AccueilCharteQui sommes-nous?RédactionAidez votre journal

Editorial

La justice congolaise malade du pouvoir politique
Dans un texte intitulé «communiqué du gouvernement» publié le mercredi 9 mars 2017, le ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement annonce la mort violente du commissaire de police Michel Yamuimbi. Celui-ci était en poste dans la[Lire la suite]


Archives

Nos confrères ont écrit
RDC: Samy Badibanda appelé à s’expliquer devant l’Assemblée nationale

Communiqué
Les activistes pro démocratie devant la Barre à Kisangani

Communication politique
Communication de Marie-Madeleine KALALA à la session d’ouverture du Conseil de Sécurité des Nations Unies sur la situation en R.D.CONGO

Dernières nouvelles
Bukavu : Des journalistes victimes d’un accident de retour d’un reportage à Kavumu

Massacres au Kasaï Central : la VSV publie une liste des victimes

Moins d’une semaine après le point de presse animé, le samedi 18 mars, par l’auditeur général de l’armée congolaise (FARDC) le général Ponde Isambwa, il ne fait plus l’ombre d’un doute que des pires atrocités ont été commises dans le Kasaï Central par des éléments appartenant tant à la garde prétorienne de «Joseph Kabila» qu’à une unité spéciale de la police nationale. Des observateurs parlent déjà de "crime contre l’humanité". Et ce au regard du caractère inhumain et massif de ces tueries. Dans un communiqué daté du mercredi 22 mars 2017, l’association de défense des droits humains « La Voix des Sans Voix pour les droits de l’Homme » (VSV) publie une liste des victimes. Au moment où ces lignes sont écrites, la Mission onusienne au Congo est toujours sans nouvelles de deux experts rattachés au Conseil de sécurité. Il s’agit de Michael Sharp et de Zaida Catalan. Ils menaient des recherches et des investigations dans le Kasaï Central. Leurs quatre accompagnateurs Congolais n’ont pas été revus. Des rumeurs de plus en plus alarmantes - c’est un euphémisme - circulent à leurs sujets.

MP : Les divagations d’Aubin Minaku

Dans une interview accordée au magazine "Jeune Afrique" n°2932 daté du 19 mars 2017, Aubin Minaku - qui porte la double casquette de président de l’Assemblée nationale et de secrétaire général de la mouvance kabiliste - y déclare notamment qu’il n’éprouve "ni remords ni complexes" d’être à la tête d’un organe délibérant dont le mandat a expiré. Selon lui, il est en conformité avec la Constitution. Il restera député aussi longtemps qu’il n’y aura pas de législatives... [Lire la suite]

Kinshasa : de fausses accusations de viol pour extorquer de l’argent

A Kinshasa, certaines femmes se mettent à inventer des viols qu’elles imputent à l’imprudent qui tombe dans leurs filets. Elles font chanter l’homme pour obtenir de lui une somme d’argent en échange de leur silence, en guise de dommages et intérêts.[Lire la suite]

Arrêt sur image : Adrew Felix Kaweesi

Dans un modus operandi digne de la mafia, l’Inspecteur général adjoint de la Police ougandaise Andrew Felix Kaweesi a été abattu vendredi 17 mars à 9h30 au moment où il se rendait à son bureau. Son garde du corps et son chauffeur ont également été tués. [Lire la suite]

Etats-Unis : La cote de popularité de Trump baisse encore

La cote de popularité de Trump a baissé à 37%, selon un sondage. Juste avant son entrée en fonction, il affichait une cote de popularité de 40%.[Lire la suite]

Cnsa : Majorité et MLC unis contre Pierre Lumbi

Le débat sur la succession de Tshisekedi à la tête du Conseil national de suivi de l’Accord du 31 décembre 2016 est revenu à la plénière de jeudi 16 mars 2017 au Centre Interdiocésain. [Lire la suite]

Opinion & débat
Le Congo n’a pas d’âme, le pays n’existe pas. Cas d’Israêl…
Autres titres récents
Le coup d’épée dans l’eau de Kimbuta contre Martin Fayulu
L’Explication et la Solution
Les sanctions ciblées contre les responsables congolais ne violent pas le droit international : La « gifle » du Prof André Mbata Mangu au Prof Auguste Mampuya au siège l’UA
 
Tout Kin en parle

Le poisson pourrit par la tête
Selon mon ami qui sait tout sur tout et presque tout sur rien sur les potins de Kinshasa-Lez-immondices, la République très très démocratique du Congo est malade au sommet. C’est pourquoi rien ne va. L’économie et le social ne sont plus par terre.[Lire la suite]

Tous droits réservés © Congoindépendant 2003-2017                   mkz@congoindependant.com  Tél : +32 475 22 90 65.