AccueilCharteQui sommes-nous?RédactionAidez votre journal
04 Janvier 2017

Accord du 31 décembre 2016 :

La MP en plein désarroi

 

Secrétaire général de la MP et président de l’Assemblée nationale, Aubin Minaku accueille "Joseph Kabila" . Photo d’archives

Après la conclusion, samedi 31 décembre 2016, du « compromis politique » issu des discussions directes entre les signataires et les non-signataires de l’Accord du 18 octobre - au Centre interdiocésain -, la mouvance kabiliste paraît en plein désarroi. C’est la cacophonie. Dieu seul sait la personne qui « porte » vraiment « la parole » de cette oligarchie. Ceux qui avaient espéré une embellie politique devraient déchanter. La « majorité présidentielle » a lâché ses « griots » qui considèrent l’Etat congolais comme un « bien personnel » du «clan kabiliste». Mission : «relativiser » la portée de l’Accord de la Saint Sylvestre.

Mardi 3 janvier, les membres du bureau politique de la mouvance kabiliste se sont réunis au complexe dit « Procoki », l’ex-QG de feu Augustin Katumba Mwanke, dans le cadre d’une réunion qualifiée d’«importante». Importante pour qui? Des délégués au dialogue "facilité" par Edem Kodjo ainsi que ceux qui participent aux discussions du Centre interdiocésain étaient également présents.

Déficit d’inclusivité

Dans un communiqué daté du même mardi, le porte-parole de la MP André-Alain Atundu qualifie l’accord du Centre interdiocésain non seulement de «signal fort» mais aussi d’«avancée notable» sur le chemin qui conduit vers des «élections apaisées et transparentes».

Selon lui, la MP «déplore» néanmoins ce qu’il appelle le «déficit d’inclusivité». Une situation qui procède de la non-signature dudit accord par « certaines forces politiques et sociales ». C’est le cas notamment du Front pour la défense de la Constitution que pilote le MLC de Jean-Pierre Bemba Gombo et la société civile signataire de l’accord de la Cité de l’UA.

Secrétaire générale du MLC, Eve Bazaïba justifie cette position par la crainte de voir le Rassemblement concentrer ses mains l’exécutif national et l’organe de contrôle de celui-ci. Cet argument est mal compris par les contempteurs du pouvoir en place.

Au lieu d’annoncer le rejet de cet arrangement du Centre interdiocésain comme l’a annoncé auparavant le très truculent Joseph Kokonyangi, secrétaire général adjoint de la MP, Atundu s’est livré à un jeu d’équilibrisme qui subodore que « Joseph Kabila » serait intervenu pour « recadrer» les prétendus jusqu’au-boutistes qui l’entourent. «Conformément à l’accord du 31 décembre, la MP réitère sa disponibilité à appliquer les dispositions dudit accord dans le respect de la lettre et de l’esprit de la Constitution et des lois de la République », lit-on.

Atundu Liongo et les autres membres du bureau politique de la MP feignent l’amnésie collective en insistant sur l’observance de la Constitution et des lois de la République. Et pourtant, le pays recourt aujourd’hui au «dialogue» et autres «discussions directes» tout simplement parce que « Joseph Kabila » a trahi son serment. Le serment qu’il a fait, le 9 décembre 2006 et le 20 décembre 2011. Il avait juré « devant Dieu et la nation » « d’observer et de défendre la Constitution et les lois de la République ». Quel parjure!

Le 19 septembre dernier était la date constitutionnelle pour la convocation du scrutin de l’élection présidentielle. Le vote devait intervenir le 27 novembre. Les deux opérations n’ont pas lieu sous le prétexte de manque d’argent. En 2014, le gouvernement du Premier ministre Augustin Matata Ponyo a dépensé un milliard de dollar pour des projets non prévus dans le budget.

Au lieu de claquer la porte des pourparlers conduits par les évêques catholiques, « la MP s’engage à poursuivre les discussions en vue de la signature de l’arrangement particulier tel que prévu dans l’accord du 31 décembre».

One man show

Lundi 2 janvier, le ministre de la Communication et des médias Lambert Mende - qui a tendance à oublier qu’il est avant tout le porte-parole du gouvernement et non de la MP, encore moins de "Joseph Kabila" - s’est livré à son « one man show » légendaire au cours duquel il est apparu faussement intransigeant.

Il a commencé par souffler le chaud en saluant l’«aboutissement heureux» intervenu le 31 décembre avant de souffler le froid en soulignant qu’il y a encore un «sérieux problème d’inclusivité».

Selon lui, « l’accord conclu et signé ne règle donc pas tous les problèmes de fond ». Et de préciser que « la gestion de cette question d’absence d’inclusivité (…) est capitale et urgente dans la perspective de l’arrangement particulier immédiat entre forces politiques pour la mise en œuvre de l’accord.»

Sur les réseaux sociaux, les internautes se sont déchaînés pour dénoncer une "duplicité patente". « L’absence d’inclusivité du dialogue organisé par l’ancien Premier ministre togolais Edem Kodjo a-t-il empêché la mise en exécution de l’accord du 18 octobre par la nomination du Premier ministre et la formation du gouvernement dit d’union nationale ? », pouvait-on lire.

Mende qui se croit en droit de donner des leçons en matière de respect de la primauté du droit fait une interprétation pour le moins tendancieuse du deuxième alinéa de l’article 70 de la Constitution. Il n’est pas le seul dans ce cas. Selon lui, « Joseph Kabila » cessera ses fonctions dès que son « successeur » sera élu.

En réalité la disposition querellée n’appelle aucune interprétation : « A la fin de son mandat, le Président de la République reste en fonction jusqu’à l’installation effective du nouveau Président élu». Et non d’un Président à élire.

N’en déplaise aux bonzes de la MP qui pensent, à l’instar de «Joseph Kabila», que la force publique a «mâté la rue», ce dernier ne jouit plus de la confiance de la population congolaise. La raison est simple : l’homme a accompli ses deux mandats. Il ne détient plus qu’un pouvoir légal.

Point n’est besoin de dire que c’est la confiance qui anime la légitimité. C’est encore la confiance qui confère au titulaire du pouvoir le droit de commander la nation et celui de se faire obéir.

La mouvance kabiliste se trouve en plein désarroi. Un désarroi qu’elle aurait pu éviter si son "autorité morale" avait honoré son engagement "d’observer et de défendre la Constitution et les lois de la République".

Baudouin Amba Wetshi
© Congoindépendant 2003-2017

 

8 Réactions

Celestin Muzuri [celemuz@yahoo.fr] 04/01/2017 05:31:35
Dans une autre declaration hier de la meme bande MP aux abois, ces jouisseurs qui voient s’eloigner les os qu’ils croquaient a Kingakati, oublient que leur chef n’a plus de ligitimite. Que son "sursit" provient de la patience des Congolais.

Une des declarations cacophoniques de la MP hier pretend que la poursuite des discussions sur "l’Arrangement particulier ou Addendum" devant accompagner l’execution de l’Accord de la Saint Sylvestre sera "soumise a la re-qualification du mandat des eveques apres que ceux-ci aient soumis leur rapport" a Kabila.

Au dela de l’arrogance d’une telle condition qui n’apparait nulle part dans l’Accord du 31 Decembre, cette declaration qui s’ajoute a leur fausse exigence d’inclusivite du MLC (dont le chef JP Bemba a la Haye y est par les manoeuvres de cette meme bande et son chef de file Kabila pour "exclure Bemba du jeu politique") demontre a suffisance la mauvaise foi de cette bande MP aux abois.

Mais les Congolais a bout de patience ne se laisseront pas faire. Il est clair que cette bande s’est servie de la bonne foi des eveques et du RASSOP pour passer le cap du 19 Decembre en etouffant la colere des Congolais et arrachant un semblant de legitimite pour ensuite retropedaler et devoiler leur roublardise.



KUM [kumab2009@hotmail.com] 04/01/2017 06:19:10
LU POUR VOUS! "Seuls les aveugles ne voient pas et seuls les sourds n’entendent pas"

Ce que je craignais pour la RDC est bel et bien arrivé. Ils se sont précipités à la soupe. Ils ont couru à la chasse aux sièges ou aux strapontins, humiliant le pays tout entier, foulant au pied la constitution de la RDC, ignorant les millions de morts Congolais, oubliant les sacrifices consentis depuis des années par la jeunesse de ce pays et par les Maï-Maï, que le communauté internationale avait traité de « forces négatives » alors qu’ils luttaient contre l’occupation de leur pays par le Rwanda et l’Ouganda.

A Kinshasa, il y a eu de l’effervescence ces derniers temps. On aurait discuté dans le dessein de sortir le pays d’une crise politique aiguë et certains se sont traînés ou ont été traînés dans de pseudo-négociations pour parvenir, au terme de prétendus débats houleux, au maintien de Kabila au pouvoir ; jetant à la poubelle la constitution et piétinant au passage la dignité et la souveraineté de la République Démocratique du Congo.

Et la date du 19 décembre qu’ils brandissaient aux Congolais ? « Vous verrez, il partira », martelaient-ils dans les médias et les forums sur internet à propos de Kabila. Il n’est pas parti. Pis, ils se sont tous rués à ses pieds, se battant ou se bousculant, pour le servir ou rester à ses côtés, lâchement, indignement et pitoyablement. Toute honte bue, jusqu’au mépris de soi et à l’aliénation de soi, ils ont affiché ce que l’Afrique a de laid et de servile.

Quand rendrez-vous au peuple congolais sa fierté et la justice pour : ses millions de morts, ses centaines de milliers d’enfants traumatisés, ses milliers de femmes violées, ses centaines de réfugiés, ses villages défigurés, ses forêts dévastées ? Quand oserez-vous tutoyer l’occupant qui, chaque jour, vous humilie, vous rabaisse, vous met plus bas que terre et se pavane dans vos rues, cherchant du regard celui ou celle qui osera le défier ? Avez-vous vraiment oublié les propos de Paul Kagame, votre bourreau arrogant ex-maquisard à la culture sommaire, celui qui empêche vos femmes et vos enfants de circuler librement à l’Est du pays, celui qui, depuis 2001, s’attelle au pillage de vos ressources naturelles et qui arrive le jour du cinquantenaire de l’indépendance du Congo avec deux heures de retard avant de s’affaler dans son fauteuil à la tribune pour feuilleter un journal sans intérêt sur son soldat Kabila, question de bien vous faire comprendre que vous n’êtes rien chez vous et que vous ne pouvez rien contre lui ?

C’est bien cet homme-là qui a choisi votre président périmé que vous avez indélicatement reconduit et qui vous roule dans la farine depuis 2001. C’est bien celui que vous appelez en privé « le taximan » qui vous épuise ou qui vous fait danser comme des marionnettes et qui a refusé de partir le 19 décembre 2016 (fin de son mandat) alors que vous parliez à qui voulait vous entendre du respect de la constitution.

Paul Kagame, dont vous avez peur de prononcer le nom à Kinshasa pousse, avec votre appui direct ou indirect, la RDC au suicide et ne cesse de tenir des propos désobligeants à l’égard des Congolais en soulignant notamment que la classe politique congolaise est incapable de régler ses problèmes ou ceux qu’il cause lui-même à la RDC. Et chaque fois, vous vous taisez, vous pliez, vous baissez le regard, vous lui donner raison.

L’ancien Premier ministre rwandais, Faustin Twagiramungu, écœuré de vous voir tourner en rond à la veille de Noël, a dit, à haute voix, que c’est Kagame qui a choisi votre président avant de se demander, en parlant de Kabila, « comment un aide de camp de Kabarebe, l’actuel ministre de la Défense du Rwanda, est devenu multimillionnaire et président de la RDC ».

Ce Kabarebe lui-même s’en était vanté dans la presse en disant : « Joseph a eu les pires difficultés à s’adapter à la vie de soldat. (…) Il ne savait pas quoi faire. Je lui ai donc tout appris ». Il ajoutait : « Joseph Kabila est incapable de regarder les gens en face. Je n’ai jamais perçu chez lui, une quelconque aptitude au commandement ». Pourtant, ce Joseph, votre « taximan », vous commande et dirige la RDC depuis 15 ans. Le peuple n’en veut plus mais vous le supportez en acceptant gloutonnement ce qu’il vous fait avaler. Vous avez frénétiquement relayé l’appel du 19 décembre 2016 du parlement européen avec le slogan « Kabila doit partir ». Il est toujours là et vous allez peut-être bientôt l’applaudir. Votre slogan est-il mort le 19 décembre ou l’avez-vous enterré ? La montagne a-t-elle accouché d’une souris au point que vous préférez cajoler cette bête disgracieuse ? Et les promesses au peuple congolais après le 19 décembre ? Que sont-elles devenues ? Et l’espoir de la jeunesse qui a manifesté dans la diaspora croyant que Kabila partira, vous en faites quoi ?



Et tous ces jeunes « combattants » qui, à Londres, Paris, Montréal, Bruxelles, essayent avec des moyens dérisoires de redresser l’honneur du Congo et de rendre à leur façon la dignité aux Congolais, vous en faîtes quoi ? Ils sont fichés les uns et autres à Kinshasa et ne peuvent rentrer passer des vacances chez eux. Avez-vous plaidé leur cause dans vos négociations ?

A Kinshasa, vous êtes « fiers » d’avoir négocié, un peu comme à Sun City, Naïrobi, Kampala, Lusaka, Addis-Abeba, … pour finalement gouverner avec Joseph, qui ne part pas, et avec Azarias & Co. Vous avez mobilisé la jeunesse congolaise sur internet, dans les associations et meeting pour rester finalement avec Joseph, le troisième œil de Kigali, et bredouiller aujourd’hui quelques phrases incohérentes ? Vous avez donc accepté que le dictateur rwandais et son réseau congolais vous dominent à nouveau et vous humilient chez vous en leur disant merci : tête baissée, visage bosselé et apeuré ? Non ! Vous n’allez tout même pas faire ça ? Vous n’allez pas vous constituer en esclaves volontaires à ce point et marcher piteusement sur vos millions de cadavres parce que vous pensez que l’occupant est « plus fort » que vous ? Vous n’allez pas infliger une telle infamie à votre peuple qui endure déjà beaucoup depuis la période coloniale ?

De toutes façons, si vous préférez courber l’échine au point de ne plus en avoir parce que vous croyez que ceux qui terrorisent votre peuple sont « plus forts » que vous, nul ne peut vous en dissuader ! Si vous êtes convaincus que vous avez bien « négocié » avec votre Joseph, nul ne peut prétendre que vous vous êtes peut-être trompés ; même s’il est établi que les multiples « négociations » de dupes sur la RDC depuis plus de dix ans participent de votre asservissement. Si vous croyez dur vraiment que vous avez raison, nul ne peut vous susurrer que vous manquez de cran.

Que n’avez-vous pas dit du maréchal Mobutu ? Qu’il était le serviteur des colons belges et américains, qu’il était le laquais de l’impérialisme, etc. Et vous, vous êtes les serviteurs et les laquais de qui pour ramper de la sorte et depuis (1998) tant d’années ?

Non ! Je crois sincèrement que le maréchal, avec tous ses défauts, n’aurait jamais accepté ce que vous acceptez actuellement en RDC et ce depuis Sun City. Même Laurent-Désiré, que les Rwandais avaient porté au pouvoir, avait refusé d’être traité comme un chien chez lui par Kagame et ses hommes. Il a dit Non et s’est battu comme un lion. Quant à Patrice Lumumba, il doit se retourner dans tous les sens là où il est en se demandant ce qui s’est passé pour que son Congo tombe si bas. Patrice, pardonne leur, « ils ne savent pas ce qu’ils font », peut-être qu’ils sont trop faibles pour porter très haut la flamme que tu as si noblement porté pour le Congo et pour l’Afrique jusqu’à accepter dans la dignité le sacrifice suprême. Que dire de Mgr Munzihirwa, l’archevêque de Bukavu, lâchement assassiné par les hommes de Kagame ? Il a vaillamment défendu son peuple et vous n’osez même plus prononcer son nom ! Vous avez peur de quoi ? Vous craignez qui pour demander vérité et justice sur sa mort ? Avec de si grands hommes morts pour le Congo et défendant le peuple congolais, votre capitulation et votre défaite souillent leur mémoire et trahissent leurs espoirs.

Ce propos que certains jugeront précipitamment comme un réquisitoire n’en est pas un. C’est un simple appel à vos consciences ou ce qu’il en reste, un encouragement à assumer vos responsabilités dans la dignité pour ceux qui pensent en avoir, un recours à l’imagination pour ceux qui pourraient encore la réveiller. La RDC ne doit pas tomber si facilement alors que de dignes fils et filles de ce pays continuent de mourir, à la suite de Munzihirwa, comme Chebeya et Tungulu et des milliers d’autres à l’Est pour que la RDC reste debout. Et elle est debout depuis 1998 par la force, la volonté et le courage de millions de Congolais que Kinshasa ne respecte pas. Cette résistance congolaise doit continuer partout car ce pays mérite mieux que ce qui s’y passe en ce moment. C’est ce que pense d’ailleurs l’ancien Premier ministre rwandais lorsqu’il lance dans un tweet du 26 décembre : « il est temps que les jeunes Congolais de l’intérieur et de l’extérieur se mobilisent pour sauver leur beau pays du néocolonialisme ». Il connaît votre bourreau, il l’a côtoyé de près et vous invite au combat pas à la résignation.

Bonne année au peuple Congolais qui, en cette période trouble et pleine d’incertitudes, doit continuer à chanter « indépendance Tcha Tcha » pour signifier qu’il comprend le sens du retour d’Azarias Ruberwa au premier plan et les prolongations non constitutionnelles de Joseph après la défaite des Clinton aux USA. Seuls les aveugles ne voient pas et seuls les sourds n’entendent pas. Si l’on décide d’être à la fois sourd, aveugle et muet, par dessus tout, il est préférable de quitter Kinshasa et de s’exiler au Rwanda, on y sera bien reçu.

Charles Onana



Jo Bongos [jo.bongos@msn.com] 04/01/2017 10:31:56
En principe, le cerveau reste le moteur de la réflexion et de la pensée. Quand le ventre s’autorise à jouer cette fonction, il y a nécessairement un dysfonctionnement métabolique et physiologique. C’est grave. C’est très grave.

On assiste là à un ballet ridicule des égos. Et cela vous situe le niveau insignifiant du personnel politique congolais, qui ne peut vivre que de la politique. Vraisemblablement, ces gens sentent qu’il y aura moins d’assiettes sur la table de la mangeoire nationale. Ils s’agitent. Ils ont peur.

Kongo dia ntotila, kiadi kibeni.

Ba ko liyana !



Mundeke Jean. [jmundeke12@gmail.com] 04/01/2017 10:51:00
La Rdcongo est le seul pays au monde ou ses dirigeants se comportent en mercenaires dans leur facon de conduire les affaires du pays.Alors que le peuple congolais tout entier qu’il soit civil,policier ou militaire,s’est rejoui de la signature le 31/12 dernier de l’accord sous l’egide de la Cenco,la surprise a ete de voir ces memes dirigeants mercenaires recourir a des suberfuges pour tenter de torpiller cet accord.mende avait donne le Go, suivi de Koko Nyange et enfin par Aubin Minaku.Alors que le monde entier sait que le 2e et dernier mandat de kabila a la tete de la Rdc a pris fin le 19/12/2016 et c’est ce dialogue que venait de conduire la Cenco qui est devenue comme la source de legitimite de tout pouvoir en Rdc apres le 19/12/2016,il est abherrant d’ecouter Aubain Minaku pretendre dire que les eveques de la cenco doivent recevoir un autre mandat aupres de son chef Kabila.Vraiment si le redicule pouvait tuer,cet Aubain Minaku allait deja etre enterre.Il doit savoir que nous comprenons son souci avec les autres nostalgiques de la MP qui etaient habitues a confondre la Rdc comme leur butin de guerre ou leur poche privee.Aubain Minaku est aussi un predateur.Il doit plus de 4 Millions des Dollars au FPI et craignant un jour de repondre sur cette affaire,il veut s’eriger en obstacle pour que son maitre Hypolite Kanambe habitue a gerer le pays comme sa voiture privee,continue a s’eriger a la tete de notre pays.Mr Aubain Minaku,vous devez savoir que cette annee de transition qu’on vient de donner a votre petit dieu sur terre Kanambe.constitue une derniere chance pour lui et pour vous tous.Si vous ne voulez pas chercher a sortir avec un petit honneur,vous allez partir comme des malfrats car trop c’est trop.Les 80 Millions des congolais que vous avez avilis ne resteront plus les bras croises.essayez de torpiller cet accord et vous verez ce qui va vous arriver.Bande des criminels et des egoistes affameurs du peuple.



Pika Dosithée [dositheepika@yahoo.fr] 04/01/2017 14:36:32

Chers compatriotes Congolais,

Tous les problèmes sont sur les Congolais qui servent Kanambe de béquilles et qui le rendent fort et puissant à partir de janvier 2001. Seul, il n’ est rien de tout.
Lambert Mende, Boshab Evariste et Kin-Kiey veulent rendre Kanambe au rang de héros national. Le Congo connait qu’ un seul Héros: Emery Patrice Lumumba.
Pas trop de critiques aux à la CENCO et au Rassemblement s’ il vous plait. Soyons tous unis. Les séparations et les disputent ne vont pas résoudre les problèmes du Congo.




Pika Dosithée



Christian [christian@yahoo.fr] 04/01/2017 21:04:03
Chers amis,
tous nous avons entendu de la bouche de Mende que les émissaires de la MP étaient la voix autorisée de "kabila" et ceux du Rassop, portaient la voix de Tshisekedi.
Curieusement, au soir-même de son "one man show " Aubin Minaku sort de sa poche la notion du respect de la constitution pour toute décision future liée à l’accord!
Je note qu’il y a guerre de succession dans les perspectives électorales avenir, Minaku envoie un message clair à ses concurrents, je suis le dauphin naturel. Mende lui rétorque qu’il n’y a encore pas d’homme choisi et lui se positionne en garant des intérêts kabilistes.
Il y a une guerre interne au sein de la MP, " kabila" est fini, quoiqu’on en dise, l’homme est un boxeur titubant après avoir reçu un "direct " au visage, il s’est accroché aux cordes, la Cenco qui joue à l’arbitre est entrain de compter, il ne reste à "kabila" que 11 fois avant de s’écrouler, je ne suis pas sûr qu’il ira jusqu’au mois de décembre 2017 comme prévu dans l’accord.
Alors, à monsieur mille identités, alias "kabila", il est temps de rentrer chez vous en paix, au risque d’être traîné dans les rues de Kinshasa.



Bois [djpcp@yahoo.fr] 05/01/2017 11:12:37
Mon cher BAW,
Merci pour ton article.
Saches que le désarroi ce n’est pas seulement à la MP, mais aussi au RASSOP et dans le peuple. Ce dernier se sentant trahi par tous, et plus le RASSOP. en effet ce dernier l’a mis en haleine avec le fameux carton rouge, après l’avoir rangé calemement dans sa poche en voyant venir la concrétisation des arrangements clandestins jusque là niés, tenus à Limete, Venise, Ibiza, Monaco et Bruxelles entre l’UDPS et le PPRD.
Le RASSOP a été floué par l’UDPS. Qui maintenant brandira le carton rouge ? Hé oui. le gagnant de cette trouvaille du boulanger de Kingakati n’est que le boulanger lui même.

Le peuple est appelé à se prendre maintenant en charge, car il est le seul à pouvoir brandir le vrai carton rouge et à la MP, et au RASSOP.

C’est malheureux que l’on ai connu tous ces morts lors du brandissementd es cartons jaunes pour que l’on en arrive là. De quoi donner raison à Diongo qui se méfiait de se dialogue de la CENCO, car il n’y avait que la carton rouge qu’il fallait brandir avec toutes les conséquences que cela pourrait amener.

Au peuple maintenant de se prendre en charge. Vive le partage du pouvoir. Eve Bazaïba a été claire dans sa déclaration, que dans le cahier des charges du RASSOP était inscrit noir sur blanc que le RASSOP acceptait el maintien de Kabila en échange de la primature.

Mais je voudrais voir à qui reviendra cette primature maintenant que Tshisekedi est désigné Président de l’organe du suivi, car selon les ccrods secrets PPRD/UDPS, cette primature devrait reveneir à Félix Tshisekedi!

Le peuple est vraimenet floué par ces familles quui croienyt que cette République les appartient!



LILIANE MASIKA VINDU [vliliane2002@yahoo.fr] 07/01/2017 15:46:14
nous congolais, nous sommes une honte, vraiment j’ai honte de m’identifier parfois comme congolaise, au lieu de privilégier d’abord la paix et la stabilité; on cherche d’abord à se positionner , parfois je me demande, ,si ces hommes politiques congolais réalisent qu’il y a eu des morts et qu’il y a encore des gens qui meurent chaque jour au Congo. C’est comme si la vie au Congo n’est pas pour tout le monde. Une fois ils sont positionnés , le reste ne compte plus. Comment pouvez vous comprendre que tel refuse de laisser la primature... la question que je me pose est celle -ci: " il est premier ministre de sa famille ou du peuple qui souffre. Oh ! non nous on signe pas ! oh non le premier ministre doit venir de notre côté... mais dans tout cela où est le peuple... vous avez des ambitions mais on juste il me semble que vous ne savez même pas ce que vous devez faire dans ces postes. Le peuple n’a pas besoin de tout cela; ils ont besoin de la stabilité, la paix, le travail. Au lieu de mettre de côté vos intérêts et de voir comment arriver aux élections, qui a réellement la capacité de diriger la transition vous voulez embrouiller tout le processus, c’est malheureux.. et tout cela au nom du peuple qui ne bénéficie de rien dans vos attentes. Arrêtez avec cette bassesse, vous faites la honte de ce grand pays.


 

Tous droits réservés © Congoindépendant 2003-2017                   mkz@congoindependant.com  Tél : +32 475 22 90 65.