AccueilCharteQui sommes-nous?RédactionAidez votre journal

Editorial

Qui menace l’avenir du Congo-Kinshasa ?
A quelques jours de la commémoration de son 57ème anniversaire d’existence en tant qu’Etat, le Congo-Kinshasa semble avoir renoué avec les démons de l’instabilité. On se croirait revenu 57 années en arrière. En cette année 2017, ce[Lire la suite]


Archives

Nos confrères ont écrit
Alexis Thambwe Mwamba : « L’avion avait été abattu, on ne pouvait pas se taire »

Communiqué
Faux en écritures authentiques et publiques commis par Monsieur Alexis Thambwe Mwamba

Communication politique
Fayulu : ‘’L’interview de M. Kabila nous permet de saisir le message clair de son désengagement unilatéral de l’Accord de la Saint Sylvestre’’

Dernières nouvelles
Bientôt 1500 logements à Kinshasa pour les diplomates congolais

Ne Muanda Nsemi promet l’"apocalypse" pour le 7 août...

Et revoici Ne Muanda Nsemi! Porté disparu depuis le 17 mai dernier, le leader du mouvement politico-mystique Bundu dia Mayala a refait surface. Et ce dans un enregistrement vidéo dont la réalisation semble bien postérieur à sa rocambolesque évasion de la prison de Makala à Kinshasa. Tout au long de son monologue, le fugitif est resté muet sur les circonstances exactes de sa "fuite". Il a juste démenti l’usage des armes à feu par son mouvement. "Bundu dia Mayala a toujours été un mouvement non-armé, dit-il avec énergie. Sa force procède des forces mystiques bantoues".

Lubumbashi : «Kabila» en "prédicateur" de "la paix" et de "l’amour"

De retour d’Afrique du Sud, "Joseph Kabila" s’est arrêté, dimanche 25 juin, à Lubumbashi. Lundi, il a présidé une "réunion du conseil provincial de sécurité" et reçu les notabilités. Sur un ton empreint de duplicité, il a exhorté ses interlocuteurs à "œuvrer pour la paix". En réalité, l’homme peine à digérer le message au vitriol publié en date du 23 juin par 49 évêques membres de la Conférence épiscopale nationale du Congo. [Lire la suite]

Goma : Des artistes-peintres victimes d’arrestation arbitraire

La nouvelle a suscité la controverse voire la colère tant à Goma qu’à Kinshasa. Quatre artistes-peintres qui manifestaient pacifiquement en solidarité avec la population de Goma et celle du Kasaï central ont été arrêtés vendredi 23 juin. Au moment où ces lignes sont écrites, ils seraient embastillés à la prison de Munzenze. Qui a dit que la liberté est la règle, la détention l’exception au "Congo libéré"? Il s’agit d’un cas d’abus d’autorité devenu "banal" sous le régime de "Joseph Kabila". L’infraction imputable à ces quatre concitoyens est loin d’être évidente. Mal à l’aise, l’Agence congolaise de presse (ACP) a dû "inventer" une histoire à dormir debout pour justifier l’injustifiable. L’arbitraire.[Lire la suite]

Kamuitu Lubadi : « La paix est de retour au Kasaï Central »

Pour ceux qui ne le savent pas, Augustin Kamuitu Lubadi est le président de l’Assemblée provinciale du Kasaï Central. Selon lui, « le retour de la paix est effectif » sur l’ensemble de cette partie du pays et particulièrement dans son fief électoral de Kazumba. Le président de cet organe délibérant a fait cette déclaration pour le moins surréaliste dans un entretien avec une chaîne de télévision privée kinoise.[Lire la suite]

Kamitatu : «La tragédie congolaise porte un nom et un seul : Joseph Kabila»

Entre « Joseph Kabila » et son ex-allié Moïse Katumbi Chapwe, c’est la guerre. Des mots. L’enjeu : la prochaine élection présidentielle dont la date reste inconnue pour les 70 millions de Congolais. A travers ses supplétifs dont son frère « Zoé », le Président sortant avait prévenu, dès l’année dernière (voir J.A. n°2901-2902 du 14.8.2016) que sa famille «n’entend pas abandonner le pouvoir à n’importe qui». Seulement voilà, après deux quinquennats successifs, "Kabila" est frappé d’inéligibilité. Au cours d’un point de presse qu’il a animé lundi 26 juin à Bruxelles, Olivier Kamitatu Etsu, porte-parole du candidat déclaré à la présidence Moïse Katumbi, a estimé que «Kabila» multiplie « délibérément » des « foyers de tension » pour se maintenir à la tête du pays. L’orateur a saisi cette occasion pour répliquer aux propos tenus par l’actuel ministre de la Justice Alexis Thambwe - au sujet de la candidature de Moïse Katumbi à la prochaine présidentielle - lors d’une interview accordée à RFI le 19 juin dernier.[Lire la suite]

Accord du 31 décembre : Les évêques de la Cenco contre-attaquent

« Le pays va très mal. Debout, Congolais ! ». C’est l’intitulé du message aux allures de contre-offensive que l’Assemblée plénière ordinaire des évêques membres de la Cenco a délivré le vendredi 23 juin. Trois mois après avoir jeté l’éponge en renonçant à la mission de bons offices leur confiée par « Joseph Kabila », les évêques catholiques semblent revigorés par l’échec annoncé des « solutions mises en place » par ce dernier. Les prélats n’entendent plus se complaire dans un rôle d’«observateurs passifs» pendant que les conditions sociales de la population ne cessent de se détériorer. Va-t-on vers un « troisième dialogue » ? [Lire la suite]

Opinion & débat
Lettre ouverte aux intellectuels de la R.D.C.
Autres titres récents
Thambwe Mwamba reconnaît être ministre de l’Injustice
Vous avez tout faux M. Flahaut
Où est passé le Pontife Ne Muanda Nsemi ?
 
Tout Kin en parle

Le poisson pourrit par la tête
Selon mon ami qui sait tout sur tout et presque tout sur rien sur les potins de Kinshasa-Lez-immondices, la République très très démocratique du Congo est malade au sommet. C’est pourquoi rien ne va. L’économie et le social ne sont plus par[Lire la suite]

Tous droits réservés © Congoindépendant 2003-2017                   mkz@congoindependant.com  Tél : +32 475 22 90 65.