AccueilCharteQui sommes-nous?RédactionAidez votre journal
06 Janvier 2017

Gouvernement :

Les « fantômes » de l’AFDL : Ruberwa is back!

 

Azarias Ruberwa Manywa, ministre de la Décentralisation et de réforme institutionnelle. Capture d’écran RTNC

Président du RCD-Goma, l’ex-rébellion pro-rwandaise, ancien vice-président de la République en charge de la Défense sous le régime de transition «1+4», Azarias Ruberwa Manywa, 54 ans, a fait un retour aux affaires fort remarqué par sa présence dans le gouvernement du Premier ministre Samy Badibanga Ntita dont la composition a été publiée le lundi 19 décembre. A tort ou à raison, l’homme passe pour le "défenseur" des intérêts du régime de Paul Kagame à Kinshasa.

Titulaire du portefeuille de la Décentralisation et réforme institutionnelle, le nouveau ministre se veut «rationnel». Il se propose de dresser dans les « prochains jours » un état des lieux sur le fonctionnement des nouvelles provinces. Depuis le 30 juin 2015, le nombre des provinces est passé de 11 à 26 au Congo-Kinshasa.

Le retour aux affaires de cet homme étiqueté proche du régime de Kigali suscite des commentaires en sens divers. D’aucuns y voient le signe annonciateur de la «résurrection» de l’AFDL (Alliance des forces démocratiques pour la libération du Congo) qui avait porté LD Kabila au pouvoir avant de lui faire la guerre.

Etat des lieux

Contrairement aux nouveaux ministres qui clament ici et là leur volonté de promouvoir le
«changement» dans leur secteur d’activité - sans avoir identifié au préalable les problèmes qui s’y posent autant que les moyens à mobiliser -, Azarias Ruberwa voudrait sortir des sentiers battus. Juriste de formation, l’homme entend agir à l’image d’un médecin. Une seule règle : le diagnostic précède la thérapeutique.

Des sources proches du ministère de la Décentralisation et réforme institutionnelle ont annoncé, jeudi 5 janvier, que le successeur de Salomon Banamuhere espère collecter des
«informations utiles» sur les difficultés que rencontrent les pouvoirs locaux depuis que le nombre des provinces est passé de 11 à 26 en application de l’article 2 de la Constitution.

Ces informations devraient lui permettre de «mettre fin aux dysfonctionnements» observés au niveau de l’administration des anciens districts érigés en province en application de la circulaire du 4 février 2015. La formation des animateurs des villes érigées en chefs-lieux de province, le renforcement des capacités du personnel des assemblées provinciales et la mise en place des administrations financières. Tel est le programme tracé par Ruberwa.

Les provinces infantilisées

Depuis la promulgation de la Constitution en vigueur, il y a dix ans, les provinces continuent à être infantilisées par l’Exécutif national en général et le ministre de l’Intérieur en particulier. Et pourtant, ces entités sont dotées de la personnalité juridique. Les interventions intempestives des autorités nationales empêchent les pouvoirs locaux à jouir de «la libre administration et de l’autonomie de gestion de leurs ressources».

L’article 200 de la Charte fondamentale stipule qu’il est institué une conférence des gouverneurs de province présidée par le chef de l’Etat. Elle se tient au moins deux fois par an. Depuis 2007 à ce jour, « Joseph Kabila » qui n’a pas la réputation d’un «bosseur» n’a convoqué que quatre rencontres du genre. La dernière s’est tenue mi-juin dernier à Lubumbashi.

Au chef-lieu de la nouvelle province du Haut Katanga, les gouverneurs, à quelque rares exceptions près, n’avaient que quatre mots dans la bouche : le manque de moyens. Les problèmes sont légion : manque d’infrastructures, insécurité, enclavement, pénurie en eau courante et électricité, enseignement, hygiène, santé, agriculture, pauvreté.

Selon certains participants à cette réunion, «Kabila» a écouté poliment les doléances de ses interlocuteurs tout en donnant l’impression d’être «ailleurs».

L’assistance a fini de comprendre que le locataire du Palais de la nation - dont le second et dernier mandat devait expirer le 19 décembre 2016 - était préoccupée plus par la prochaine élection présidentielle que des problèmes d’intendance auxquels étaient confrontées les provinces. Lors de cette rencontre, l’hypothèse de l’organisation d’un « référendum » a même été évoquée. Objectif : faire réviser l’article 220 qui empêche le Président sortant à briguer un troisième mandat.

Et revoici Ruberwa

Lors du « dialogue politique » organisé du 1er septembre au 18 octobre, sous la facilitation de l’ancien Premier ministre togolais Edem Kodjo, l’opinion congolaise n’a pas caché sa surprise de voir Azarias Ruberwa figurer parmi des «personnalités» invitées à ces assises. D’aucuns pourraient objecter que l’ancien vice-président de la République Arthur Z’Ahidi Ngoma était également présent. Reste que la même opinion a noté l’activisme de Jaynet «Kabila» à cette rencontre.

En parcourant l’accord conclu le 18 octobre 2016 à la Cité de l‘Union Africaine, force est de remarquer que le véritable enjeu de ce forum est exprimé dans le deuxième alinéa de l’article 17 dudit accord. « Conformément à la Constitution, le Président de la République en exercice reste en fonction jusqu’à l’installation effective du nouveau Président élu ; (…) ».

Selon des sources, malgré la fin du régime «1+4» après la présidentielle de 2006, Ruberwa est resté très influent auprès de «Joseph Kabila». Des «mauvaises langues» assurent que sa sécurité rapprochée serait toujours assurée par des combattants issus du RCD-Goma dont les hommes provenaient essentiellement de la RDF (Rwandese defence force). Ceux-ci n’ont jamais été brassé ni mixé. Et ce, contrairement aux combattants du MLC de Jean-Pierre Bemba.

A en croire ces mêmes sources, malgré son air inoffensif, «Azarias» serait le véritable «patron» de l’ANR (Agence nationale de renseignements). A ce titre, il ferait partie du fameux
«gouvernement parallèle» où se prennent les véritables décisions.

Une chose paraît sûre : l’entrée de Ruberwa au gouvernement de Samy Badibanga n’a pas été applaudie de deux mains. « Le président Joseph Kabila voulait nommer Azarias d’abord au ministère de la Défense, commente un analyste kinois. Des voix se sont élevées pour lui faire remarquer que la présence de Ruberwa à la Défense pendant que Charles Bisengimana est à la tête de la Police serait mal interprétée».

La nomination de « Maître Ruberwa » au ministère de la Décentralisation et de réforme institutionnelle n’est pas bien vu. Bien au contraire. « La présence de Ruberwa au ministère de la Décentralisation et réforme institutionnelle est une occasion pour le régime de Paul Kagame d’achever l’oeuvre de balkanisation commencée dans le Nord Kivu ». C’est le genre de réflexions qui revenait sur les réseaux sociaux.

En juillet 1994, le Front patriotique prend le pouvoir à Kigali. Des militaires des ex-Forces armées rwandaises de Juvénal Habyarimana trouvent refuge dans les deux provinces zaïroises du Kivu.

Au service de la sécurité nationale du Rwanda

En septembre 1996, les premières échauffourées ont lieu entre les Forces armées zaïroises et des miliciens tutsis dits « Banyamulenge ». En octobre de la même année, Pasteur Bizimungu alors chef d’Etat rwandais tient un meeting à Cyangungu. Il brandit, à cette occasion, une carte du « Grand Rwanda » en exigeant la tenue d’une deuxième conférence de Berlin pour revoir le tracé des frontières entre le Zaïre d’alors et le Rwanda. Une manière de justifier la "guerre des Banyamulenge".

Depuis cette prise de position, les Zaïro-Congolais ont acquis la conviction que le régime de Paul Kagame a des visées annexionnistes sur les provinces du Kivu. L’Ouganda, lui, lorgnerait sur l’Ituri.

Fin octobre 1996, l’AFDL voit le jour à Goma. Les initiateurs de cette organisation ne sont autres que le président ougandais Yoweri Kaguta Museveni et Paul Kagame, alors ministre de la Défense et vice-président du Rwanda. Dans un documentaire intitulé « L’Afrique des Grands Lacs en morceaux », Museveni se vante d’être l’homme qui avait présenté Laurent-Désiré Kabila à Kagame. « C’est mon secrétaire particulier Innocent Bisangwa qui l’avait conduit à Kigali afin qu’il soit le porte-parole de l’AFDL», dira-t-il.

Le 17 mai 1997, ce sont les troupes de l’AFDL qui portent LD Kabila à la tête du pays rebaptisé République démocratique du Congo. « Azarias » n’était que directeur de cabinet du ministre des Affaires étrangères Bizima Karaha. « Joseph Kabila », lui, était l’assistant du colonel James Kabarebe, commandant des troupes rwandaises déployées au Congo et chef d’état major de l’armée congolaise. Après la rupture entre LD Kabila et ses anciens parrains, Ruberwa se réfugie à Kigali à l’instar d’autres personnalités appartenant à l’ethnie tutsie. C’est dans la nouvelle «rébellion congolaise», le RCD, que l’homme va prendre du grade.

Le 16 janvier 2001, LD Kabila meurt dans des circonstances qui restent mystérieuses à ce jour. 26 janvier, « Joseph Kabila » est investi à la tête de l’Etat. A l’issue du dialogue intercongolais en 2002 à Sun City, Ruberwa devient un des vice-présidents de la République. «Ruberwa n’a jamais caché qu’il était au service des intérêts du régime rwandais au Congo, commente un analyste. La présence de Joseph Kabila à la tête de notre pays sert de garantie pour la sécurité nationale du Rwanda. La présence de Maître Ruberwa dans le gouvernement Badibanga marque le retour en force des fantômes de l’AFDL par la cupidité des politiciens congolais...».

Baudouin Amba Wetshi
© Congoindépendant 2003-2017

 

19 Réactions

Alidor Sema-Yote [alisema2@yahoo.fr] 06/01/2017 22:38:44
Mais ce me s’active dans un Gouvernement finissant ses dernies jours, puisque d’ici peu Badibanga devrait faire ses valises pour sa Belgique d’adoption.



GERMAIN [flower200980@yahoo.de] 07/01/2017 02:26:57
KONGO CHANCE ELOKO PAMBA!
Eh bien, LE RAIS HYPPOLITE KANAMBE A ECHAPPE BELLE. IL A OBTENU BONNEMENT SON GLISSEMENT EN BAFOUILLANT LA CONSTITUTION de notre pays. KANAMBE & CO. BABIKI, QU’ILS AILLENT BOUFFER LA VIANDE DE PORC IMPORTEE DE BELGIQUE!
Nous avions prophetise que cette annee 2017 sera dur pour tous les kongolais. L’ELITE KONGOLAISE toute confondue: politiciens, religieux, societe civile.. tous ont defailli. Ils cachent leur defaitisme en prechant de fausses promesses d’un avenir meilleur au peuple. Depuis le glissement de KADOGO le 19 decembre 2017, notre grand KONGO est devenu davantage une tribune d’humiliations. Cet enchainement d’humiliations subies par les kongolais depuis l’entree de fameux soi-disant liberateurs AFDL, dans leurs gibecieres, un certain HYPPOLITE KANAMBE alias JOSEPH KABILA, AZARIAS RUBEROWA, BIZIMANA, BISENGIMANA, KABAREBE JAMES, DEO GRACIAS et j’en passe, revoltent tous les kongolais. Ceux occupants se sentent en maitre absolu au KONGO, un pays qui n’est pas le leur.
Parlons un peu brievement des quelques humiliations que subissent le peuple kongolais:
1. Notre BIBLE sacree " NE TOUCHE PAS A MA CONSTITUTION " a ete pietinee par l’occupant et tous les acteurs politiques, religieux, la societe civile..
2. Nos hommes de Dieu ont ete bel et bien humilie par cet homme, le Rais venu de nulle part que le peuple kongolais l’appelle CHANCE ELOKO PAMBA. Ce qui est plus grave, cet homme CHANCE ELOKO PAMBA, refuse de recevoir nos repectueux religieux 3 heures de temps dehors au soleil de plomb. En les faisant entrer, nos religieux prennent place dans une salle sans climatisation. OYO EZALI KO TSIOLOLA BA MIPE, LES MPELO, n’est-ce pas mes compatriotes? D’ou ce musulmani Rais ne repectera jamais les chretiens kongolais.
3. Lorsque le Rais fait son apparition dans la salle d’attente, nos hommes de Dieu se courbent en saluant le Rais a la JAPONAISE. Ah, quel monde en l’envers! D’habitude, dans le monde chretien catholique, on se courbe devant un EVEQUE et on baise ou caresse sa bague, n’est-ce pas mes compatriotes chretiens?
4. LE DIALOGUE ONE DE CAMP TSHATSHI, n’est pas notre truc, c’est un guet-apens, c’est un truc de KANAMBE, disent les OPPOSANT, refusent d’y participer et egalement refusent d’apposer leurs signatures. Kamambu ko dit le Rais.
5. SAMY BADY est nomme 1er ministre, nomme ses ministres, ils pretent serment. Le GATEAU cuit a Kingakati est partage en 67 morceaux, dans le cercle prive de RAIS en laissant les petites miettes a BADY 1er pour les partager aux assoiffes de pouvoir.
6. La colere gronde au groupe des bredouilles. Kanambe ordonne un autre DIALOGUE TWO, sous la mediation des HOMMES DE DIEU, CENCO. Le peuple crie: VIVE LE DIALOGUE, DIALOGUE OYE! Le peuple naif crie, le Rais est pris au piege! MUPE ASAKANAKA TE, MPELO KASAKANAKA KO! KANAMBE ESILI NAYE! Les dialoguistes et mediateurs crient succes total.
7. La MP de l’hypnotiseur KANAMBE et certains opposants signent l’ACCORD POLITIQUE, tandis que d’autres partis poliques refusent categoriquement de signer l’ACCORD POLITIQUE. La MP rafinee signe sous RESERVE, qui veut dire que cet ACCORD ne l’engage pas a 100%, pourrait etre revu.
Un veritable guet-apens pour l’OPPOSITION qui avait signe d’une facon NGULU NGULU. Aussi, cette fois-ci, le RAIS comme a son habitude n’a pas signe en laissant aux kongolais de le faire a sa place.
8. BADY 1er, refusent egalement a son tour de signer l’ACCORD POLITIQUE de peur de perdre sa PRIMATURE. Il est d’ailleurs pris en otage par ses ministres en vociferant en ces termes: MFUMU BADY ko signer te, nano to tondi te, libenga nabiso etondi nano te. Bongo toko zongisa ba niongo ya ba costards na ba villas ya ba indo-pakistanais ndenge nini? KO demissionner te.
9. Les tractations sous les auspices de la CENCO en marche. C’est le chaos total. Opesi mbwa, mbwa aboyi.
10. Le LARRON AZARIAS RIBERYWA, le nouveau poids lourd du gouvernement, ministre dela Decentralisation et de reforme institutionnelle est tres presse, il veut a tout prix depecer davantage les 11 a 26 provinces jadis morceler par le collabo EVARISTE BOSHAB, cette fois-ci depecer le pauvre grand KONGO a 52 provinces comme un ballon de football. Tout cela aux yeux de l’ELITE kongolaise de la mangeoire.
Bref, en quelque sorte, voila un echec humiliant et une ultime humiliation. Une humiliation historique et interminable pour le grand KONGO.
QUE DITES-VOUS ELITE KONGOLAISE SI UN JOUR EN VOUS REVEILLANT EN SURSAUT, EN TROUVANT VOTRE BEAU ET RICHE PAYS BALKANISE! A QUI LA FAUTE? AUX OCCUPANTS OU NOUS-MEMES BANA MBOKA? FAISONS NOTRE EXAMEN DE CONSCIENCE, CAR POUR CE PEU DE TEMPS QUI NOUS RESTE, TOUT POURRA SE BASCULER DANS LE MALHEUR SI NOUS NE FAISONS PAS ATTENTION. LISEKE EZALI LISUSU TE!



KUM [kumab2009@hotmail.com] 07/01/2017 06:00:16
Les cinq derniers mots ont tout dit: "...la cupidité des politiciens congolais...".
Ils se bousculent aux portillons de la Mangeoire kanambiste, soi-disant motivés par l’intérêt de la Nation; mais ils sont vite rattrapés par les vrais sentiments de cupidité et d’égocentrisme qui les habitent: "Ma part d’abord..."
Comme qui dirait "chassez le naturel et il revient au gallop".
Si jamais j’ai eu honte d’être né Congolais, c’est uniquement en considération de la classe "pourrie-ti-que" que l’on trouve au pays de Lumumba!



Nestor Dossou [nestor.dossou@netcourrier.com] 07/01/2017 09:19:56
Bonjour Cher B.A.W,
Personnellement je ne crois pas un seul instant que Maitre Azarias soit un Rwandais. Si cela était le cas, je ne pense pas que Le Docteur Etienne Shisekedi soit naïf jusqu’au point de faire de lui un allié inconditionnel.
Souvenez-vous que pendant la guerre du RCD Goma, Le Docteur Etienne Shisekedi avait dit que ce mouvement armé était composé des Congolais et qu’il fallait se mettre autours d’une table pour mettre fin à la guerre et géré le Pays ensemble.

L’UDPS avait passé plus des deux ans à Kigali pour préparé le Dialogue Inter-Congolais de Sun City comme l’affirme Mr Valantin Mubake lui même dans cette vidéo (https://www.youtube.com/watch?v=i4kIuXHtGC0) et après le Dialogue, le Docteur Etienne avait céder le poste de vice président de la République à Maitre Azarias et notre Docteur était entré en hibernation jusqu’à refuser de participer aux élections de 2006.

Si Maitre Azarias est Rwandais, pourquoi les Congolais n’occupent-ils pas des postes de responsabilités au Rwanda comme eux les font chez nous?.
En plus, même s’il l’était, il y a aucun problème puisque l’honorable vital vous a déjà dit que le vieux Etienne à signé des accords avec le Rwanda(https://www.youtube.com/watch?v=KS3brPHFmHs). Qui est cet journaliste Congolais qui a essayer de mener des investigations a ce sujet?. Réponse: Personne, même pas le valable B.A.W. Pourquoi, Dieu seul peut répondre a cette deuxième question.

Nesteor



Fortunes [fmulangu@yahoo.fr] 07/01/2017 10:20:05
LDK nous a emmené des prédateurs qui sont en mission pour nous détruire. L’homme que voici est l’architecte de cette oeuvre odieuse. Lui et celui qui trône à la tête du pays vont continuer le travail jusqu’à la disparition de la RDC sous sa forme actuel si les congolais les laissent s’émouvoir librement au pays. Ne faites jamais confiance à tout ce qui est venu du Rwanda et de l’Ouganda. Les Rwandais sont les ennemis des congolais. Ruberwa en est un; Kabila l’est aussi. Nous devons liquider les zairois qui ont permis à ces étrangers de nous asservir. Ils sont toute une équipe qui vivent aux crochets de Kabila soutenu par Ruberwa. Fongola miso !



Elombe [odimba@hotmail.fr] 07/01/2017 12:42:07
Notre histoire avec la légion Rwandaise ne date pas d’aujourd’hui. Il faut remonter à la dictature de Mobutu pour évoquer le cas du tout puissant Bisengina Rwema qui était presque le vice Président de la République. C’est lui qui pouvait faire et défaire les carrières. Après Laurent Desiré Kabila est venu avec l’armada Tutsi sur ordre de Kagame et Museveni. C’est ainsi qu’on s’est retrouvé avec le Bizima Kahara, Bugera etc...Tout ceci était dû à l’incurie des dirigeants de l’AFDL et leurs préposés congolais qui n’ont pas tenu compte de l’intérêt du pays. Aujourd’hui notre pays est devenu un butin de guerre pour les Rwandais et Ougandais. Les pillages de nos ressources se fait avec la complicité des fils du pays.



Jo Bongos [jo.bongos@msn.com] 07/01/2017 13:19:18
S’il restait encore un peu de dignité aux congolais, la simple évocation de ce type serait une raison suffisante pour se faire hara-kiri. S’il restait encore une once de dignité…

On fait tous semblant de ne pas savoir quelle est sa mission dans ce pays. La HONTE !



Muana ya mokolo lopango [Muana@yahoo.fr] 07/01/2017 18:54:42
@Nestor Dossou

Une chose n’est vraie ou fausse que suivant la réaction de Tshisekedi?

Azarias Ruberwa a fait ses études supérieures au zaïre de Mobutu avec le prénom interdit aux zaïrois. Comme un certain Vital, il était inscrit comme Rwandais.

Il n’a jamais été congolais ni hier ni aujourd’hui. Comme Bosco Ntaganda Ruberwa n’a jamais été congolais. C’est à lui de nous dire comment et quand il est devenu congolais. Obama l’a fait !

Quand LD Kabila avait chassé les Rwandais qu’avait ce monsieur ? Il est parti se planquer à Kigali expliquant que leur armée était partie. Ce à quoi LDK avait répondu ´´ mais non ton armée n’est partie c’est l’armée rwandaise qui est partie ´´

Ruberwa, nkunda batware, ntaganda, Bizima, Bisengimana, Kanambe, kamerhe... = Kagamé’s team en RDC. Ce n’est pas le docteur Tshisekedi qui vous empêche de voir la réalité.



Nkomi Mbuta [nkomimbuta|@gmail.com] 07/01/2017 19:27:29
Nestor Dossou vous devez rapidement consulter un psychiatre ...



Congo Indépendant [redaction.cic@congoindependant.com] 07/01/2017 19:56:56
@Nestor Dossou

Vous avez écrit : "Personnellement, je ne crois pas un seul instant que Maitre Azarias soit un Rwandais". Plus loin, vous ajoutez : "Si Maître Azarias était Rwandais, pourquoi les Congolais n’occupent-ils pas des postes de responsabilités au Rwanda comme eux les font chez nous?

Vos propos appellent quatre observations:

1. Si vous prenez la peine de relire attentivement l’article mis en cause, il vous sera loisible de remarquer qu’il n’est nullement fait mention à la nationalité d’Azarias Ruberwa.

2. En revanche, il est écrit noir sur blanc que "l’homme est étiqueté proche du régime de Kigali". Ce n’est pas un scoop!

3. A travers ses prises de position, "Ruberwa n’a jamais caché qu’il était au service des intérêts du régime rwandais au Congo", comme l’a dit un analyste kinois. A titre d’illustration, au lendemain de la signature de l’accord dit de l’hôtel Cascade entre "Joseph Kabila" et Jean-Pierre Bemba, en Afrique du Sud, voici ce qu’avait déclaré "Azarias". C’était fin juin 2002 : "Sans nous, il n’y aura pas d’intégrité ni de réunification du territoire congolais. Sans nous, il n’y aura pas d’élections encore moins de réconciliation nationale".

4. Par principe, Congo Indépendant s’est toujours gardé d’ergoter sur la question relative à la nationalité. "Le sage n’affirme que ce qu’il peut prouver", dit un adage chinois. Congo Indépendant n’a jamais pensé que la nationalité d’un individu était liée à son faciès. Un Tibétain peut bien acquérir la nationalité congolaise par naturalisation. Pourquoi? La raison est simple: la nationalité est un statut. En revanche, Congo Indépendant estime qu’une personne qui fait du Congo-Kinshasa sa patrie d’adoption doit faire preuve d’une loyauté sans faille.

Cordialement.

La Rédaction



Nono [no2.bay@orange.fr] 08/01/2017 00:39:23
1° « Les « fantômes » de l’AFDL : Ruberwa is back! » !?!
Je ne sais si c’est la juste réalité ou ce n’est pas plutôt le pouvoir de ‘JK’ dont la proximité « clandestine( ?) » avec celui de Kagame est évidente qui a profité du changement d’option gouvernementale pour remettre plus publiquement en selle les pro-rwandais avérés envers qui les réserves des Congolais sont connues (ne fût-ce à constater qu’ils ne les choisissent pas lors des élections, voyez exemple le résultat minable de Ruberwa en 2006)…
Si c’est néanmoins le cas, ce serait bien paradoxal : au moment où justement la cloche du moment a sonné le départ de l’intendant domestique du Rwanda, ‘JK’, voilà que le Rwanda reviendrait en force !
Certes il est toujours là tapis derrière « la kabilie », mon propos n’est donc pas de nier l’« occupation rwando-ougandaise » persistante au Congo mais que logiquement avec les changements en vue, cette emprise devrait aller en diminuant… Ou alors il faut définitivement désespérer de nous Congolais…

2° A Mr Dossou !
J’espère que vous êtes réellement Congolais et qu’en conséquence vous connaissez un peu l’histoire récente de notre pays…
Il y’eut en 1996-1997 l’AFDL initiée par les rwandais et les ougandais, composée de son « conglomérat d’aventuriers » Congolais et des vrais rwandais (Kabarebe en est l’incontestable illustration) qui de l’Est envahit et occupa le Zaïre-Congo… Puis dès 1998 après que LDK congédia les rwandais chez eux le RCD rwando-Congolais et les guerres qui s’ensuivirent au Congo…
Ruberwa ne s’est jamais empêché de « célébrer » son identité tutsie et sa proximité avec son Rwanda d’origine ! Je ne le connais pas personnellement mais comme d’autres j’ai connu dans les années 70 à l’Université (et déjà au Collège) les siens qui jouissaient du statut de réfugiés et de l’avis de tous ceux qui l’ont connu plus tard à Lumbubashi, lui aussi avait bien une bourse de réfugié à l’Université…
Je ne vais pas vous raconter ma vie juste que j’ai connu par la suite Bukavu et le Sud-Kivu où plus d’un autochtone qui connaissait les vraies origines des uns et des autres s’étrangla à la promotion des Banyamulenge comme tutsi Congolais…
Au-delà aucun Congolais n’ignore Bisengimana qui fut auprès de Mobutu l’initiateur d’une naturalisation collective des rwandophones…



Jo Bongos [jo.bongos@msn.com] 08/01/2017 11:59:32
Je sais par une source sure que la Reine d’Angleterre – aussi - est d’origine congolaise. En fait, elle est katangaise de Kolwezi. Elle a été naturalisée anglaise il y a bien longtemps.

Si vous ne me croyez pas, demandez à Nestor Dossou. Il doit le savoir.



Christian [christian@yahoo.fr] 08/01/2017 14:35:43
Cher BAW,
le monde entier sait que Ruberwa est rwandais et il ne s’en cache pas.
Lors des massacres de Gatumba par les rebelles présumés burundais, Ruberwa avait tenu des propos qui ont choqué les congolais. Il a déclaré que les tutsis sont un et indivisible, et qu’ils (tutsis) devront maintenant travailler pour avoir leur nation!
Un petit exercice intellectuel et vous comprendrez que la nation dont rêve Ruberwa est l’empire Hema-tutsi dont Kangame Paul est le véritable initiateur.
Bizima, Ruberwa, Kangame ou "kanambe -kabila" sont pareils, leur mission c’est d’affaiblir la RDC au profit du Rwanda. Confier la décentralisation à Ruberwa convient à remettre au voleur vos clés pour assurer la garde des coffres-forts.
Tout ce que nous espérons, que "kabila " disparaisse de la scène politique de notre pays; et tout cela appartiendra au passé.
CIC a raison de ne pas lier le faciès à la nationalité, ce sont des arguments de bas étage, Obama est président des Étas-unis, son "géniteur" est kényan.



Pika Dosithée [dositheepika@yahoo.fr] 08/01/2017 15:33:43

Chers compatriotes Congolais,

Je demande à tous les Congolais de loin ou de près qui connaissent en personne NESTOR DOSSOU de l’ amener vite possible en consultation chez tous les spécialistes médicaux de toutes les maladies.




Pika Dosithée



Pika Dosithée [dositheepika@yahoo.fr] 08/01/2017 15:51:56

Chers compatriotes Congolais,

En suivant madame Ramazani Chantal, le Congo n’ est plus le Congo de nos ancêtres qui nous a mis au monde. Si possible, il faut que tout le monde croise les bras et reste chez-lui à la maison pour faire partir et Kanambe et ceux qui le servent de béquilles et de l’ armée et de la police nationale.
Maintenant Kanambe n’ a aucune notion du respect ni de politesse à tous les Congolais et aux Evêques et mêmes à ceux qui l’ ont donné le pouvoir.
A savoir que cet ignare ne manquera pas de prétexte pour brouiller les élections à venir donc bref est de le faire partir dès à présent.




Pika Dosithée



Elili [dibangu@hotmail.com] 08/01/2017 22:48:26
Chers Compatriotes,
Selon Mzee, ce personnage est de nationalité rwandaise. Qu’est-ce qu’il vient faire dans le gouvernement du Congo ?
Que Dieu nous vienne en aide.



Nono [no2.bay@orange.fr] 09/01/2017 02:35:41
@Nestor Dossou

J’ai manqué d’insister dans ma précédente adresse sur ceci :

Je vois mal un Congolais sensé, honnête et patriote ne pas s’étonner de votre curieux parti-pris non pas tant à défendre la nationalité Congolaise de Rubebrwa au contraire de sa probable nationalité rwandaise mais de douter de sa loyauté double incontestable qui en ces heures d’« occupation rwandaise » pose largement problème…

Au cas où vous ne le sauriez pas ou le négligiez, sachez cher ami que le Rwanda, lui, est assez malin et réaliste pour reconnaître la nationalité de tous ses « originaires » quoi qu’ils en aient acquis d’autres ailleurs tandis que le Congo tient prudemment et peut-être de façon irréaliste sa nationalité exclusive. Ceci est un autre écueil Congolo-Congolais dont on doit discuter, j’en conviens…

Vous n’êtes pas non plus sans savoir que bien après Kabarebe et d’autres rwandophones tutsi prétendus Congolais (dont Ruberwa) à qui LDK demanda naïvement (et coupablement à sa place) de rentrer au pays dans une adresse célèbre pour enfin réaliser qu’ils étaient au moins à double loyauté, des exemples criants plus récents nous ont été offerts à ce même titre avec Nkundabatware, Ntaganda, et d’autres moins célèbres mais pas moins traîtres notamment dans les rangs du M23 et apparentés encore sous bonne protection rwandaise ou ougandaise…

D’où toujours mon grand embarras devant vos affirmations si légères…



gyav [gyavi66@gmail.com] 09/01/2017 20:14:03
Article plutot tendre, bien que juste. Je crains que les chosew, presentes et à venir, ne soient pires que cela !! Normal à peu près pour un peuple,qui ne veut vraiment rien. On voudra toujours pout lui et c’est normal. Dommage mille fois.



zorino [belitogil@yahoo.fr] 10/01/2017 20:28:59
RIEN DE BON N ACCOUCHERA DE CE DEUXIEME FAUX DIALOGUE OFFRANT LE GLISSEMENT A KANAMBE.
ATTENDEZ VOUS A UN COUP DE TRAFALGAR.
QUI VIVRA VERRA.


 

Tous droits réservés © Congoindépendant 2003-2017                   mkz@congoindependant.com  Tél : +32 475 22 90 65.