AccueilCharteQui sommes-nous?RédactionAidez votre journal
09 Janvier 2017

Monsengwo, Marcel Utembi et l’Eglise catholique congolaise en guerre déclarée contre Paul Kagamé ?

 

Mufoncol Tshiyoyo

Le Lobby de l’Église catholique aurait-il finalement eu raison du lobby rwandais aux USA ? Cela en a l’air quand on la voit au four et au moulin à Kinshasa en train de tout remuer. Tenter de tout contrôler et régenter. On peut bien se poser toutes ces questions sans s’opposer à la démarche de l’Eglise si seulement si, politiquement parlant, son intention initiale, en tant congolais, parce que son leadership est congolais, elle tente de ravir la direction du Congo et aux politiques congolais, les zouaves au service de Paul Kagamé et à ce dernier à qui l’Occident avait jusque-là confié, en remplacement de Mobutu, la gestion des Grands Lacs et par ricochet celle du Congo.

Pour les Congolais qui savent à peine lire l’Histoire, ils ne regardent plus que ce que certains d’entre eux appellent déjà les accords « défunts » de la CENCO. Alors que le véritable combat semble être ailleurs. Il opposerait une église catholique congolaise contre Paul Kagamé. Je voudrais y croire bien que cela serait encore de l’ordre de l’invraisemblable. Monsengwo contre Paul Kagamé pour le contrôle de la RD-Congo.

À Cuba, lors de l’invasion de la Baie des cochons en avril 1961, qui a été préparée par les USA, les Américains envoyèrent des prêtres catholiques en première ligne pour attaquer Cuba. C’est ce que José Buajasan Baragui, l’un des compagnons de Fidel Castro, déclare dans la vidéo que vous trouverez à l’adresse suivante //youtube.com/watch?v=HvuAEjpfqh8, (à partir de la minute 02 :02 à 02 :32). Il y déclare notamment que : « Ici à Cuba, toutes les organisations contre-révolutionnaires étaient dirigées par des éléments de l’Église Catholique. Durant l’invasion de Giron (Baie des cochons), trois prêtres sont venus en première ligne : Ismaël de Lubo, Laceras et le jésuite Thomas Macho. C’étaient des croisés qui venaient libérer Cuba du communisme ».

Voilà qui nous fait dire que, compte tenu des liens séculaires qui unissent les deux alliés de tout le temps, à savoir l’Eglise Catholique, comme institution, et les USA, ces derniers auraient finalement fait le choix de confier la gestion et le contrôle du Congo-Kinshasa à l’Eglise Catholique du Congo dont le président actuel est Marcel Utembi. Serait-il une situation définitive ou Paul Kagamé et Museveni vont devoir répliquer ? La situation du Congo est floue parce que ce que l’Église catholique fait est un coup d’État contre des institutions auxquelles elle avait elle-même donné son quitus. Un coup d’État ou l’Eglise catholique romaine de Kinshasa tente de ramasser un pouvoir-os qui selon son propre calendrier est décédé. Le pouvoir-os est dans la rue. Les maîtres du Congo auraient-ils souhaité faire gouverner le Congo par son allié de tout le temps, par la religion qui pourrait à la longue ramollir un peuple qui ne supporte plus sa domination et humiliation. On a des sentiments mitigés parce qu’on ne serait toujours pas sorti de l’auberge. Sauf que le peuple du Congo serait passé de la soumission du second degré à la celle du premier degré. La première, à savoir la soumission au second degré, consistait à se plier sous l’autorité d’un intermédiaire africain, le Rwanda, qui s’interposait entre le maitre, c’est-à-dire le véritable patron du Congo et le peuple du Congo. Tandis que la soumission au premier degré est la domination du Congolais par un « Kapita » médaillé congolais, qui, lui, reçoit directement des instructions du maître dont il serait le double ou la copie sur le terrain Congo.

Et si l’Eglise Catholique Romaine congolaise y parvenait, ce serait alors à quel prix ? Comment l’Eglise aurait-elle négocié la gestion des représentants du Rwanda au Congo-Kinshasa ? Devront-ils se maintenir à la tête du pays ou ils vont, comme ils aiment se faire appeler congolais, faire comme tous les autres, c’est-à-dire se mettre au rang et cesser de revendiquer et d’humilier par des armes le peuple congolais bon chrétien et catholique qui les a accueillis à bras ouvert au Congo ? Tout ce qui se dit dans ce texte est loin d’être une affirmation : j’en fais un papier pour m’interroger à haute voix. Et si ce n’est pas le cas, attirer à la fois l’attention et de l’Eglise Catholique et de Paul Kagamé pour qu’un conflit puisse éclater et pousser le Congo à la bataille finale.

Mon propos de ce jour ne devrait s’interpréter comme un quelconque soutien ou adhésion au cinéma dit accords de la CENCO. Je tente de comprendre le jeu politique de l’Eglise Catholique qui en devenant Calife au Congo gouverne la canaille politique congolaise. Voilà ce qui m’intéresse. Ce qui voudrait que désormais pour faire la politique il faudra passer par l’Église. La religion et l’Eglise comme actrice politique majeure et de premier rang au Congo. Des politiques ayant échoué, l’Eglise reprend son règne comme au bon vieux temps de Léopold II.
Que conclure ? Avec la soumission au premier degré, on peut encore espérer, à force de sacrifice et de travail, affronter directement le maître un jour. Mais avant d’y arriver, il faudra d’abord se libérer de l’emprise de la religion. Puisque le contrôle des masses par la religion est encore plus inquiétant que par la politique. Une fois que les consciences sont habitées, les hommes deviennent incapables de dissocier le séculier et l’intemporel. Surtout quand notre passé avec la même religion invite à la vigilance. La religion vient-elle attendrir un peuple qui par sa colère exprimée ne tolère plus sa supporte plus son état d’esclavage. N’était-ce pas avec elle que le colonialisme a eu raison de notre résistance du moment qu’elle nous demandait de tendre la seconde joue pour mériter du royaume des cieux ? Le maître serait-il à genoux ? Est-ce la raison pour laquelle il tente de nouveau par la religion d’arracher notre allégeance, celle d’un peuple qui a grandi, qui est devenu adulte et mûr et qui, par Likambo ya mbele, a décidé de s’autogouverner ? Nous autres, nous sommes prêts pour la bataille.
« La liberté, soutient José Marti, est le droit des peuples à agir librement, de penser et de parler sans hypocrisie ». Moi, j’ai dit mon mot.

Likambo ya mabele, ezali likambo ya makila

Mufoncol Tshiyoyo
Le Président National du Rassemblement pour l’Alternative Politique en RDC. R.A.P-en sigle Mouvement Politico-militaire,
mufoncol_tshiyoyo@yahoo.com,
004745007236, Facebook : Mufoncol Tshiyoyo


© Congoindépendant 2003-2017

 

4 Réactions

joseph [mainombe33@yahoo.fr] 09/01/2017 21:17:23
Monsieur Biyoyo, vous voilà de retour!
La guerre de belles plumes est déclarée.



jacques SAIDI-KAMULETA [skamuleta@hotmail.com] 10/01/2017 08:29:17
Tshiyoyo! Tu es pret pour la bataille? Alors, reviens sur le terrain a Kinshasa. Abandonne derriere toi le Suede, femme et enfants. Reviens rejoindre les combattants, les vrais sur terrain.



Bernard B. [tshamwa@bluewin.ch] 10/01/2017 19:58:23
Étude Politique et Stratégique pour la RDC.

Thème :
Le Grand succès de la Stratégie de l’Oiseleur, et la Shemitah.

Compromis to Accord ya Dialogue ya CENCO esukisi mosala ya mutambu ya Stratégie de l’Oiseleur, pe ekokisi bowumela ya bokonzi ya Kanambe na Présidence de la République na RDC.

Tina Stratégie de l’Oiseleur etiamaki na ba américains ezalaki po Kanambe awumela na bokonzi po bango bazua bomengo mingi ya RDC.

Avantages Politiques de l’Accord ou Compromis :

1) Avantages pour le Rassemblement :

Sur le plan politique, Accord oyo epesi na Rassemblement, surtout na UDPS, eloko bazalaki koluka banda kala : a) kokota na gouvernement, b) kozua primature.

Ba réunions mingi esalemaki kala na tina oyo kati ya bato ya Kanambe na bato ya UDPS. Nyonso oyo ezalaki kosalema na secret, kasi, secret ebimaka. Lelo, tembe ezali té, UDPS azui eloko azalaki koluka.

Kokota na gouvernement ya Kanambe, pe kozua poste ya premier ministre, ekopesa na UDPS na Rassemblement mosolo po na kolengela ba élections ekoya, pe kolengela Politique du Ventre ya : - " Bango baliaki, biso pe il faut tolia " ; ou bien : " Ezali mosolo ya mboka ya biso, tozali na droit ya kolia yango " ; ou encore : " Soki bapesi yo, zua yango, ezali mosolo ya mboka ya yo ".

2) Avantages pour la nation :

Accord ya CENCO ekotisi RDC na situation ekokani na oyo ya dialogue ya tango ya Mobutu, na CNS elandaki na tango wana. Soki tobakisi ba dialogues misusu esalemaki tango ya Laurent Désiré Kabila kino Dialogue ya Cité de l’OUA, toko tirer conclusion moko tè Dialogue ya CENCO ekozala lokola ba dialogues misusu esalamaka kala, c’est à dire que matomba ya malamu ya dialogue oyo ekomonana té po na Peuple pe po na mboka.

Parallélisme na stratégie ya ba 13 parlementaires :

Na tango ya Mobutu, ba 13 parlementaires balingaki kosilisa dictature ya Mobutu pe kokotisa Multipartisme. Batambolaki na ba mboka ya Europe na USA po na koluka soutien politique.

Tango bazongaki na mobembo na USA, ba moko na kati ya bango balobaki tè USA apesaki bango toli ya " kokueyisa dictature de l’intérieur ", c’est à dire que basengelaki kokota na MPR po bakueyisa dictature.

Yango wana 12 parlementaires environ bakotaki na MPR, na Comité Central, pe na ba institutions politiques misusu ya tango wana. - Est-ce que bakueyisaki dictature ya Mobutu po bakotaki na MPR ? - Té.

Lelo, Rassemblement ekoti na MP = MPR, est-ce que bakokueyisa dictature ya Kanambe po bakoti na MPR ?

Ba 13 parlementaires presque banso bakufa, kaka mibale bazali na bomoyi. Comme l’histoire se répète des fois, Rassemblement = Etienne Tshisekedi wa Mulumba + Kyungu wa Kumuwanza. Bango mibale bazali ba 2 parlementaires encore vivants.
Lokola bakoti na MPR, est-ce que RDC na peuple bakozua eloko ya malamu ?

Tobosani té tè na tango ya Mobutu, ata soki ba parlementaires 12 bakotaki na MPR, moko akotaki té, ezalaki Etienne Tshisekedi wa Mulumba. Kasi lelo, Etienne Tshisekedi wa Mulumba akoti na MPR ! Nani akokueyisa dictature ya Joseph Mobutu-Kabila-Kanambe ?

Avertissement :

Po na kosukisa dictature ya Mobutu, Israël, USA, Belgique, na ba alliés ya bango, bakotelaki Rwanda na Ounganda po na KOKIMISA MOBUTU pe KOBOTOLA RICHESSES ya RDC.

Eloko nini ekosalema po na kokimisa Joseph Mobutu-Kabila-Kanambe lelo ?

Soki totangi Rapport ya Services de Renseignement ya USA ya le 09.01.2017, tokomona tè likambo ya DÉMOCRATIE, na ÉCONOMIE, etangami lokola moko ya ba défis ya gouvernement ya Trump (voir msn). Rapport oyo ezali kosenga, sans le dire clairement, que Trump apona " STRATÉGIE DE LEADERSHIP ".

Elingi koloba nini po na RDC ? - Elingi koloba tè USA akoki kokota lisusu na likambo ya RDC po na kokimisa Joseph Mobutu-Kabila-Kanambe. - Tobosana té tè CONGRES américain ataleli dossier ya Joseph mbala mingi, sans résultat en RDC. - Etikali Trump akota na dossier ya démocratie na RDC.

Soki USA akoti, akotiela biso président mosusu akopona po bango batikala kobotola biso richesses. Tango wana, l’histoire recommencera.

Notre Stratégie :

Soki tolandi likambo ya " élections ", RDC akolonga Joseph té. Tobosana té nzembo ya Franco Luambo Makiadi na tango ya ba 13 Parlementaires : " Candidat Na Biso Mobutu - Luambo Makiadi & le T.P .O.K. Jazz 1984".
Tango Joseph Mobutu-Kabila akobimisa MOSOLO po na élections, Candidat ya biso Mobutu akolonga na élections wana
grâce à la fraude. - " Ba décideurs balobi : ya mbala oyo, nako gagner ! ", disait Etienne Tshisekedi wa Mulumba en 2011. - Tosuka wapi ? Yango wana esengeli tozala na Stratégie ya malamu po to récupérer mboka. - Stratégie ya biso ezali nini ?

Notre Politique de prévoyance et de Précaution :

Esengeli tozala na Politique de Prévoyance et de Précaution. Déjà, Rassemblement asali FAUTE POLITIQUE et STRATÉGIQUE MONENE ya kokota na MPR, po, MPR = SE SERVIR.

Mais, ce ne pas trop tard : Esengeli tosalela gouvernement ya bino na Stratégie ya biso po tosukisa likambo ya Occupation.

Nakoki kobimisa Stratégie oyo awa té.

Nasengi na ndeko Jean-Jacques Wondo, na ndeko Christian Malanga, bazala prêts po, soki CENCO abengi ngayi, tokutana.

Bernard B.
10.01.2017



zaza [zazardc@hotmail.com] 11/01/2017 11:22:55
C’est quand même tiré par les cheveux. Heureusement que ce n’est qu’une interrogation à haute voix. Personnellement je n’adhère pas à cette hypothèse de contrôler la RDC via l’église car la Cenco facilite là où les politiciens sont incapables de se mettre d’accord. Nos politiciens d’aujourd’hui sont plus un problème qu’une solution. Pire tout le monde est politicien ou veut le devenir. Dans ces conditions, il appartient à toute la société civile (y compris les églises) de se mobiliser pour barrer la route à quiconque va en l’encontre de nos intérêts. Car comment comprendre la lutte commune de Ruberwa, Makila, Busa et Dadibanga?


 

Tous droits réservés © Congoindépendant 2003-2017                   mkz@congoindependant.com  Tél : +32 475 22 90 65.