AccueilCharteQui sommes-nous?RédactionAidez votre journal
04 Janvier 2017

Alternance:

Présidentielle : "Moïse" sera candidat

 

Moïse Katumbi Chapwe lors de son intervention au Parlement européen 07.9.2016

Il y a dix mois encore, l’ancien gouverneur du Katanga évitait d’évoquer la question de sa candidature à l’élection présidentielle. "Pour le moment la priorité reste le calendrier électoral, confiait-il. Nous verrons plus tard qui sera candidat...". Le compromis politique conclu le 31 décembre 2016, au Centre interdiocésain par les signataires et non-signataires de l’accord de la Cité de l’Union Africaine semble donner à Moïse Katumbi l’opportunité de "fendre la cuirasse". Le chemin à parcourir pourrait ressembler à la course aux obstacles...

"(...) je serai candidat à l’élection présidentielle en 2017". C’est le message qui ressort du communiqué daté du 3 janvier 2017 publié par Moïse Katumbi Chapwe.

L’ancien gouverneur du Katanga se réjouit, en liminaire, de la signature de l’accord du 31 décembre. Pour lui, cet arrangement "important" va permettre au peuple congolais "d’entrevoir l’année 2017 en paix et avec espoir". Et surtout, "de vivre sa première alternance politique à la tête de notre beau pays au travers d’élections démocratiques, inclusives, transparentes et apaisées".

"Moïse" qui vit depuis le mois de mai dernier en exil forcé en Europe - suite aux tracasseries judiciaires dont il a fait l’objet à Lubumbashi - exhorte ses compatriotes à la "vigilance pour s’assurer de la bonne exécution de cet accord politique".

"Joseph Kabila" ne manquera pas de grincer les dents en apprenant qu’il est cité dans le texte. Katumbi "le remercie" d’avoir pris l’engagement de "ne pas briguer de troisième mandat consécutif (...)". Il rappelle sur un ton aux allures de recommandation autant que d’avertissement : "Par cet accord accord inclusif, le Président de la République ne peut entreprendre de modifier notre Constitution pendant la période transitoire, y compris par voie référendaire. Il s’engage également, face à la communauté nationale et internationale, à ne pas entraver sa bonne application".

Les observateurs restent sceptiques en ce qui concerne la capacité de "Joseph Kabila" non seulement à honorer sa parole mais surtout à respecter un accord qu’il n’aura pas signé. "Comment voulez-vous qu’il respecte un accord sur lequel il n’a pas apposé sa signature alors qu’il ne cesse de violer la Constitution qu’il a promulguée le 18 février 2006?", entend-on dire.

Dans son message de voeux de fin d’année 2016, le Président sortant n’avait pas l’air de quelqu’un qui s’apprête à "déménager". Bien au contraire. L’homme a dit en termes à peine voilés son intention d’organiser un référendum. "(...), seul notre peuple, dans sa souveraineté devra demeurer la source du pouvoir dans notre pays, par la voie des urnes, conformément aux prescrits pertinents de la Constitution", déclarait-il.

Au sein de la fratrie "Kabila", le mot d’ordre serait sans aucun doute :"Tout sauf Katumbi". A tort ou à raison, "Moïse" est perçu dans le premier cercle du pouvoir kabiliste comme un "ingrat". Certains kabilistes purs et durs qualifient l’ancien gouverneur du Katanga de "traître".

On peut gager que la "famille" envisage comme un cauchemar l’idée d’un Katumbi succèdant au "raïs" à la tête de l’Etat. Zoé "Kabila" l’a dit implicitement.

Dans un entretien avec l’hebdomadaire "Jeune Afrique" n°2901-2902 daté du 14 août 2016, celui que certains Kinois appellent, par ironie, "Monsieur Frère..." n’est pas allé par quatre chemins en clamant haut et fort : "Nous n’allons pas laisser le pays entre les mains de n’importe qui...".

B.A.W
© Congoindépendant 2003-2017

 

16 Réactions

Elombe [Odimba@hotmail.fr] 04/01/2017 05:32:10
Je ne suis pas de ceux qui croient qu’il suffit d’avoir un peu d’argent pour prétendre présider aux destinées de notre pays. Tous les opportunistes qui s’alignent dernière Katumbi n’aiment notre pays. Intellectuellement, je ne le crois pas á la hauteur de la tâche.



Celestin Muzuri [celemuz@yahoo.fr] 04/01/2017 05:56:25
Les premiers signes confirmant la mauvaise foi et roublardise de Kabila et sa bande MP apparaissent deja 3 jours apres "signature" de l’Accord du 31 Dec.

Dans une declaration hier de la bande MP aux abois, ces jouisseurs oublient que leur chef n’a plus de Legitimite apres 19 Dec. Que son "Sursit" (et donc presence au sommet) provient de la patience des Congolais qu’il abuse.

L’une des declarations cacophoniques de la MP hier pretend que la poursuite des discussions sur "l’Arrangement particulier ou Addendum"a la CENCO devant etaler l’execution de l’Accord de la Saint Sylvestre sera soumise a la "re-Qualification du Mandat des Eveques apres que ceux-ci aient soumis leur rapport" a Kabila. Entendez donc par-la que leur Kabila reste "maitre du jeu".

Au dela de l’arrogance d’une telle condition farfelue qui n’apparait nulle part dans l’Accord du 31 Dec., cette declaration qui s’ajoute a la fausse exigence de la MP d’inclusivite (surtout du MLC dont le chef JP Bemba est a la Haye par les manoeuvres de cette meme bande MP et son chef de file Kabila aux fins d’ "exclure Bemba du jeu politique") demontre a suffisance la mauvaise foi de la bande MP clairement aux abois.

Il est plus clair que cette bande s’est servie de la bonne foi des Eveques et du RASSOP pour passer le cap du 19 Dec en etouffant la colere des Congolais et pour arracher un semblant de legitimite pour ensuite retropedaler.

Bref, Kabila reste egal a lui-meme dans sa roublardise. Mais, il se trompe. Les Congolais a bout de patience ne se laisseront pas du tout faire cette fois-ci.




Simon Kibentele [kiteri@yahoo.com] 04/01/2017 13:26:34
Nous fairons mieux de suivre la toute derniere communication du resistant Honore Ngbanda et lire le requisitoire de Charles Onana publie sur l’Oeil d’Afrique: http://oeildafrique.com/charles-onana-craignais-rdc-bel-bien-arrive/



Lidjo [lidjoma@gmail.com] 04/01/2017 13:33:59
Joseph Kabila est champion d’honorer en partie les différents accords qu’il fait signer par ses délégués. Les concertations nationales de 2013 avec ces 700 résolutions n’ont donné lieu qu’à l’amnistie des terroristes du M23 et l’élargissement de la majorité avec une partie d’opposants, accord du 18 octobre 2016 même chose élargissement de la majorité, sortie de prison de quelques membres de la société civile; accord du 31 décembre 2016, réactivation des accords secrets d’Ibiza, Venise et de Paris. Dans tous ces accords, seuls les politiques se retrouvent, rien pour la population. Notre population est devenue l’otage consentant des politiques et cela est grave. Où en sommes nous avec le carton rouge ?



JULES Msabah [julesmsabah@hotmail.com] 04/01/2017 18:39:38
L’ex-gouverneur du Katanga Moïse Katumbi Chapwe est un poids lourd pour accéder au sommet de l’Etat.Il a un passé excellent.Il est le modèle de tous.On juge quelqu’un par les actes et non les paroles.Je soutiens à 100% sa candidature.



Pika Dosithée [dositheepika@yahoo.fr] 04/01/2017 20:02:16

Chers compatriotes Congolais,

Ce sont les mêmes qui vont produire les mêmes effets. Ils se connaissent mieux que nous. Parler au nom du peuple et du Congo mais la réalité sur terrain est contraire. Sa femme est proche de Paul Kagamé. Où est la différence entre Kanambe et Katumbi?
Soyons tous vigilants pour la patrie.



Pika Dosithée



Kabongo [marcel20071@hotmail.com] 05/01/2017 02:02:16
Moise Katumbi est un vraiment reveur dans ce monde. Et puis il sait bien qu’il est populaire au Katanga pas tellement autres provinces. Meme au Katanga Moise Katumbi ne peut pas battre Etienne tshisekedi. En fait, Katumbi est intelligent mais il est un collabo, toyebi eza ba stupides jeux.



Elili [dibangu@hotmail.com] 05/01/2017 06:12:41
Chers Compatriotes,
Le président du Club Mazembe, tant qu’il a sa carte d’identité congolaise, et qu’aucune décision judiciaire ne lui a pas enlevé ses droits civiques, il est libre de prétendre à la magistrature suprême du pays. Mais il est un fait "avoir de l’argent, être un président d’un club de football", et un autre "être président du Congo. Si nos compatriotes pensent que le Congo est devenu un territoire à mettre sous la direction des tueurs à sang froid, des margoulins, des aventuriers de tout bord, il est temps que nous nous mettions en question et que nous nous regardions en face. A chacun de nous de faire un examen de conscience. Le fait d’avoir refusé de nous poser des questions qu’il fallait, quand il le fallait (l’approche de l’AFDL), nous sommes devenus des citoyens d’un pays sans : Sans Monnaie, sans carte d’identité, sans armée, au territoire avec frontières poreuses, et citoyens généralement dépourvus de l’effectivité de leur citoyenneté (incapables de s’organiser politiquement, mendiants éternels de l’aide à tout point de vue, même pour les choses qui dépendent de leur capacité d’agir ensemble pour leur bien commun)... Que Dieu nous vienne en aide.



kolomabele [babeha1@yahoo.fr] 05/01/2017 11:08:54
S’il s’engage à la prochaine présidentielle, Moïse Katumbi sera un candidat sérieux. Qu’il faudra suivre de près. Bien qu’il ne soit pas un professionnel de la politique, il a toutes ses chances pour gagner. Ce sera pour lui plutôt un boulevard et non une course aux obstacles. Il a été gouverneur de l’ancien Katanga pendant 10 ans. Il a eu un bilan que d’aucuns jugent brillant. Il a une notoriété qui dépasse les limites de son ancien Katanga natal. Il sera le seul candidat disposant des moyens financiers colossaux pour battre la campagne ce Congo, un pays-continent qui n’a pas des moyens de communication. Des nombreuses formations politiques, des associations, de personnalités politiques lui ont déjà fait allégeance. Mais nous y ignorons tout de sa vision du Congo, de son programme. Que fera -t- il une fois assis au tabouret présidentiel? Au Congo, tout est priorité. Nous craignons qu’il soit Kabila bis. Son silence ou ses réactions molles aux questions qui préoccupent les Congolais ne nous rassurent pas. Il s’agit de l’insécurité chronique à l’Est, au Kasaï Central, et chez lui au Katanga(après les criminels de Bakata-Katanga, c’est le conflit pigmées - bantu), le système de prédation, la corruption, le pillage des ressources naturelles,la misère...



Bill Sesanga [bill.sesanga@gmail.com] 05/01/2017 13:06:07
@Elombe, Il faut aussi avoir la volonté de vouloir faire avancer le pays. Nous avons beaucoup d’universitaires mais qui ne sert sont distingués que par la sottise(Boshab, Alexis Ntambwé Mwamba, Kin Kiey Mulumba...) il faut admettre que dans tous les pays du monde, une campagne électorale nécessite de l’argent. Au stade actuel, les parties politique sur ne sont pas financés dans notre pays et l’administration térritoriale n’est pas effective ou pas élue. Nous ne pouvons nous baser sur la signature de 500 maires comme en France pour postuler. Le critère de 100000$ de caution n’est pas juste mais il permet de limiter le nom break des candidats. Sinon, connaissant les congolais, nous risquons d’avoir des presidentielle avec 10000 voir 50000 candidats. L’argent joue un role determinant.



Mayoyo Bitumba Tipo-Tipo [mbtt05012017@hotmail.com] 05/01/2017 15:08:38
Avant de spéculer sur les chances ou la capacité de tel ou tel autre animal politique à conduire le peuple congolais à bon port, c’est-à-dire à enfin instaurer l’Etat de droit tant attendu depuis la lutte contre la dictature de Mobutu, on ferait mieux de s’interroger sur le régime démocratique qu’on croyait mettre en place en adoptant la Constitution par referendum et en allant aux élections en 2006. Dans ce régime dit démocratique, force est de constater que les contre-pouvoirs ne fonctionnent pas alors que les travers dénoncés pendant la dictature de Mobutu ont tous refait surface avec beaucoup plus de nuisance pour certains d’entre eux. Le fait même qu’on parle aujourd’hui d’une nouvelle période de transition en est une parfaite illustration. Car, si les contre-pouvoirs fonctionnaient, Joseph Kabila, qui a multiplié les subterfuges pour ne pas organiser les élections, aurait été mis hors d’état de nuire depuis longtemps. Pourquoi les contre-pouvoirs qui existent sur papier ne fonctionnent pas et que faire pour qu’ils fonctionnent un jour. Tant qu’on n’aura pas réfléchi sur ces deux questions fondamentales, il n’y aura rien de neuf sous le ciel congolais. Le successeur du despote Kabila sera également un despote. Mais il est vrai, tous les despotes ne laissent pas le même héritage dans les différents domaines de la vie collective.



GERMAIN [flower200980@yahoo.de] 05/01/2017 17:34:24
Moi Germain,
Je declare ouvertement et officiellement ma candidature au poste de PRESIDENT DU KONGO-BELGE ET RWANDA URUNDI. Je prends le ROI LEOPOLD II a temoin.
Les magiciens en informatique, NOYI MULUNDA, MALU MALU, ne sont plus la. Sous les ordres de KADOGO HYPPOLITE KANAMBE ALIAS JEEF KABILA, NANGAA CORNEILLE est tres occupe. Il est en train d’inventer une nouvelle formule mathematique de tricherie pour le compte de son maitre KANAMBE.
Quant a moi GERMAIN, je suis sur de gagner l’election PELESIDENTIELLE avec le soutient de la formule mathematique SATANIQUE du GENIE VLADIMIR POUTINE. TEMBE ESILI NIE!
KIADI KIBENI BETO BESI KONGO. VIVE KONGO DIA NTOTELA!
GERMAIN YALA SE KA YALA KUNA LOLA! LUWIDIE! A PARTIR D’AUJOURD’HUI CHAQUE KONGOLAIS A DROIT DE POSER SA CANDIDATURE ET CHOISIR SON MAGICIEN POUR METTRE LA MACHINE DE TRICHERIE EN MARCHE. SURTOUT NE TOUCHEZ PAS A MON GENIE VLADIMIR POUTINE, IL EST A MOI.
KONGO CIRQUE DE JONGLE KIBENI. KAMAMBU KO MBUTA GERMAIN! MFUMU LEOPOLD II DODOKOLO KIBENI, VUTUKA KU KONGO, BISO BA KONGOLAIS TOKOKI MOKUMBA TE!



Elombe [Odimba@hotmail.fr] 05/01/2017 21:10:29
Mon frère Sessanga, je n’ai pas l’habitude de répondre aux interpellations dans ce forum, mais comme vous posez le problème sans esprit polémique, je vais tout de même vous signaler que la gestion de Katumbi au Katanga n’a été contrôlée ni évaluée par personne. L’assemblée provinciale était composée de courtisans et des faire valoir á sa solde. Il distribuait des prébendes à qui il voulait.Katumbi était un petit roitelet qui régentait tout et n’importe quoi. Je vous conseille d’aller interroger les personnels du SNCC. Il vampirisé en procédant sans état d’âme à la destruction du chemin de fer sur le tronçon Katanga qui permettait d’évacuer les minerais vers l’étranger en mettant une noria de 80 camions pour transporter ses minerais. Il s’est enrichi sans rendre compte á qui que soi. Ma préoccupation, c’est son niveau d’instruction qui pose problème pour diriger un pays aussi compliqué que le notre. D’ailleurs Kabila est l’exemple de la faillite et le prototype de l’incompétence incarnée. Soyons lucides mon frère, si non, on va continuer à tourner en rond. Cordialement.



Kongo [proliberte1@gmail.com] 05/01/2017 22:24:54
Simon Kibentele,
j´ai bcp d´admiration pour Onana pour son attachement au peuple congolais. Comme lui, nous aurions tous voulu que Kabila parte. Malheureusement, ca traîne, mais ca va venir (le plus tôt serait le mieux). Toutefois, dans le cadre de reception critique de son texte, je vois un déséquilibre flagrant entre sa son discours (de sévérité) sur Joseph et celui (de complaisance) sur Laurent Désiré qu´il vante comme le lion face à Kagame. Je crois que ce dernier aimait le Congo, mais on ne peut pas relativiser la gravité de son acte:
- nous présenter Joseph (le sanguinaire) comme son fils
- placer Joseph (le traitre) au sommet des forces terrestres.
S´en prendre aux acteurs congolais (évêques, politiciens et autres) durement et peindre en des traits glorieux celui qui leur laisse - et à toute la nation (y compris les générations futures) un cadeau ou un HÉRITAGE TRÈS EMPOISONNÉ me dérange énormément. À la question d´un journaliste sur sa famille, Laurent Désiré préféra avec une négligence écoeurant - sourire à l´appui - botter en touche ("Ce n´est pas important [pour le pays]). Ce n´est pas de gaieté de coeur que je reviens sur ca au regard de la catastrophe qui s´abat sur les vies innocentes au Congo (et j´aime pour cela ne me concentrer pour le moment que sur Joseph Kabila).



Naisha [congohope@ymail.com] 05/01/2017 23:03:32
Tout congolais qui remplit les critères peut se présenter aux élections présidentielles. Moïse Katumbi est libre de ce point de vue. Mais ceux qui pensent que la tâche sera facile pour lui ou qu’il aura un couloir devant lui vont très vite à la besogne et semblent ignorer les fondamentaux de la configuration politique de la RDCongo. Ne pas comprendre pourquoi la MP s’est coupée en mille morceaux pour défendre Corneille Nanga, alors qu’il n’est pas de sa composante, ce n’est pas comprendre ce qui se prépare pour les prochaines élections. Il est vrai que Katumbi dérange les calculs de la MP, mais n’oublions pas que les élections ne sont pas à deux tours. C’est là que réside la clé de l’énigme. Il suffit simplement que la MP multiplie les candidats pour réduire les chances de Moïse Katumbi. Si Kabila n’est plus partant comme le prévoit le dernier accord, Kamerhe ou Ruberwa sera candidat et remportera à plus de 90 % l’Est du pays, la partie la plus peuplée du pays (la tricherie aidant bien entendu). Samy Badibanga sera candidat pour brouiller les voix des Kasaïens, un José Makila se présentera pour L’Equateur. La MP poussera quelqu’un comme Kin Kiey ou quelqu’un de Palu pour que Katumbi ne gagne pas le Bandundu, la même chose au Bas Congo. Et lorsque l’on sait que Corneille Nanga a commencé sans surveillance l’enrôlement du côté de l’Est, REPEUPLE par les Rwandais, alors que les Congolais sont distraits par les dialogues successifs, vous comprenez que JOKA et son système sont loin d’être éradiqués. Il restera donc à Katumbi les Katangais déçus par le Kabilisme. Les autres Katangais ne voteront pas pour lui. La preuve c’est que l’immunité de Baba Kyungu a été facilement levée dans son Katanga natal par les Katangais. N’ignorons pas également que la fin du gouvernement Samy Badibanga vient de mettre sur les carreaux plusieurs mécontents qui ne rendraient pas la tâche facile au candidat du Rassemblement, à la base de leur éviction. Katumbi a besoin de s’entourer des vrais stratèges s’il veut passer la ligne d’arrivée en premier dans un scrutin à un seul tour. Wait and see.



Elili [dibangu@hotmail.com] 06/01/2017 11:25:05
Chers Compatriotes,
Notre compatriote MTT vient de soulever un problème fondamental. Mais ici nous avons un problème. Le bateau est en train de chavirer, nous sommes en train de chercher à créer la meilleure mécanique navale qui aurait pu nous éviter de chavirer. A la différence de la mécanique que j’invoque, la société humaine a une capacité de s’adapter dans le dynamisme qui l’émeut. Pendant que le pays rencontre des problèmes plus liés à la mauvaise foi, à l’envie, la cupidité, la haine, la jalousie, le mensonge ... nous nous posons des questions des systèmes alors que la question fondamentale concerne le "Congolais et ses aspirations profondes". Donnez la meilleure mécanique navale à quelqu’un qui n’a pas de formation dans la matière, il y aura des catastrophes, à quelqu’un qui a suivi une formation mais qui veut se suicider en entraînant dans sa chute les innocents, il y aura des désastres. Confier cette même mécanique à quelqu’un qui aimerait bien être le seul maître à bord pour se faire passer d’être extra ordinaire par rapport à ses semblables, le résultat risque d’être beaucoup plus tragique. Quand je venais en Europe pour les études universitaires, c’était sous la deuxième république. Je ne donne pas l’année pour bien garder mon anonymat. Les facultés des Sciences politiques étaient pleines des compatriotes. Chacun voulait avoir ce diplôme pour devenir un bon politologue ? ou politicien ? , je n’en sais rien. Mais l’histoire me prouve que ceux qui brillaient par des critiques acerbes contre la deuxième république se sont retrouvés, par la magie dont eux-mêmes gardent le secret, au pouvoir au Congo. Ils n’ont pas fait mieux. Certains ont brillé par des comportements les plus ignobles comme les détournements. Cher MTT, pour détourner, il ne faut pas être dans le contre-pouvoir qui ne fonctionne pas. Nous avons un problème grave que nous ne voulons pas nous affirmer. Nous ne nous regardons pas en face, je dois l’avouer. Quand en Equateur tout l’argent des Enseignants est détourné, ce n’est pas à cause du manque de contre-pouvoir. Vous allez me dire, que si la justice marchait cela irait. Mais si celui qui est à la justice est un cousin du détourneur, la justice ne fonctionnera pas. Ceci est la conséquence de ce que nous sommes. Le problème du Congo est plus complexe que nous ne puissions l’imaginer. Je pense que tous ceux qui sont en train de se battre pour avoir la magistrature suprême du pays et d’autres échelles de pouvoir ne le font pas dans le but de résoudre le problème du pays, mais d’avoir honneur et enrichissement personnel par la voie la plus facile (commission etc...). Comment se fait-il que le Congo ne jure que par les minerais alors qu’il a la terre, la forêt, l’eau etc... Cher MTT, ce que vous avez dit est un aspect de problème certes, et je ne le nie pas, mais je pense que ce n’est pas le plus déterminant. Le plus déterminant c’est l’homme congolais qui est heureux quand il voit ses compatriotes souffrir. Il faudrait que dans cette démarche pour nous en sortir il y ait des cellules désintéressées constituées d’experts en différentes disciplines pour apporter chacune une contribution à mettre au profit du pays. Que Dieu nous vienne en aide.


 

Tous droits réservés © Congoindépendant 2003-2017                   mkz@congoindependant.com  Tél : +32 475 22 90 65.