AccueilCharteQui sommes-nous?RédactionAidez votre journal
12 Février 2017

ARCHIFAUX ! La CENCO conduit la République dans l’impasse

 

Vue d’une plénière au Centre Interdiocésain

Décidément, il est temps d´ en finir avec cette hypocrisie et de passer à l´heure de vérité. Car en RDC, il est coutume si les choses ne marchent pas pour certains, de jeter l´opprobre sur les autres pour ainsi dire, qu´à chaque crise politique, l´enfer a toujours été les autres sans que chacun ausculte sa part de responsabilité. Un comportement irresponsable et irréfléchi !

Ici, dans cette analyse émanant d´un éminent Professeur des universités en la personne du prof. Fweley, le doigt est pointé à la CENCO qui n´est pas un organe politique mais chrétien. Ceci, sans se poser moult questions pourquoi celle-ci(CENCO) a été appelée à la rescousse pour s´immiscer dans les affaires politiques qui ne les concernent pas en lieu et place, de rester au milieu du village, vu que c´est un organe des prêtres donc, pour s´occuper de l´église et de leurs ouailles.

Pour couler l´église, on est allé puiser dans l´histoire du passé car dit-on, l´histoire est un perpétuel recommencement, pas si souvent ailleurs surtout en RDC, où, les expériences du passé ne servent à rien, même pas pour rectifier le tir afin de bien faire ou de faire les choses autrement au temps présent et à l´avenir.

Ici, depuis l´indépendance on fonctionne avec les mêmes erreurs, les mêmes comportements ineptes et les mêmes rancœurs. On peut sans être prophète, prédire l´avenir car si au cours des étapes certains acteurs changent mais ils sont tous comme robotisés et ont tous, le même mode de fonctionnement.

En faisant une rétrospective sur les péripéties de l´implication de l´église catholique dans les crises politiques en RDC, on se rend bien compte qu´elle a été ou est le dernier rempart lorsque les politiciens ne s´entendent pas. Pourquoi ? C´est une autre paire de manche qui demande qu´on s´y attarde. Soit.

Sauf, le vrai problème (soit le fond) comme par exemple sous Mobutu a été marqué par les différents bras de fer entre ce dernier qui incarnait un pouvoir autoritaire sans partage et son ancien allié, Tshisekedi, devenu son ennemi, son complice ou son adversaire politique. Ici, je laisse le choix à chacun d´y faire sa lecture. Car, au moment actuel, les avis sont partagés.

Qu´avons-nous vu à cette époque ?

Au début, nous avons vu un opposant intransigeant, sans peur décidé d´en découdre avec Mobutu. Presque toutes les négociations ou conciliabules entre les deux se sont terminées en eau de boudin. Et, leurs bras de fer habituels avaient envoyés plusieurs milliers des Congolais six pieds sous terre à travers les mots d´ordre de l´opposant intransigeant. Ce dernier n´hésitait pas à injurier publiquement Mobutu en le considérant comme le mal Congolais.

Sautons les étapes pour dire qu´à la fin de règne de Mobutu, on a vu le même opposant intransigeant pour lequel, plusieurs milliers des congolais sont morts, aller visiter le dictateur dans sa villa de Roquebrune-Cap-Martin au Sud de la France avec des mots d´apaisement. Ainsi, la même personne qui incarnait le mal Congolais était redevenu un ami et un homme respectable.

Qui plus est, en lui dévoilant même le souhait (ou en quémandant) d´être reconduit à la primature du pays alors qu´il avait bien obtenu ce poste par la voie populaire sans arriver à réunir la classe politique ! Parenthèse qui a conditionné le recours à l´intervention de l´église, donc, à Mr Monsengwo à l´époque.

Mais, avant que Monsengwo ne vienne dans ce marigot de la politique Congolaise, a-t-on fait le bilan des actions des acteurs politiques du MPR et de l´opposition avec son chef de file de l’époque ?

Ce dernier, le Chef de file de l´opposition, a-t-il réellement joué son rôle pour éviter qu´on arrive à des morts inutiles et des blocages inutiles avant de faire un grand revirement de position vers la fin de vie du Maréchal ?

A notre avis, si les choses furent bien menées, on allait même pas faire recours à l´église à travers la personne de Monsengwo. Encore, on allait même pas parler de l´AFDL qui a intervenu après 7 ans de théâtre politique avec comme palme d´or, la plus longue transition au monde, période émaillée par des voltes faces et de l´opposant intransigeant, Tshisekedi ainsi que du camp de ses "adversaires ou ennemis" du MPR, tout ceci pour rien. Puisqu’à la fin Mobutu fut gracié par le même qui semblait incarner une opposition plus farouche face à son régime.

Comme en RDC, l´histoire se répète. Les mêmes bras de fer furent engagés aux successeurs de Mobutu, et ce, avec la même logique à quelques similitudes près. Laurent Désiré Kabila n´ayant pas été longtemps au pouvoir, c´est son fils, Joseph Kabila qui est devenu la bête noire soit l’incarnation du mal Congolais.

La technique est la même comme sous Mobutu. On montre son intransigeance en allant même jusqu´aux injures et menaces, au mot d´ordre d´arrestation voire à la promesse solennelle de le retourner au Rwanda d´où il est venu. Le décor parait vrai. Le peuple s´immisce dans cette lutte qu´il croit être la sienne en payant le prix vital. Le ton est vraiment dur. On a encore compté des morts ici sous ces bras de fer entre l´opposant intransigeant et le pouvoir de Joseph Kabila.

Le pire allait s´abattre en RDC avec la fin de mandat Constitutionnel de Joseph Kabila à qui plusieurs "cartons", jaunes et rouges comme au jeu de football, furent brandis. Pour rien !

Mais, avant d’en arriver là ( fin de son mandat ) et aux négociations officielles actuelles des dernières minutes, son camp, prévoyant la crise qui allait élire domicile par le fait de ne pas avoir préparé la convocation des élections en 2016 selon le délai Constitutionnel, a eu la délicatesse d´inviter le parti UDPS à des pourparlers secrets. Ainsi, sous les coulisses de la scène politique nationale, il y a eu Venise, Ibiza et Paris voir hôtel Raphaël.

A l´étape de toutes ces rencontres, le peuple dont ce parti aime à se référer à la place de ses membres, n´était pas informé ni consulté. Ce sont des fuites d´informations qui ont fait que ce parti est passé à la défensive en niant presque tout en bloc alors que, d´aucuns confirment que l´accord qui fut conclu à ces assisses secrètes n´est pas assez différent avec l´accord inclusif conclu avec l´apport de la CENCO !

Donc, ici encore, si on savait ou présageait qu´on pouvait prendre langue avec le gouvernement de Kabila traité de tous les qualificatifs comme sous Mobutu, pourquoi avait-on envoyé dans la rue des innocents pour mourir et courir assez des risques pour ceux qui sont sortis indemnes ?

On se rappelle bien des condamnations émanant de plusieurs autres partis de l´opposition lorsque l´UDPS négociait d´une manière unilatérale avec les membres de la MP. A cette étape, ce parti ne se voyait pas dans une posture de trahir la nation.

Par après, mis à nu, il y a eu Genval, où ce parti a accepté la cooptation d´autres partenaires politiques au sein d´une plateforme Rassemblement. Les choses sont allées vite, il fallait des négociations. Et, il y a eu celles de l’ex-Cité de l’OUA dans lesquelles la CENCO a pris part comme composante et des autres partis politiques de l´opposition accusés de trahison pour le simple fait d´avoir accepté ces négociations avec le pouvoir alors que l´UDPS, elle, ne s´est jamais considérée comme traître pour ses négociations secrètes de Venise, Ibiza et Paris au cours desquelles, ses délégués auraient perçu des per diem mirobolants !

Entre les négociations de l´OUA qualifiées de non inclusives et celles du centre inter diocésain, inclusives, dans lesquelles, la CENCO a changé de statut pour jouer le rôle de la médiation au motif que les violons ne s´accordaient pas entre politiciens de tout bord , il y a eu un précédent. Des morts, des menaces de mettre le pays à feu et à sang si aucun accord inclusif n´était trouvé. Elle a donc intervenu pour éviter le chaos que prédisait certains partis de l´opposition.

Soulignons que, comme ce fut sous Mobutu, les bons offices de l´église y sont que pour éviter le pire. L´église à travers la CENCO, est venue à la rescousse des gens qui se sont battues, se battent avec toutes les conséquences en vie humaine et autres pour les départager. Elle ne peut être accusée de quoi que ce soit car c´est pas elle qui est responsable des dégâts causés par ceux qui se battent pour lesquels, elle est venue s´interposer pour mettre fin aux dégâts.

Évitons de faire semblant en voulant changer les rôles des uns et des autres. Quand bien même un arbitre vient de s´interposer afin de mettre fin à une dispute entre joueurs de deux camps adverses avec un/des carton/s jaune/s et rouge/s au moment où la dispute dégénère, celui-ci n´est pas l´auteur du conflit et ne peut être accusé d´avoir conduit le match de football dans l´impasse.

C´est donc, en terme clair qu´on peut dire ici, grâce à l´intervention de la CENCO qu´on a évité des morts inutiles vraiment inutiles puisqu’à la fin, on voit bien que la finalité de ces bras de fer se termine par le partage des postes du pouvoir donc le même schéma comme furent les négociations secrètes tenues entre l´UDPS et la MP et comme aussi, ce fut le cas sous Mobutu.

A quoi aurait servi alors ces incantations maléfiques et ces incitations à la révolte, au soulèvement ...lorsqu´on sait qu´à la fin on va s´asseoir autour de la table de négociations ?

Certains langues commencent même à soutenir que c´est le jeu des satanistes politiciens qui font semblant de se chamailler le jour pour montrer une fermeté alors que la nuit, ils s’entendent pour sacrifier le sang humain du peuple avec des bras de fer INUTILES qui ont conduit à aucune révolution politique ou sociale sauf aux partages des postes donc du butin Congolais, ce, depuis toujours.

La preuve, aucune ligne dans tous les accords politiques sous les tropiques Congolaises donne comme condition sine qua non, l´amélioration des vies des misérables Congolais.

Pire, l´UDPS pollue de plus le climat politique actuel et conditionne le rapatriement du corps de son feu Président même pas à l´augmentation des salaires des Congolais sous-payés mais à la nomination du fils du feu Président, à la mise en place du gouvernement de partage des postes et à la construction d´un mausolée à la mémoire du père de la démocratie. Quelle est part du peuple et la faute de la CENCO dans tout ça ?

Entretemps, il semble que le peuple aurait été envoûté pour ne pas comprendre tout cela et n’avoir que ses yeux pour pleurer d´abord sur sa propre situation. C’est évident que ce dernier demeure le vrai dindon de la farce car il est vrai que depuis l´époque de Mobutu jusqu´à ce jour, la famille du père de la démocratie n´a pas vécu dans la misère. Au contraire, on parlerait des plusieurs biens immobiliers acquis tout récemment à Bruxelles et ailleurs dans la même période où on disait au peuple : Le peuple d´abord et tenez bon ! Tout en se servant d´abord soi-même dans les coulisses.

En somme, c´est un faux fuyant de vouloir condamner la CENCO d´être le responsable de l’impasse actuelle. Par contre, disons merci à celle-ci pour avoir mis fin, pour un certain temps encore, à ce jeu malsain de vouloir sacrifier le peuple pour rien.

Pourquoi mettre la charrue (CENCO) devant/avant les bœufs (politiciens Congolais ), toutes tendances confondues ? N´est-ce pas ils ont l´habitude de se partager des postes au détriment du peuple sans se soucier des victimes occasionnées par leurs mots d´ordre, pour assouvir leurs appétits gloutons trop égocentriques ?

Je comprends la réserve du Prof. Fweley en ce moment où la famille biologique du feu Tshisekedi, son parti UDPS et le peuple Congolais pleurent le leader Maximo. Toutefois, cela ne peut le conduire à inverser les responsabilités entre ceux qui viennent seulement à la rescousse pour un court temps en cas de crise extrême et ceux qui sont dans l´action tous les temps, donc, les auteurs mêmes de toutes les crises politiques décriées en RDC. Il faut faire la part des choses.

Bonne journée dominicale et Paix du Christ chez vous

Mes salutations fraternelles et patriotiques

JP-Vununu
© Congoindépendant 2003-2017

 

11 Réactions

Nzeve [fububoy7@msn.com] 13/02/2017 01:36:49
Merci pour cet article de qualité.



Mayoyo Bitumba Tipo-Tipo [mbtt13022017@hotmail.com] 13/02/2017 09:11:19
Cher JP-Vununu,

Excellente réplique !



Jo Bongos [jo.bongos@msn.com] 13/02/2017 16:01:25
C’est clair. To Yebela !



Kamuena Fabrice [Fabricekamuena@hotmail.com] 13/02/2017 19:35:09
Pour Fweley,la faute à la CENCO , et pour Vununu, c’est Tshisekedi avec les applaudissements de certains...



Ntumba [tapir55@gmx.fr] 14/02/2017 07:51:39
Et pour compléter M. Kamuena, les dictateurs Mobutu, kabila1 et Kabila 2 sont des saints, alors que ceux qui tentent de les combattre (CENCO et Tshisekedi) sont des diables. Vive l’intellectuel congolais...



Okitundu Pierre [papapierreok@yahoo.ca] 14/02/2017 12:59:44
Merci Monsieur Vununu, c’est une analyse objective,claire et personne ne peut en contester le contenu.
C’est vraiment dommage que les membres de l’UDPS salissent la mémoire de leur Leader.Pourquoi ne pas lui permttre d’avoir des funérailles digne son rang?
Les congolais ont la mémoire courte, surtout les intellectuels de la Diaspora qui nous étonnent toujours par leurs discours incohérents, mensongers et ostentatoires.
Au lieu de remercier la Cenco, on la critique.
Comme l’avait dit notre Héros National "Patrice Emmery LUMUMBA", victime de la trahison orchestrée par Mobutu et ses accolytes, la vraie histoire sera écrite par les congolais, et celle-ci, très têtue, démontrera à la face du monde le rôle que les intellectuels de la Diaspora auront joué pour la falisfier.
A bon entendeur, salut



Armand [Armand1967leliondejuda@gmail.com] 14/02/2017 20:12:42
Monsieur Vununu,
Expert en amalgame, vous l’êtes parce qu’il est en effet aisé de distinguer lors d’un processus consensuel, les profiteurs illégaux des prérogatives régaliennes de ceux usant juste des voix pacifiques pour réclamer le changement depuis 1980. A moins d’être Eden Kodjo, énarque devenu marchand ambulant de la technocratie noire d’Afrique saharienne. Il nous avait même promis de démolir ya Tshitshi. Eden Kodjo aurait- il réussi son coup? Non Tshisekedi restera vivant dans la mémoire collective du Congo sincère. Par ailleurs pourquoi vouloir imaginer ou imputer la misère à une famille dont le père fut premier docteur en droit au Congo , recteur de l’ENDA, plusieurs fois ministres depuis les années 60, ambassadeur au Maroc , vice-président du parlement vers les années 77-78, premier ministre plus d’une fois sans rémunération? Pourquoi ne pas disposer honnêtement d’un patrimoine immobilier en Europe après avoir occupé de telles fonctions à coté d’une maman fidèle et courageuse comme Marthe? Les responsables de certaines chancelleries occidentales disent sans gêne que TSHISEKEDI fut un monsieur incorruptible. Un ami retraité français de l’union européenne m’a même confié dernièrement que Tshisekedi fut la conscience contemporaine du Congo. Pourquoi ne pas alors exiger qu’un gouvernement légitime et propre puisse organiser ses obsèques? En 1992 , l’église catholique ne nous avait-elle pas induit en erreur en entérinant la 3ème voie sous Kengo wa Dondo. Je vous informe cher Vununu que les enjeux bancaires au Vatican sont de taille comparable à celle de Nyse(New York stock exchange ).Les filières juives du diamant congolais sont dedans et le clergé catholique doit bien manger. Wait and see.



lokumu [lokumuekolo@gmail.com] 14/02/2017 22:05:29
Quel mensonge! Il est mort. Voyons ce qui va changer au Congo. La même chanson depuis 30 ans sans que ceux qui exercent l’impérium puissent apporter ce que la majorité des Congolais attendent. C’est Tshitshi qui a dit à Kabila de ne pas organiser les élections, qui organisent les assassinats, les arrestations, les pillages, la corruption, etc. Heureusement qu’il y a des millions des Congolais non tribalistes qui ont reconnus le combat noble de Tshisekedi: Le pouvoir pour la démocratie, la justice pour tous et le progrès social contrairement à ceux qui ont voulu le pouvoir pour les avantages et honneurs.



lwilu [leo.luilu@yahoo.fr] 15/02/2017 04:32:52
Peut-on produire des statistiques indiquant la moindre croissance du Congo-Kinshasa depuis le 30 juin 1960 ? Nous le savons, c’est impossible !
Ayons la modestie de regarder ailleurs et considérons un petit moment le cas de la Côte d’Ivoire. Si demain le Président Alassane Ouattara décide de modifier la constitution pour obtenir un troisième mandat, il est probable que les Ivoiriens le lui accorderont ! Pourquoi ?
Lorsque Alassane Ouattara accède à la présidence ivoirienne dans les conditions que nous connaissons, il lance un an plus tard les travaux d’agrandissement de la centrale électrique de Vridi, dans le district d’Abidjan. Et peu après sa réélection de l’année passée, il a inauguré cette nouvelle centrale électrique. Vous en connaissez la conséquence qui est la création d’innombrables emplois suite à l’implantation de nombreuses usines attirées par l’énergie électrique. Les Ivoiriens ont l’emploi et ils "foutent la paix" à Alassane Ouattara. N’est-ce pas ce qu’a fait également le président égyptien avec les travaux d’élargissement du canal de Suez !
Revenons au Congo. Malgré ses promesses, Mobutu n’a pas construit la centrale électrique de Katende. Quant à Kabila, malgré des promesses faites chaque fois avant les élections (en 2006 et en 2011) aux populations du Kasai, il n’a rien fait ! Si cette centrale électrique avait été construite par Mobutu, les emplois créés par la suite auraient fixé chez eux les ressortissants du Kasai. Pourquoi les Kasaiens ont-ils connu l’épuration ethnique au Katanga ? On sait qu’ils occupaient les postes de cadre que convoitaient les Katangais.
Généralisons cette situation. Au Congo, lorsqu’un homme accède à un poste de cadre, il considère cela comme une prébende qu’il transforme petit à petit dans sa tête en une rente à vie. Pourquoi la bande à Kabila retarde ainsi la mise en œuvre des accords de la Saint-Sylvestre ? Personne de cette bande n’aucune possibilité de retrouver un job de cadre. Si Kabila avait réellement dans sa tête le développement le Congo, il aurait construit une centrale électrique dans chaque chef-lieu de province ! Cela aurait attiré des investisseurs étrangers et pas mal de Congolais auraient certainement monté des petites et moyennes entreprises.
La politique au Congo-Kinshasa ne fonctionne pas parce que l’économie congolaise ne tourne pas !



Musenga Kanyinda [kmusenga@yahoo.com] 16/02/2017 09:47:58
Mr Vununu,
Pouviez vous vous situer dans la lutte pour la démocratie au Congo.
Pouviez vous vous situer dans la lutte contre toutes les dictatures du Congo.
Je pense qu’il est mal aisé d’écrire des choses qui ne peuvent faire avancer la démocratie.
Je souhaite que des gens proposent des pistes de solutions. Congoindependant est un très meilleur site et qui est lu par plusieurs personnes, majorité comme opposition.
L’heure est grave, que faire pour continuer la lutte et délivrer notre peuple de la dictature. Voilà des thèmes qu’il faut développer.
suivons l’exemple des analyses de BAW ou Abbé Mbelu.



jacques SAIDI-KAMULETA [skamuleta@hotmail.com] 16/02/2017 16:03:37
Ce monsieur n’est pas serieux! Il a attendu la mort de Tshisekedi pour le vilipender dans son chiffon. Pourquoi de son vivant ne l’avait-il pas fait. Tout simplement parce qu’il n’est pas un veritable HOMME


 

Tous droits réservés © Congoindépendant 2003-2017                   mkz@congoindependant.com  Tél : +32 475 22 90 65.