Sud pour contourner les services frontaliers des USA, vers l’occident et autres regions du monde. L’avion SKY.... en provenance de Bresile se pose sur le tarmac tard la nuit, loin du publique, et personne des services attitres Congolais n’approche. Seuls les tenants du pouvoir recuperent la marchandise vers des destinations internationales et se font de l’argent qui fait pourrire la RDC. C’est cela l’information.



Jo Bongos [jo.bongos@msn.com] 16/02/2017 11:47:45
Jusqu’à quel point Kagame va continuer à ridiculiser les congolais ?

Jusqu’à quel point les comiques de ‘’l’opposition’’ vont continuer à se ridiculiser ?



KUM [kumab2009@hotmail.com] 16/02/2017 15:41:31
Les "opposants" ou mieux "composants" du genre Pierre Kangudia (encore faut-il s’assurer que c’est bien là son vrai nom étant donné tous les faux noms d’emprunt dont se servent les Rwandais pour se dissimiler parmi les Congomani) méritent d’être gommés de la terre de nos ancêtres.



Me. Simon Kayembe [sikay2@gmail.com] 17/02/2017 00:49:32
Dan Gertler, le partenaire mafieux et prete-nom de la fraterie "Kabila" vient de recolter la semaine derniere $500 Million (Dollars) de la boite miniere Suisse Glencore pour son compte et celui de qui vous savez....Ce en rachat d’une vaste mine de cuivre & cobalt qui "appartenait" a Gertler au Katanga.

A ces $500 Millions que les medias internationaux citent ci-dessus, un montant qui vient de se volatiliser dans les comptes de Dan Gertler et de ses complices de Kingakati au detriment du Tresor, ajoutons le recent rachat (fin 2016) par China Mobyldenum de la firme TENKE Fungurume pour un montant global avoisinant Quatre Milliards de Dollars; oui, $4 Milliards !

TENKE Fungurume etait detenue a 51% par la multinationale Americaine Freeport-McMoran, 25% par la Canadienne Lundin, et 24% par la Gecamines.

Faites alors le calcul chers amis. Vous en deduirez presqu’un Milliard de Dollars pour le compte de la Gecamines, et donc pour le Tresor de la RDC.

Ou se cache alors ce montant enorme que Albert Yuma et Martin Kabwelulu auraient du verser au Gouvernement pour sa part de TENKE Fungurume...?

Rien qu’en parcourant ces deux transactions de cession des avoirs de la Gecamines ces derniers 3 mois, l’Etat aurait du reunir tout le montant ($1,5 Milliards) necessaire pour financer toutes les Elections en 2017 ou 2018.

Bref, audela des elucubrations du jouisseur l’UNC Kangudia et son patron ex-diamantaire Badibanga, le Voleur et sanguinaire au Sommet de notre Pays et sa Mafia - inclu son pote Juif Gertler - se moquent des Congolais.

Nous avons a faire a une bande des Criminels a poursuivre dans toutes les juridictions pour qu’ils restituent a l’Etat leurs butins des vols massifs !



JEUNESSE KATUMBISTE [jeunesse.katumbiste@gmail.com] 21/02/2017 06:23:43
Le type a été envoyé pour préparer les congolais à un second glissement. L`argent ne fait pas défaut, car les partenaires internationaux et le peuple sont prêts à mettre la main dans la patte, question d`appliquer les accords du 31 déc 2016 en mettant sur pied un nouveau Gouvernement qui aura la confiance des uns et des autres. Entre-temps, que les 50.000.000$ confisqués à Brazza soient avancés à la CENI.


 

Tous droits réservés © Congoindépendant 2003-2017                   mkz@congoindependant.com  Tél : +32 475 22 90 65.